Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Mise à jour de la pétition

Contestation concernant l'implantation des 2 nouveaux pylônes d'antennes relais sur le parc des sports de Vauréal

Pétition : Contestation concernant l'implantation des 2 nouveaux pylônes d'antennes relais sur le parc des sports de Vauréal Mise à jour de la pétition

Contestation concernant l'implantation des 2 nouveaux pylônes d'antennes relais sur le parc des sports de Vauréal

366 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Association de riverains du parc des sports de Vauréal

Le 14/10/2019

Merci pour votre soutien.  

Vous avez été nombreux à vous montrer solidaire des riverains et futurs riverains du parc des sports de Vauréal face au mépris qu'ils ont ressenti à la vue d'un pylône d'antenne relais apparu dans la semaine du 15 août 2019.

Celui-ci représente, en effet, le peu d'intérêt qu'ont, nos représentants, à l'égard de ceux qui les ont pourtant élus. 

Parmi vous, des personnes directement impactées, mais aussi des personnes vivant ou ayant vécu ce même type d'expérience, ailleurs. La mairie se dit seulement choquée par l'esthétique "disgracieuse" du pylône qu'elle n'avait pas anticipée. La santé et les préoccupations des riverains quant à la valeur de leur bien ne présentent donc pas le moindre intérêt pour elle. Prenons-en note à quelques mois de la prochaine échéance électorale, même si la confiance en la moindre offre alternative peut parfois sembler vaine.  

Planter un pylône d'antennes relais à 20 m des premiers riverains ne pose en effet aucun problème de conscience à la ville de Vauréal. Parmi ces riverains les plus proches, nous avons la connaissance d'une famille dont le petit dernier a tout juste 2 semaines. 

La mairie sait-elle qu'il y a des êtres humains qui habitent ces pavillons tout autour du parc des sports ?

Que parmi ces êtres humains il y a des enfants de moins de 14 ans pour lesquels est préconisé un éloignement des sources d' ondes électromagnétiques que sont les smartphones, tablettes et micro-ondes car leur système nerveux, non encore constitué, est plus sensible que celui des adultes. On retiendra le conseil de bon sens donné à tout parent, sorte de principe de précaution appliqué à l'intérieur même du foyer, et qui est d'éteindre la nuit tout appareil domestique émettant des ondes à hautes fréquences (wifi de la box, smartphone). 

Si ce conseil n'est pas forcément suivi à la lettre, qu'au moins, les pouvoirs publics ne viennent pas autoriser l'installation d'équipements émetteurs à 20 m des habitants. Soyons cohérents !  Il est clair que les intérêts économiques (ceux des mairies gestionnaires de l'argent des contribuables, ceux des opérateurs) passent avant ceux des citoyens et de leur santé. 

La loi Elan, en application depuis décembre 2018, autorise d'ailleurs les collectivités territoriales et les opérateurs à aller dans ce sens en accélérant les procédures afin que la France rattrape son "retard" par rapport à d'autres pays européens.  

La définition de l'intérêt général est donc à géométrie variable. Les uns invoqueront la nécessité de fournir un réseau de téléphonie de qualité égale pour l'ensemble des citoyens ; les autres le droit à la déconnexion et à la préservation de leur santé. 

On le voit d'ailleurs très bien quand on rencontre les interlocuteurs représentant l'état, les collectivités territoriales, les opérateurs ou même les promoteurs, le discours est le même : "Tout le monde souhaite un réseau de meilleure qualité".

L'excuse est toute trouvée, même si cette affirmation ne s'appuie sur aucun sondage digne de ce nom.  

L'intérêt général, invoqué par la mairie de Vauréal, se limite à faire entrer de l'argent dans les caisses (entre 8000 et 9000€ de loyer perçu chaque année par implantation d'antenne relais) et à en dépenser le moins possible.

D'où le choix d'utiliser les emplacements existants des mâts d'éclairages déjà alimentés électriquement et les accès pour la maintenance étant déjà opérationnels.  Opération nette pour la ville...économiquement en tout cas.

Pour ce qui est de la prise en compte de la santé et des intérêts privés des habitants, on ira voir ailleurs ... si on peut.   

Et maintenant, que pouvons-nous faire pour arrêter cette escalade dans notre mépris et notre exposition aux ondes ?  Rappelons quelles ont été nos actions depuis l'apparition des antennes Bouygues : - lancement d'une pétition signée par près de 350 personnes (lien) - création d'un blog permettant de suivre l'actualité sur cette implantation et de donner aux riverains des outils pour la contester (lien)  - distribution d'un tract tout autour du parc des sports - prise de contact avec les médias dont Le Parisien aboutissant à la publication d'un article : lien - dépôt et envoi de lettres de contestation en mairie et à l’opérateur Free - de nombreuses rencontres avec madame la maire et ses services (urbanisme)   

Pour l'instant, aucun engagement ne nous a été donné.

Nous savons que des négociations seraient peut-être en cours avec l’opérateur Bouygues en vue d'un déplacement hypothétique, pour une implantation au niveau des terrains de tennis (que de conditionnels).

Ce qui ne ferait pas les affaires des habitants de la rue du Fest Noz. Quant au pylône de Free, il n'est purement et simplement pas évoqué.   

Un rapport de force semble donc se dessiner si nous souhaitons refuser toute source supplémentaire de pollution électromagnétique dans notre environnement. 

N'hésitez pas, via le blog, à laisser des commentaires et nous faire part de vos suggestions. 

Faites également connaître ce blog (ainsi que la pétition) afin qu'il existe, pour qu'existe notre contestation. Car la réalité de ce type de combat se fait aussi sur les réseaux sociaux. 
366 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Commentaires
Valider
Votre commentaire a bien été enregistré
Commentaires
Valider
Votre commentaire a bien été enregistré
— 1 réponse de l'auteur