Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Mise à jour de la pétition

LA FERME DE L'HORREUR

Pétition : LA FERME DE L'HORREUR Mise à jour de la pétition

LA FERME DE L'HORREUR

125.868 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Marion Pécher, École du Chat de Marcq-en-Barœul
18/01/2021

"Leurs animaux sont comme leurs enfants."

Un article intéressant a été publié hier au sujet de cette affaire. Il soulève plusieurs problématiques, du point de vue du monde agricole.

https://terres-et-territoires.com/cest-tout-frais/la-ferme-pollet-et-ses-36-bovins-au-coeur-dune-polemique

Je souhaite cependant réagir par rapport à certains de ses propos.

  • « Les deux frères ont décidé de la marche à suivre depuis longtemps, mais le bruit médiatique autour de leur ferme ne les aide en rien ».

Ah bon ? Nous avons découvert un troupeau en blocage sanitaire depuis 2013, avec des bêtes menacées par l’administration d’euthanasie imminente. En quoi une quelconque « marche à suivre » était-elle engagée ?

Il a fallu un signalement pour maltraitance et une pétition pour qu’un défilé solidaire de personnes bardées de bonnes intentions se bougent enfin les fesses.

Rappelons que sans l’École du chat, B.P. ne se serait jamais déplacée à la DDPP.

Que c’est l’École du chat qui a pris la mesure de la situation et enfilé ses bottes en caoutchouc pour aller à la rencontre des animaux de l’éleveur dans la pâture, avec lui.

Que la DDPP et Arcade utilisent aujourd’hui le travail d’identification de l’École du chat pour déterminer quels seront les animaux identifiables / susceptibles d’être sauvés de cette catastrophe, tout en évinçant l’association de leurs conciliabules.

Par ailleurs, la médiatisation avait vocation à alerter sur le mal-être polymorphe et récurrent des animaux de ce cheptel ; ce qu’elle a fait, puisque la DDPP ne daignait pas répondre à notre signalement.

Bref. Sans cette médiatisation, les animaux seraient encore en train de pleurer de faim dans la pâture et de fouiner dans les sacs poubelles déposés devant la ferme sans que quiconque ne s’en émeuve.

-« En tout cas, conclut Eric Deleporte, nous serons avec eux pour effectuer un suivi s’il le faut. Ou pour une éventuelle collecte de foin ou de fourrage. Nous avons la capacité d’accompagner l’exploitation sur le long terme. Pas juste de crier au loup. »

Vraiment ? Fourrage et foin, prophylaxies et soins vétérinaires offerts à vie ? Constructions d’infrastructures ? Gestion des documents administratifs ? En sachant que 36 bovins coûtent, rien que pour la nourriture, 1500€ par mois. Décidément, tout s’arrange ! Mais où étiez-vous, ces 8 dernières années ?

Une phrase nous arracherait des larmes, cependant :

  • « Pour eux, leurs animaux sont comme leurs enfants. »

Nous aurons la décence de ne pas commenter cette cerise sur le gâteau de la maltraitance.

 

  • Les décisions sont sans appel : « les animaux ne sont ni maltraités, ni en danger imminent ».

Nous nous sommes déjà exprimés par rapport aux conclusions de Mme Pecquery et ces animaux qui avaient été, quelques jours auparavant, délogés du marasme dans lequel ils se trouvaient depuis des années, avec des balles de foin miraculeusement apparues sur le site.

Qu’on nous permette ici simplement de nuancer le propos : ces conclusions ne sont pas « sans appel ». Elles balaient tout bonnement de la main un dossier existant et récurrent qui n’en existe pas moins et a été confié à Mme le Procureur de la République.

De plus, elles s’appuient sur des avis d’ « experts » payés par la DDPP et mandatés par elle.

  • Des experts qui prennent la sociabilité des animaux pour le signe qu’ils ne sont pas maltraités, alors que ces derniers ont simplement l’habitude de quémander auprès des passants et chez les voisin de quoi tromper la faim, n’hésitant pas à cerner les automobilistes sur la route.
  • Des experts qui n’ont pas fait de prélèvements sanguins, d’analyses de bouses et d’urine, d’examens des sabots (jamais inspectés, alors que la voisine fait soigner tous les mois et demi ceux de ses vaches).
  • Des experts qui acceptent de n’avoir pas de réponse à leurs questions : que sont devenues les vaches disparues ? De quoi sont-elles mortes ? Que font-il des cadavres ?

Bref, ces conclusions superficielles ont superficiellement conclu au fait de laisser sur place les animaux. Pour l’instant.

  • « Nous n’avons pas l’autorisation de communiquer sur le reste du dossier ».

Un dossier classé secret-défense, donc. Avec, sans doute, d’autres cadavres dans le placard que ceux des bovins trouvés carbonisés dans la ferme lors d’une inspection des services vétérinaires, il y a quelques années.

-------------------------------------------------------------------------------------------

Pour terminer cette mise au point, nous souhaitons signaler un autre article paru hier qui relate la fin récente et logique d’une affaire similaire (même si le Maire de la commune, apparemment plus sensible au bien-être animal que M. le Maire de Wambrechies, s’est plaint de lenteurs).

Il s’agit d’un retrait judiciaire qui concerne des vaches dans une situation semblable, avec des dermatoses et les sabots en mauvais état, comme sur nos films et photos.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/jura/maltraitance-animale-300-vaches-saisies-justice-exploitation-agricole-du-jura-ain-1914780.html

Un article qui montre qu’il est possible de faire appliquer la Loi, plutôt que de la contourner par des acrobaties administratives totalement incohérentes (on déclare que les animaux ne seraient pas maltraités sous couvert de se préoccuper de la situation économique des éleveurs, mais on les assomme de prunes astronomiques qu’ils ne pourront jamais payer au titre de mauvais traitements !).

 

125.868 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Commentaires
Valider
Votre commentaire a bien été enregistré
Marie-france - Le 18/01/2021 à 11:05:00
On paye des gens qui dans les 3/4 du temps ne bougent pas leurs fesses de leurs bureaux (bien au chaud).

On se demande s'ils y connaissent quelques choses aux bêtes, qu'ils laissent donc les associations s'en occuper

Et oui il faudrait leur retirer les bêtes restantes et les mettre dans des sanctuaires pour qu'elles y finissent leur vie correctement
48
— 1 réponse de l'auteur
Jacqueline - Le 18/01/2021 à 10:45:32
Effectivement. Si un agriculteur, dans le même cadre que cette ferme de l'horreur a pu être condamné à 3ans prison ferme, pour ces monstres la Justice devrait trancher idem !!
37
— 1 réponse de l'auteur
Christine - Le 18/01/2021 à 11:04:42
Ce fait divers, c'est cloche merle.

Bourré d'incohérences.

Avec le déni de la part des éleveurs et de l'administration et quant au mal être des animaux évident !!!!

On marche sur la tête.!!!!
33
— 1 réponse de l'auteur
Voir tous les commentaires
Commentaires
Valider
Votre commentaire a bien été enregistré
— 1 réponse de l'auteur
- Autre(s) Actualité(s) de la pétition -
Voir plus d'actualités