Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Sondages Social Sondage

Sommes nous libres de nous habiller comme nous le souhaiterions ?

Sommes nous libres de nous habiller comme nous le souhaiterions  ? Sondage

Sommes nous libres de nous habiller comme nous le souhaiterions ?

0 participants
Auteur : Thierry Paul Valette




Cette question qui semble simple et évidente soulève beaucoup d'interrogations.

La société impose des dress-codes, des uniformes. De la blouse pour l'infirmière à l'uniforme pour les pompiers. Nos ministres et élus répondent eux aussi à ces exigences. Le  Président de la republique aussi. 

Dans le cheminement de l'éducation nous expliquons à nos têtes blondes que l'on ne va pas en short à l école, ni en baskets à un entretien d'embauche. Adultes, nous pouvons même être refoulés à l'entrée d'un établissement. De toute évidence notre liberté de s'habiller est toute relative.

La liberté de s'habiller, n'appartient pas qu'aux femmes, elles restent bien évidemment libres de porter jeans, mini-jupes et talons hauts.
Elle n'appartient pas non plus qu'aux hommes , qui restent également  libres de porter costumes, shorts ou Marcels. 

Jusqu'au sommet de l'état la question se pose aussi.
En effet, récemment  la presse internationale a été divisée sur une tenue de l'épouse du chef de l'état face à un prix Nobel. Rappelons que cette rencontre se faisait dans un cadre professionnel et non privé. Cela a déclenché des tollés sur internet.  

Lorsque des députés avaient tombé la cravate  à l'Assemblée Nationale cela n'avait pas fait plaisir à la classe politique en général. 

Imagineriez-vous le Président français se rendre à une réunion  internationale en Santiag et blouson en cuir ? Si effectivement nous sommes si libres que cela du port et choix de nos vêtements ? 

Imagineriez-vous votre banquier venir en survêtement à votre rendez-vous ? 

Nous souhaiterions connaître en 2017 ce que vous en pensez ?  

Nous attendons vos réponses.

Merci à vous 

Thierry Paul Valette