64 816 237 personnes agissent sur MesOpinions.com

Sondage - Social

Votez

Déjà 63 participants.

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Sondage : Que pensez-vous de l'uberisation de la société prôné par Macron ?

Auteur : Antoine

Créé le 05/02/2017

Que pensez-vous de l'uberisation de la société prôné par Macron ?

"Je préfère voir des gens bosser 60, 70 heures par semaine pour un smic plutôt que de les voir tenir les murs, dealer, ou rester assigné à résidence au RSA". Macron concernant l'ubérisation

En modifiant l’article 2064 du Code civil et la loi du 8 février 1995, (article 83) qui renvoie toute relation de travail au code du travail, la loi Macron ouvre la possibilité de contrats civils, commerciaux, de gré à gré qui pourront échapper aux conventions, aux inspections, aux contrôles et aux prud’hommes. Merci macron !

Ubérisation :
Le statut du travailleur est indépendant (autoentrepreneur, freelance...). Le droit du travail ne s'applique donc pas avec pour conséquence la disparition de la protection sociale ou des congés payés.

Le service est effectué par des travailleurs indépendants par l'intermédiaire d'une plateforme numérique (place de marché).

Il ne s'agit donc pas d'une relation employeur / employé mais d'une relation client / fournisseur. Le professionnel doit donc gérer lui-même ses affiliations aux régimes de protection sociale et de prévoyance ainsi que les questions fiscales (TVA, impôts...) et de règlementation.

L'effacement de la limite entre vie professionnelle et vie personnelle est assurée par l'uberisation. Les revenus sont plus précaires que pour les salariés, notamment en cas de maladie (congés maladies supprimés) ou de changement de politique tarifaire de la plateforme, une difficulté d’accès aux prêts et au logement en l'absence de revenus stables, risque économique, moindre opportunité d’accès à la formation. 

La récente baisse de tarifs du service VTC d'Uber, en réaction aux nouvelles offres commerciales des compagnies de taxis parisiens (G7 et Taxis bleus) qui cherchent à reconquérir les clients perdus, à entraîné une forte baisse de salaire des conducteurs (moins de 1000€) et des fortes pressions, ils se battent contre depuis. C'est un exemple parmi d'autres de la révolution de l'uberisation. Mais elle risque d'accroître le chômage et la précarité.

On peut parler d'un esclavage moderne à l'air du numérique.