113 106 004 signatures sur MesOpinions.com

Votez

Déjà 400 participants.

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Sondage : Souhaitez vous le départ de Macron et/ou la dissolution de l'assemblée nationale ?

Auteur : Membre du mouvement des Gilets Jaunes

Créé le 06/05/2019

Souhaitez vous le départ de Macron et/ou la dissolution de l'assemblée nationale ?

Depuis octobre 2018, le Mouvement des Gilets Jaunes, soutenu par une large majorité de citoyens, manifeste sa colère fasse à la politique menée contre le peuple par le gouvernement actuel, pour le plus grand profit des amis personnels du Président Macron.

S'ajoutant aux injustices fiscales et sociales déjà insupportables dans un pays aussi riche qu'est la France, sa politique anti-sociale fragilise et stigmatise de plus en plus les plus faibles et les plus précaires, elle appauvrie les classes moyennes et les classes légèrement plus privilégiées, pendant qu'elle offre des avantages indécents aux actionnaires les plus fortunés. 

Malgré une campagne politique nommée "Le Grand Débat" qui a coûté au peuple au moins 120 millions d'euros et qui fût surtout de très longs discours de sourds de la part du Président Macron, il a pourtant tenter de toutes ses forces de persuader le peuple de la justesse de sa politique. Et il a encore une fois totalement échoué. Il n'en tire malgré cela aucune conclusion si ce n'est de continuer la destruction progressive de la protection sociale et la braderie des biens appartenant au peuple français à qui il n'a jamais demandé son approbation et pour lequel aucun mandat ne lui a été remis.

La volonté de Justice du peuple se heurte depuis des mois à une ultra-violente répression lancée par son gouvernement et menée par les bras armés des forces de l'ordre à l'encontre des manifestants. Forces de l'ordre qui transgressent les Lois de notre pays en toute impunité, faisant monter la violence à chaque manifestation, du fait de la compromission de pouvoir judiciaire qui répond aux ordres d'un gouvernement qui prônent l'impunité pour les policiers, mettant ainsi fin à l'état de droit. Les forces de l'ordre se croient par cette dérive hasardeuse en droit de violer en très grands nombres les Lois de la République, tout en bafouant les droits fondamentaux des citoyens.

Cette répression sanglante se fait contre les manifestants, contre les journalistes, contre les "Street Medics", simples bénévoles secouristes de rues, neutre politiquement, qui soignent manifestants, simples promeneurs pris à partie, et également l'ensemble des membres des forces de l'ordre lorsque qu'ils en ont besoin. Les observateurs de la Ligue des Droits de l'Homme sont également devenus la cible des policiers et gendarmes. C'est une honte pour la République, pour l'image de la France à travers le monde, pour son rayonnement culturel et économique, pour l'ensemble des citoyens français.

Le gouvernement du Président de la République française Emmanuel Macron ainsi que l'ensemble des députés de la majorité décident de cette politique injuste et élitiste depuis son élection, ce qui est contraire à nos institutions. Le Président de la République comme tous les élus ont le devoir sacré d'œuvrer pour le bien du peuple, uniquement pour son bien, et jamais contre ces intérêts. Il ne doit jamais légiférer pour donner avantage à des intérêts particuliers, contraire aux intérêts du peuple, c'est notre Droit Constitutionnel, et en temps que Président de la République, de Premier Ministre, de Ministre, ou membres parlementaires, ils se doivent tous de le respecter.

Les circonstances de l'élection d'Emmanuel Macron ont fait que celui-ci n'a jamais reçu l'approbation du peuple pour mener la politique qu'il souhaitait engager. Seul le score du premier tour de l'élection présidentielle peut donner la dimension de l'adhésion à son programme. Le deuxième tour, de part la présence d'un parti d'extrême droite face à lui, est devenu une consultation citoyenne trans-partisane contre la possibilité pour le Front National de prendre le pouvoir. Cette élection n'a jamais été un plébiscite pour son "Projet" qui n'a obtenu que 8 656 346 voix au premier tour sur 36 054 394 de votes exprimés, soit 24,01 %, ce qui est très minoritaire si l'on se base sur les 47 582 183 de citoyens inscrits sur les listes électorales. C'est donc avec 18,19 % de votes qu'il entend mener cette politique dévastatrice qui emmène le pays vers le cahot et la ruine. La France est en train s'enfoncer dans une nouvelle crise financière, la France en 2019 entre de nouveau en récession, le PIB par habitant est en baisse de 0,9% par rapport à 2018, la catastrophe qui s'annonce doit faire prendre conscience au peuple du besoin urgent de mettre un terme à tout cela.