Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Blog Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Sondages Sondages animaux Pensez-vous, qu'il faudrait faire interdire, toute projection diffusion et vente du film «L'Ours», si Kiwi & Domi se voient condamnés à mourir en captivité, ce, dans l'hypothèse d'un éventuel refus de la part de Jean-Jacques Annaud, d'intervenir financièrement pour les faire libérer.
Sondage

Pensez-vous, qu'il faudrait faire interdire, toute projection diffusion et vente du film «L'Ours», si Kiwi & Domi se voient condamnés à mourir en captivité, ce, dans l'hypothèse d'un éventuel refus de la part de Jean-Jacques Annaud, d'intervenir financièrement pour les faire libérer.

Pensez-vous, qu'il faudrait faire interdire, toute projection diffusion et vente du film «L'Ours», si Kiwi & Domi se voient condamnés à mourir en captivité, ce, dans l'hypothèse d'un éventuel refus de la part de Jean-Jacques Annaud, d'intervenir financièrement pour les faire libérer. Sondage
145 participants
Auteur : Teodorah - Militante Animaliste
Absolument. Interdiction totale. Sanction absolue. Ce serait une réaction justifiée et méritée.
95 %
Non, ce n'est pas grave, leur mort et leur souffrance ne présentent aucun intérêt aux amoureux des ours et des animaux.
1 %
Sans avis
1 %
Aucune des réponses ci-dessus : réagissez en commentaires.
3 %
145 participants
Partagez le sondage avec vos amis :
16 commentaires
Raymond - Le 01/08/2018 à 11:52:59
Un boycott de ses films, c’est ce que je vais faire si monsieur Annaud ne bouge pas !
0
Le 05/08/2018 à 11:47:52
la question est très mal posée, ma réponse est que le film ne doit pas être associé à cet ours, restons rationnel.
0
Le 30/08/2020 à 15:59:38
Un peu hors sujet
NE PAS CONFONDRE L'OMBRE ET LA PROIE
0
Voir tous les commentaires
Accueil Sondages Sondages animaux Pensez-vous, qu'il faudrait faire interdire, toute projection diffusion et vente du film «L'Ours», si Kiwi & Domi se voient condamnés à mourir en captivité, ce, dans l'hypothèse d'un éventuel refus de la part de Jean-Jacques Annaud, d'intervenir financièrement pour les faire libérer.