Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires COVID-19 Lancer une pétition
Pétition

Pour toute personne socialement constructive !

Pétition : Pour toute personne socialement constructive ! Pétition

Pour toute personne socialement constructive !

7.789 signatures
Pétition soutenue par un Super contributeur
Auteur(s) :
José Seknadjé-Askénazi, au nom du groupe Tous Citoyens, Tous solidaires
Destinataire(s) :
A toutes personnes souhaitant s'investir dans des projets constructifs et solidaires
La pétition
Mises à jour
Sous prétexte de lutte contre la pandémie de Coronavirus en cours (Mars 2020), des mesures délirantes, souvent irrespectueuses des libertés fondamentales, sont prises...

Notre projet est de dégager un espace souriant et constructif de mise en échec de ces mesures et, au-delà, de rassembler un maximum de bonnes volontés pour la ré-élaboration d'une citoyenneté positive !

Rejoignez pour cela notre groupe : "Tous citoyens, tous solidaires. "

Ce groupe ouvert à toutes les sensibilités, pour autant qu'elles soient constructives, ne demande ni caution politique, ni adhésion financière, seulement une participation minimale de 2 heures par semaine impliquant :

* une grosse heure destinée à des activités de partage, de participation à des groupes de discussion, de manifestations (sous des formes variées) de votre opposition aux mesures liberticides et socialement rétrogrades aujourd'hui prises par les pouvoirs en place en France, et enfin d'entraide entre membres ;

* une petite heure pour la publicité à faire autour de nos engagements, afin que notre mouvement puisse grandir et infléchir, ne serait-ce que dans une faible mesure, un environnement social devenu en France préoccupant.

C'est tout, pour ceux qui ne peuvent pas faire plus. Ces 2 heures minimales seront, pour nous, infiniment précieuses et conduiront nécessairement à des résultats importants si nous arrivons, dans un premier temps, à dépasser un nombre que le groupe fondateur du mouvement a estimé à 500 personnes.

Une fois ce nombre atteint, nous serons amenées à réexaminer nos projets, et à en former de plus ambitieux, en concertation avec l'ensemble des membres actifs.

Rejoignez-nous !

Les membres fondateurs :

J. S.-A. (Universitaire, Psychanalyste, écrivain)
N. V. (Styliste, militante féministe engagées dans des mouvements d'assistance aux femmes exploitées dans le Tiers Monde)
S. B.-A. (Universitaire, auteure, militante associative)
X de B. (Médecin épidémiologiste, membre d'ATD Quart Monde)
S. D. (coiffeuse, membre d'Anticor, membre des Restos du Cœur)
B. de H. (Écrivain, publiciste, membre du bureau d'une Association venant en aide aux migrants en détresse)
V. H. (mère de famille organisatrice de micro-groupes d'entraide familiale, militante de la CIMADE)
J. P. (journaliste, militant associatif, membre de groupes d'alphabétisation)
J. S. (avocate, engagée bénévole sur une partie de son temps pour la défense de minorités injustement traquées)
S. O.-F. (médecin généraliste et militante féministe)
G. de C.-T. (policier, membre d'un syndicat - minoritaire au sein des force de sécurité - défendant le principe du respect des droits citoyens)
A. C. (caissière, membre d'une association de théâtre amateur et syndicaliste)
E. S. (ancien enseignant en zone prioritaire d'éducation, pompier bénévole, animateur de quartier à temps partiel)
J. A.-Th (infirmière retraitée, adoptante de deux enfants ayant perdus leurs parents dans les conflits du Moyen Orient)

Le 04/04/2020

Bonjour à tou(te)s,

Le seuil critique d'adhésions à partir duquel nous estimions pouvoir lancer un mouvement suffisamment "visible" (et donc de nature à peser un peu à la fois dans l'opinion, du côté des grands Médias et auprès des institutions) est à peu près déjà acquis.

Dans l'idéal il nous faudrait encore au moins 3000 adhésions dont, surtout, au moins 50 contributeurs actifs pouvant oeuvrer directement avec l'équipe de pilotage, mais nous n'allons pas attendre l'éternité pour lancer des débuts de concrétisation, sinon les premières bonnes volontés qui s'étaient manifesté risqueraient de se lasser.

D'ici le 12 avril donc (nous aurions espéré plus tôt, mais nous rencontrons encore quelques difficultés avec notre hébergeur informatique) devrait donc apparaître sur le Web la première version du site Tous Solidaires - Tous Citoyens (en abrégé TSTC). Vous serez immédiatement avertis.

Nous rencontrons pourtant en interne un gros problème : sur la soixantaine de personnes ayant proposé spontanément une contribution précise, nous n'avons pu répondre qu'à moins de la moitié, ne disposant pas des adresses mails des autres.

Nous avions déjà relancé une demande pour que ces personnes nous recontactent en précisant :

leur prénom leur, nom, leur adresse e-mail, leur département de résidence, un résumé très syntétique de leurs propositions d'action ou d'aide.

Mais il nous en manque toujours un assez gros paquet...

Leur anonymat total est pourtant garanti : l'équipe de pilotage actuelle n'utilise en effet par exemple ni Google, ni Twitter, ni Internet Explorer, ni FaceBook (qui on le sait "compilent" les données d'identification à l'insu de leurs utilisateurs, pour les revendre ensuite, en particulier à des annonceurs).

Nous avons besoin de ces précisions : notre équipe de pilotage est totalement bénévole, nous ne disposons d'aucun fond pour rémunérer quelque professionnel que ce soit, et donc toutes les aides, collaborations, actions nous permettant d'étoffer notre projet sont VITALES. Si nous n'arrivions pas à compléter l'équipe d'action actuellement réunie et encore en partie lacunaire, il nous faudra songer à une cotisation, sur le modèle de la plupart des mouvements associatifs ou politiques voisins du nôtre. Mais nous préférons fortement ne pas à avoir à l'envisager pour le moment. Nous n'y recourerions que contraintes et forcés.

Merci donc d'envoyer les renseignements demandés à

propositions.suggestions@touscitoyens-toussolidaires.org

En vous remerciant très sincèrement de vos contributions déjà effectives, et de toutes celles à venir,

José Seknadjé-Askénazi

au nom de l'équipe de pilotage actuelle


Le 31/03/2020

Rappel :

Pour nous joindre facilement adresser un mail à

equipe.de.pilotage@touscitoyens-toussolidaires.org

ou à :

questions.generales@touscitoyens-toussolidaires.org

Amicalement,

José Seknadjé-Askénazi


Le 31/03/2020

Bonsoir,

Nous avions demandé à plusieurs d'entre vous de nous préciser leurs coordonnées précises, INCLUANT UNE ADRESSE DE COURRIEL, c'est en général ça qui a pu nous manquer pour certains échanges personnalisés concernant votre participation et les formes d'implication qui pourraient être les vôtres.

Malheureusement l'adresse de contact que nous vous avions indiquée à cet effet s'est trouvée quasi-immédiatement saturée (underzevolkano@orange.fr) et nous somme obligés de renoncer à l'utiliser - elle n'est pas calibrée pour une utilisation aussi intensive.

Ca n'a vraiment rien de grave : nous avons tout simplement changé d'hébergeur, ce qui nous permet de disposer de plusieurs adresses mails dédiées, vous permettant de trouver immédiatement, au sein de notre équipe, le correspondant le plus adapté à votre éventuelle demande, proposition ou fourniture de renseignement.

* pour d'adresser au responsable officiel (et légal) du mouvement

jose.seknadje.askenazi@touscitoyens-toussolidaires.org

* pour d'adresser au groupe de pilotage provisoir du mouvement

equipe.de.pilotage@touscitoyens-toussolidaires.org

*pour toute fournitures de renseignements vous concernant (en particulier les fameux e-mails et département de résidence lmanquants : nous en avons impérativement besoin si nous voulons prévoir des référents départementaux ou régionaux susceptibles de guider les nouveaux et de faciliter l'organisation de groupes d'échange locaux)

informations.fournies@touscitoyens-toussolidaires.org

* pour toutes vos propositions et initiatives :

propositions.suggestions@touscitoyens-toussolidaires.org

* pour toutes questions générales de fonctionnement :

questions.generales@touscitoyens-toussolidaires.org

* pour envoi de touts textes ou contributions, qu'ils soient individuels ou collectifs, que vous souhaiteriez voir aoparaître tels quels sur le site (aucun filtrage ne sera effectué, mis à part évidemment la correction d'éventuelles erreurs orthographiques et l'effacement de tout passage insultant ou diffamatoire) :

textes.et.productions.libres@touscitoyens-toussolidaires.org

*s'agissant de l'envoi de tous textes ou contributions pour lesquels vous souhaiterire une relecture des productions adressées, avant leur publication sur le site (dans ce cas la version retouchére gràce à l'un de nos écrivains-experts vous sera réadressée pour accord définitif de votre part, avant publication) :

textes.et.productions.a.relire@touscitoyens-toussolidaires.org

Par ailleurs nous avons bien reçu l'adhésion par mail de trois volontaires n'ayant pu directement signer la pétition : Francis CRUZE et Claude (ou Clauze ?) MARTINI, Stanislas COFFI.

Enfin le site dédié en cours de restructuration nous permettant de rendre publiques vos intiatives, prodiuctions, réflexions collectives, et de vous proposer divers contenus, procédures participatives et informations est en cours de refonte : il devrait êre opérationnel d'ici une semaine au plus tard, même s'il restera encore un peu lacunaire, durant quelques jours. C'est grâce à ce site que vous serez tens régulièrement tenus informés de nos propositions et des résultats de notre activité commune, que vous pourrez aussi y réagir directement...

La mobilisation doit continuer continue, malgré notre déjà très effectif et inattendu succès rapiide : nous constituerons une vétritable force de proposition, avec laquelle il faudra compter, lorsque nous disoserons d'envion 5000 adhérents, et 6 à 7000 sympathisants supplémentaires. Nous n'en sommes qu'en gros encore à la moitié, même si notre nombre augmente chaque jour.

Faites donc, si vous le pouvez - et y compris à l'étranger - autant de publicité à notre groupe que possible.

Solidairement et citoyennement vôtre.

Le 30/03/2020

Et pour vous faire patienter les trois-quatre jours nécessaires voici le texte complet sur lequel les iniateurs de la pétition s'étaient appuyés. Il n'apporte rien de vraiment extraordinairement noveau par rapport à la pétition elle-même, mais détaille plus l'argumentation :

L'actuelle pandémie a bon dos, qui permet d'annuler toutes les manifestation d'esprit civique collectives, et de faire remonter artificiellement dans l'estime nationale le courant politique au pouvoir, qui commençait très nettement de se voir contesté.

Au lieu de risquer de joindre tacitement les concert des pleureurs professionnels soutenant sans le dire la mouvance dominante rejoignez-donc le collectif « tous citoyens, tous solidaires », ce sera nettement plus productif.

A. Les médias et la pandémie :

Depuis le début de l'épidémie les grands média nous inondent en boucle de messages de trois types :

  1. comment respecter les mesures de prudence jusqu'à l'obsession : par exemple a-t-on le droit de sortir de chez soi pour aller acheter du pain à la boulangerie qui se trouve à 200 m de chez soi ? Réponse apportée partout, et répétée ad nauseam : non si on ne dispose pas de l'autorisation auto-remplie correspondante, à télécharger sur Internet et devant être renouvelée lors de chaque sortie. Ce genre de disposition et d'affirmation est quasi-totalitaire ;

  2. comment vivre le confinement : on a droit à une multiplication de pseudo-témoignages totalement inintéressants (mais prévisibles) du type : "ça commence à m'énerver de tourner en rond entre quatre murs, mais si c'est pour le bien de tous, alors respectons les consignes légales" (sic) ;

  3. les français ne respectent pas assez les mesures de sécurité prises, il va donc falloir plus de mesures de restriction des libertés fondamentales (exemple caricatural : des mesures de confinement sont annoncées au moment X par M. Macron, après sept semaines d'inaction totale. Deux jours après M. Philippe se lève, ouvre sa fenêtre, observe la rue, referme sa fenêtre et déclare « Nos concitoyens, je l'ai vu de mes propres yeux, ne se montrent pas assez civiques, nous allons donc devoir durcir les mesures prises ». Et tous les médias d'applaudir ce comportement à la fois méprisant, dénué de toute nuance, imprégné jusqu'à la moelle d'un autoritarisme de chef de rang de galère.

B. Les charlatans et autres pseudio-prévisionnistes :

  1. Un médecin à la barbe de prophète se lève un matin du pied gauche et déclare sur un ton apocalyptique qu'un dérivé de la chloroquine va guérir les malades du coronavirus. Quels sont les indices qui le lui ont fait penser ? Rien, nada, ein, lo, nothing, on a beau chercher partout, on ne n'en trouve nulle trace. Mais voilà que le prophète prétend avoir effectué un essai clinique sur 24 patients, et qu'il est totalement concluant (6 patients infectés sur 24 auraient été guéris en une semaine), prétendu essai clinique non significatif vu le nombre de patients supposés testés, en tout cas ni recoupé ni vérifié par personne. Et donc l'ensemble des hôpitaux du monde entier en arrive à chercher à tout prix à se procurer ce dérivé de la chloroquine, les pouvoir officiels français s'y mettent aussi, et déclarent que l'utilisation de cette dernière sera préconisée dans les cas graves. Alors-même qu'en plus cet antipaludéen présente des contre-indications graves, parfois mortelles ;

  2. les grands médias du monde entier se mettent à publier quasi-journalièrement des « courbes exponentielles » de propagation de la maladie, qui donneraient à penser que d'ici un mois la planète entière sera atteinte, et le tiers de sa population décédée. Alors que c'est tout bonnement ridicule : dans le cas d'infections commençant de faire l'objet d'un suivi précis les courbes sont TOUJOURS exponentielles. Sauf qu'elles se mettent TOUTES (voir l'exemple de la grippe aviaire, entre trois cents autres) à dégringoler au bout de deux mois de surveillance.

C. L'hystérie apocalyptique :

  1. on en serait selon les estimations les plus pessimistes à 140.000 personnes décédées dans les monde (40 .000 selon les estimations plus prudentes de l'O.M.S.), alors que tout le monde ou presque prétend que cela constitue LE danger le plus considérable au monde. Dix millions de personnes au moins décèdent des hépatites A, B, C chaque année, dont 80 à 90.000 en France, mais ça, ce n'est pas un danger, ni un risque : ça fait partie de la normalité des choses, et ce alors-même qu'on dispose d'un vaccin efficace pour les deux premières, mais qu'aucune campagne publique pour la prise de ce vaccin n'a jamais été initiée ;

  2. tout le monde se munit de gants, alors que l'O.M.S. déclare leur port parfaitement inutile, voire dangereux, et certains ne mettent plus le bout de leur nez dehors, ne serait-ce qu'une fois dans la journée, alors qu'aérer régulièrement son appartement ou sa maison fait partie des conseils élémentaires de santé, et que s'exposer une demi-heure à la lumière du jour évite les risque de carence en calcium, si ça s'accompagne de la consommation d'un verre de lait journalier.

D. « Plus incohérent que moi tu meurs » :

  1. Pendant deux mois le gouvernement ne songe pas un instant à réunir une cellule d'experts médicaux pour l'aider à prendre les mesures les pus adaptées... Puis sur l'espace de dix jours il en crée deux, dont les avis ne sont pas rendus publics, mais dont on s'aperçoit très vite qu'ils sont en partie contradictoires ;

  2. pendant deux mois on ne prend pas une seule mesure pour limiter les massifs transports en commun des grandes villes, dont les épidémiologistes ont tous déclaré qu'ils constituaient le facteur de contamination le plus important. On maintient encore (quoique dans des proportions devenues faibles) l'usage de ces transports, alors qu'au contraire se promener seul en forêt, avec zéro risque de contagion, expose à une reconduite chez soi plus une amende substantielle (des centaines de cas attestés).

  3. Les déplacements sont partout surveillés par une centaine de milliers de fonctionnaires de sécurité, susceptibles par leurs déplacement incessants de contribuer à la propagation de la maladie. La plupart sont dépourvus de masques, alors que d'autres administrations sont toutes prêtes à leur en fournir. Mais c'est refusé, au prétexte que « seules sont habilitées à fournir des masques aux forces de sécurité leurs tutelles habituelles ».

  4. On n'est normalement plus autorisé à se rendre chez son psychothérapeute, sa mercière, son coiffeur, à faire venir un jardinier ou un menuiser chez soi...

  5. Par contre et en opposition aux recommandations strictes de épidémiologistes, les lieux publics (en particulier les toilettes publiques) ne font en rien, strictement rien, l'objet de désinfections plus fréquentes.

E. La porte ouverte laissée à des mesures de type économique ultra-libérales :

  1. le secteur du bâtiment tout entier est autorisé à continuer ses activités, au prétexte du « maintien à tout prix des activités économiques essentielles » mais AUCUN contrôle des mesures d'éloignement minimal de sécurité (en gros 1, 50 m, voire deux) n'est effectué, dans un champ professionnel où l'on sait que ces mesures ne sont spontanément pas en général respectées ;

  2. le cadre formel de 35h, servant à la base du calcul des horaires de travail est aboli pour un temps indéterminé (bien au-delà donc des mesures de confinement décidées pour 15 jours renouvelables) ;

  3. les lingettes désinfectantes dont on nous rebat les oreilles partout depuis le début de l'épidémie sont devenues introuvables depuis la mi-janvier. Le gouvernement a laissé – et laisse encore – le secteur marchand prendre seul sur ce point des initiatives qu'il aurait dû encadrer et soutenir ;

  4. les congés payés sont maintenant laissés à la discrétion de l'employeur – s'il souhaite transformer un chômage partiel vécu dans le confinement en congés obligatoires, il en a le droit, s'il souhaite déplacer ces congés en fonction des « besoins économiques de l'entreprise, » il en a toujours le droit, sans contrôle aucun ;

  5. le réglement des jours chômés du fait de l'absence éventuelle de travail dans une entreprise privée à but lucratif ont été ramenés arbitrairement à 75 % de la couverture légale jusqu'ici ;

  6. Les tournées postales ont été réduites à trois jours, sans qu'aucune raison de santé publique ne le justifie (le motif est en réalité économique).

  7. La mise en jachère des cours dans le primaire et le secondaire, supposée se voire palliée avantageusement par le CNED ne s'est accompagnée d'aucun encadrement téléphonique ou vidéo-communicationnel pourtant facile à mettre en place, laissant ainsi le champ libre aux entreprises privées - à but lucratif - d'accompagnement pédagogique.

F. La porte ouverte laissée à des mesures autoritaires extrêmes, se rapprochant des dispositifs sécuritaires prônées par l'extrême droite :

  1. il n'est en principe normalement plus possible de se rendre chez son psychothérapeute, son coiffeur, sa mercière, etc.

  2. certains commerces ou vendeurs de tabacs, en particulier dans les banlieues des grandes villes, se trouvent en rupture d'approvisionnement. Il est en principe interdit d'aller se fournir plus loin, puisqu'ils sont censés répondre à la demande. Qu'ils ne puissent le faire n'est pas pris en compte par l'autorité publique, malgré l'évidence du besoin (nombreux exemples d'injonction à regagner son domicile, assorties d'amendes) ;

  3. des conducteurs jugés en sortie « illégitime » se sont déjà vus confisqués leur véhicule par dizaines, alors même que leur seul tort a été de remplir en y laissant subsister une formule approximative, leur "déclaration de sortie par nécessité" ;

  4. des couvre-feux nocturnes (absurdes en ceci que se promener seul la nuit sur un chemin de campagne ou dans une rue quasi-déserte est mille fois moins vecteur de risque que de se mêler le jour à la foule des consommateurs dans les grandes surfaces). Ces couvre-feux ont TOUS été décrétés par des municipalités d'extrême-droite du sud de la France, mais n'ont pas été contrariées, si peu que ce soit, par le gouvernement. Il serait même question d'étendre ces mesures liberticides à la région parisienne.

                                             xxx

Des dizaines d'entre nous (dont au moins trois épidémiologistes hospitaliers) entrons donc déjà, moyennant toute connaissance de cause et prise de responsabilité respectueuse des mesures de santé publique nécessaires, en résistance.

Nous nous autorisons à effectuer quelque mesure de publicité et d'action collective nécessaires face au développement des fakes news, mesures autoritaires inutiles et liberticides.

Rejoignez-nous, des actions concrètes et productives (y compris pour rendre le confinement moins destructif) vous seront immédiatement proposées (procédures pour faire face à l'arbitraire des confinement, rédaction collective d'analyses sur la situatuion sociale actuelle, auto-construction de mesures d'entraide). Si nous arrivons assez vite à nous organiser, des dispositifs départementaux se verront mis en place.


Le 30/03/2020

Bonsoir,

Notre équipe s'est mobilisée toute l'après-midi et ce soir à la fois pour nous entretenir en vidéo-conférence des dispositions que nous avons à prendre pour adapter le dispositif d'entrée en matière que nous avions prévu (parce que le succès de cette pétition a dépassé de très loin ce à quoi nous nous attendions, nous allons devoir passer quasi-immédiatement à une vitesse trois fois supérieure à celle que nous avions prévue - mais nous y arriverons, trois d'entre nous au moins sont des experts en gestion de crise, ça tombe on ne peut mieux), à la fois pour répondre aux nombreuses interrogations légitimes exprimées dans les commentaires).

Sauf que - bug inattendu - toutes nos réponses écrites à partir de 22h ont "sauté", remplacé par un message du type "author answer - null - 01h). En même temps le bouton "répondre" est devenu indisponinle pour ces messages.

Nous demandons donc à toutes-ceux (celles) qui voient affichée cette sucharge bizarre sur leur message de nous contacter sur le mail underzevolkano@orange.fr en précisant leur nom, leur prénom, leur département de résidence et en rappelant leur question.

De même tou(te)s ceux (celles) nqui se sont manifesté(e)s pour proposer une contribution sont invité(e) à effectuer la même démarche, y compris ceux résidant à l'étranger.

Notre projet est sérieux et a été mûrement réfléchi, il s'appuie sur la mobilisation initiale d'une douzaine (dejà devenue une quinzaine, vue la nécessité de gérer le succès de la pétition, mais nous doutons que ça s'arrête-là, il y a trop à faire) de membres de l'équipe de pilotage initiale, membres ayant chacun fait preuve de réelles qualité humaines et sociales.

Nous n'entendons pas révolutionner le monde, ni gérer la crise sanitaire à la place de ceux qui en ont la charge. Juste contrebalancer positivement et avec succès les forces destructives qui commencent à profiter de l'effet d'aubaine créé par la pandémie actielle. Juste ça - mais ce n'est pas rien !

Le processus à court terme va être le suivant.

1) D'ici trois/quatre jours nous aurons fait des propositions concrètes à une majorité de ceux (de celles) ayant proposé leur participation, et auront proposé des lignes générales d'action.

En fonction des réactions à ces propositions nous vous renverrons d'ici huit jours un plan d'action aménagé, la constitution de premiers groupes de travail ou de réflexion, l'identité de référents régionaux voire (quand ce sera possible) départementaux.

Et nous rentrerons dès lors dans une première vague de "travail" solidaire.

Au fur et à mesure que se développera cette première vague de travail, la question sera posée des équipes de pilotage.

Nous avions longement réfléchi à ce point : notre fonctionnement ne sera ni autoritaire, ni pseudo-démocratique, mais auto-constructif et auto-régulé : l'équipe initiale structurante restera (sauf exception dont il va être question dans le paragraphe suivant) constitués de sa douzaine de membres de départ, àlaquelle viennent de s'ajouter trois nouveaux, pour faire face au succès de la pétition.

S'y ajouteront sur le principe de la cooptation, au fur et à mesure des besoins, les membres du groupe ayant manifesté leur réel engagement et en faisant la demande.

Des responsabilités plus restreintes, mais complètes et non soumise au contrôle de quelque "bureaucratie" que ce soit, seront elles aussi au fur et à mesure confiées aux artisans de projets participatifs ayant produit des résultats effectifs.

Si et seulement si un membre de l'équipe structurante, un responsable d'activité ou un référent régional faisait l'objet de plaintes répétées et motivées (par des faits, des échanges de courriel, des comportements attestés) pour atteinte grave à notre éthique de solidarité citoyenne, il pourrait se voir déchargé partiellement ou totalement de responsabilité, sur décision d'une majorité des deux tiers.

Par contre et par principe, aucune exclusion du mouvement n'est envisageable, saud dans les cas suivants : agression grave et prouvée d'un(e) autre membre du groupe, diffusion au nom du mouvement de propos ou déclarations affectant les objectifs ou la solidarité du mouvement.

Nous entendons ainsi prévenir, autant que possible, les phénomènes d'affrontement internes ou de compétition auto-promotionnelle ayant miné antérieurement des mouvements du même type que le nôtre.

Au nom de l'équipe de pilotage actuelle et provisoire, ainsi qu'avec toutes ses amitiés,

José Seknadjé-Askénazi

7.789 signatures
Signez avec votre email
Pétition soutenue par un Super contributeur
Partager avec vos amis Facebook
Partagez la pétition avec vos amis :
Pétition soutenue par un Super contributeur
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Partagez cette pétition avec vos amis
Je signe avec un autre email
234 commentaires
Paulo - Le 29/03/2020 à 12:43:42
un avenir viable est à construire maintenant...un changement de paradigme global est d’évidence pour tenter d'enrayer l'effondrement...le covid-19 n'est qu'un 'réfugié" de l'effondrement environnemental de la planète généré par l'humanité décadente et irrespectueuse pour sa survie à long termes.......
1
Marcel - Le 30/03/2020 à 11:21:45
pour donner mon avis et peser sur la politique menée lorsqu'elle me semble contraire au bien du peuple .
1
Martine - Le 30/03/2020 à 09:51:23
vous savez on disait lorsque les abeilles font disparaitre la terre ira tres mal et bien nous y voila
1
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs