Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Blog Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions sociales Stop aux démolitions absurdes et expulsions abusives
Pétition

Stop aux démolitions absurdes et expulsions abusives

Stop aux démolitions absurdes et expulsions abusives Pétition
3.834 signatures
Auteur
Auteur(s) :
L'Association ''Sauvons l'immeuble Messager pour une réhabilitation de son bâti''
Destinataire(s) :
M. MOUDENC, Maire de Toulouse - de M. Le Préfet de la Hte Garonne - de M. COLTAT, Directeur SA des Chalets - de M. BIASOTTO, Adjoint au Maire
La pétition

Expropriations et expulsions se multiplient de façon injuste sur tout le territoire ; aucune région n’est épargnée du littoral aux plus petites villes avec le renouvellement urbain.


Trop, c’est trop, nous refusons d’être les plumés, les naufragés d’un abus de pouvoir de la part des institutions républicaines.


Dans le cadre du Projet de Renouvellement Urbain qui touche tout le territoire français, de nombreux immeubles ont été détruits. S’il était nécessaire de casser ces ghettos, d’aérer certains quartiers devenus trop anxiogènes et irrespirables, il ne faudrait pas non plus tomber dans l’effet inverse et vouloir tout raser, tout casser au détriment de citoyens qui vivent paisiblement.


La Reynerie à Toulouse est ainsi devenu un quartier beaucoup plus agréable à vivre. Le lac, son parc, son Château, le métro, les commerces environnants, les écoles y sont de réels atouts.


Cependant, un projet de démolition touche l’immeuble Messager (géré par la SA HLM des CHALETS) qui comprend une copropriété (copropriétaires privés) et des locataires. Cet immeuble en tripode avec vue imprenable sur le lac et les Pyrénées a été construit en 1968 par CANDILIS, Architecte de renom, élève de LE CORBUSIER. Ce bâti ne « menace pas ruine » et possède encore 50 années de vie possible, voire plus, selon l’avis de plusieurs architectes ; pas besoin d’expert pour tester sa solidité, il a résisté à l’onde de choc d’AZF (100 m à vol d’oiseau) et aux souffles du vent d’Autan. Ceux qui lui reprochent son rôle de « vigie » à cause des coursives et son côté « insécurité » sont les mêmes qui ont laissé pourrir la situation en ne faisant rien ; pourtant, ce n’est pas le béton qui trafique…ce ne sont pas les murs qui vandalisent, ce n’est pas en déplaçant les gens que les problèmes de drogue, de dégradations, de chômage se règleront, loin d’être spécifiques à ces quartiers.


L’intérêt général n’est pas de démolir mais d’accompagner certains parents « déboussolés » par une jeunesse en manque de repères, d’éduquer ces jeunes, de les instruire, de les sensibiliser à tous les risques de dérives et d’argent facile, véritable miroir aux alouettes. Le maître mot « responsabilité » doit reprendre sa place.


Cette démolition est non seulement une aberration mais aussi du mépris, un dédain humiliant vis-à-vis des habitants qui y résident. 


Du mépris par les traumatismes psychologiques évidents, notamment pour les personnes les plus fragiles, la plupart du temps des dames seules, veuves, divorcées, âgées, avec des soucis de santé ou des Mamans qui élèvent seules leurs enfants et, dont les moyens financiers sont extrêmement modestes. Les femmes sont les plus touchées et les plus précarisées ; ce projet va les anéantir.


Par exemple, une personne de plus de 70 ans (ex-enseignante) avec de gros soucis de santé (maladie auto-immune), qui marche très péniblement, a vu ses symptômes largement accentués à l’annonce de cette décision machiavélique.


Une autre dame avait des petites pertes de mémoire, elle cherchait parfois ses mots mais restait tout à fait autonome ; l’annonce de la destruction a fortement aggravé son état puisqu’elle est maintenant dans une maison spécialisée.


Dommages collatéraux, c’est le vocabulaire utilisé par ceux qui veulent démolir. Honteux !


Il y a bien d’autres exemples aussi douloureux (déchirement familial) mais nous préférons nous arrêter là en soulignant que le désespoir et la peur du lendemain sont nettement tangibles.


Du mépris aussi par le prix dérisoire de rachat des appartements (entre 800 et 1000€) par la SA des Chalets (société HLM) dont le slogan est « l’humain au cœur de l’habitat »).


Autrement dit, impossibilité de racheter un autre appartement !


Les vies se sont figées ; une personne n’ose pas remplacer sa voiture au cas où…, une autre n’a plus le courage d’embellir son appartement ; bref, toutes ces personnes n’osent plus faire de projets !


Une aberration par les gaspillages d’argent public, le gâchis intolérable de bâtiments sains, solides avec de vastes appartements.


Une aberration face à la crise du logement, face à la crise financière, face au coût de l’immobilier, face à de plus en plus de précarisation pour certains et d’enrichissements indécents pour d’autres.


Une aberration par le coût des charges, des honoraires de syndic anormalement élevés (honoraires syndic, 34000 €/an pour 45 propriétaires restants sur 85) d’autant plus aberrant s’agissant d’un organisme HLM.


Une aberration par l’impact environnemental de toutes ces démolitions et reconstructions en matière de bilan carbone et de limitations de gaz à effets de serre.


Une aberration car la SA des CHALETS est juge et partie à double titre ; elle est à la fois expropriante et en même temps le futur acquéreur d’un ensemble immobilier qui remplacera l’immeuble Messager, ce qui lui permettra de renouveler son patrimoine. Elle agit comme un propriétaire privé et comme une agence immobilière.


Le droit fondamental au respect de la propriété privée est bafoué. Mais pas seulement. C’est aussi le droit au respect de la vie privée et familiale, tout aussi fondamental qui est déshonoré par les majorités municipales, tous partis confondus.


Car s’il n’y a plus de discussions, ni de débats possibles, il n’y a plus de démocratie.


D’autres voies permettraient de réaliser la rénovation souhaitée sans expropriations ni expulsions ; un immeuble de 530 logements dans le quartier du Grand Parc à Bordeaux a été réhabilité. Ce serait pour l’immeuble Messager (260 logements) un ambitieux programme qui renouerait les liens entre les habitants, leur Maire et les autorités concernées. Ce serait un signe fort de reconnaissance. Ce qui a été possible à Bordeaux peut l’être partout ailleurs.


Une brillante étudiante en dernière année d’architecture, également ingénieur en génie climatique s’est intéressée à ce quartier et à cet immeuble ; ce sera l’objet de son Mémoire qu’elle présentera en juillet 2016. C’est un projet merveilleux (rajout d’ascenseurs, agrandissement des balcons, agrandissement possible des appartements avec suppression des coursives et, du coup du rôle de vigie reproché à cet immeuble, une des causes de la démolition). Une réelle ambition qui métamorphose au lieu de démolir.


De plus, en facilitant l’accession à la propriété notamment pour les femmes seules qui ont un ou deux enfants, ou de jeunes couples, ou de ménages modestes, ce serait le meilleur moyen de favoriser la mixité et de réduire considérablement l’insécurité.


Il est des décisions qui démolissent la France et les Français, réagissons, ne nous laissons pas démolir, soyons solidaires, signons la pétition. Merci à tous de votre soutien.

3.834 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option

Vous êtes sûr ? Votre mobilisation est importante pour que les pétitions atteignent la victoire !
Sachez que vous pouvez vous désinscrire dès que vous le souhaitez.

Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je n'ai pas signé cette pétition et je veux le faire
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
126 commentaires
Françoise - Le 09/06/2016 à 08:07:39
"Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage".
3 0
Maurice - Le 09/06/2016 à 08:26:56
Assez de ces fonctionnaires et élus qui ne comprennent pas que leur pays a un passé respectable
3 0
Daniel - Le 09/06/2016 à 08:27:35
Dans la petite ville ou j'habite, une pétition a circulé pendant des semaines pour éviter qu' une maison classée Historique ne soit démoli. La majorité des gens de la ville y étaient oposé...hé ben la commune a quant même rasé cette bâtisse...et pour mettre quoi à la place...UN PARKING qui à ce jour est quasiment toujours vide.
Alors ne vous faites pas trop d'illusions, quant le maîre et les pouvoir public décident quelque chose, vous ne pourrez rien faire contre eux.
3 0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions sociales Stop aux démolitions absurdes et expulsions abusives