Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Manifeste

Une place dans notre société pour les personnes sans domicile

Manifeste

Une place dans notre société pour les personnes sans domicile

948 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Fondation Sainte-Geneviève
Le manifeste

Famille dormant dans une voiture à Boulogne, SDF s’abritant sous une tente à La Défense, salarié devant au petit matin quitter son foyer d’accueil temporaire pour se rendre à son travail, avant de chercher à nouveau, une place où dormir le soir venu.

→ Comment notre société peut-elle encore accepter ces situations de précarité extrême ?


Bien que les pouvoirs publics n’effectuent plus de recensement officiel depuis plusieurs années, on estime aujourd’hui à 26 000, le nombre de SDF en Ile-de-France, dont un quart travaille !


Sans surprise, les personnes sans domicile disposent de ressources mensuelles très faibles: 80% ont moins de 900 euros par mois, et 30% n'atteignent pas 300 euros. Plus des trois quarts sont inactifs ou au chômage et ceux qui travaillent occupent souvent des emplois à temps partiel, peu qualifiés et précaires. 


Au-delà de ce terrible constat, la stigmatisation des personnes en situation de pauvreté s’accentue dans la plus grande indifférence, leur fermant ainsi les portes d’une réinsertion sociale pourtant salvatrice.


« La précarité […] compromet les chances de réassumer des responsabilités et de reconquérir ses droits par soi-même, dans un avenir prévisible. » (Les Nations Unies)

→ 
C’est pourquoi nous appelons à un accompagnement des plus fragiles d’entre nous, avec humanité, pour qu’ils puissent se relever et retrouver une place digne et juste dans notre société !


Engagée pour une société plus fraternelle et participative, la Fondation Sainte-Geneviève a soutenu depuis 9 ans, 150 associations partenaires, avec 315 actions de proximité dans les Hauts-de-Seine à destination des personnes en situation d’exclusion sociale.


NOS PROPOSITIONS :



  • Des bagageries solidaires : afin que les personnes sans-abri puissent déposer leurs bagages et affaires personnelles. C’était un frein à leurs démarches d’insertion. En effet, par crainte de vol ou de voir passer le camion des encombrants, certains sans-abri restent postés au même endroit à coté de leurs bagages. Une bagagerie permet aux personnes en grande précarité de déposer leurs affaires en sécurité et de pouvoir effectuer leurs démarches sociales ou de soins. La Fondation a financé des bagageries à Colombes, Clichy et La Défense.


  • Un réseau d’hospitalité : accueillir et héberger provisoirement et gratuitement des personnes à la rue, dont la demande d’asile est en cours. Grâce à un réseau paroissial de familles, Hospitalité 92 a été un succès à Asnières et Châtillon, et s’étend cette année à Boulogne, Saint-Cloud, Châtenay-Malabry, Rueil-Malmaison et d’autres villes du département.


  • Une épicerie solidaire : offrir un accès à un mode de vie sain et équilibré, quel que soit sa situation économique et sociale. Concrètement, l’association Châtenay Bol d’Air propose, à Châtenay-Malabry, une aide à la fois alimentaire, économique et sociale aux personnes et aux familles qui se retrouvent en difficulté. Son projet d’épicerie solidaire fournit une aide alimentaire ou de services à prix réduit pour des familles dans le besoin. Il tend la main à 500 familles (qui ne vivent qu’avec le RSA et parfois un complément via la CAF), à des personnes âgées isolées mais aussi des étudiants.


  • Un réseau de solidarité : innover en faisant travailler les associations ensemble au sein du Réseau Solidarité La Défense : créer des liens sociaux entre SDF et autres acteurs du quartier (riverains et commerçants) ; répondre aux besoins matériels nécessaires au quotidien de ces personnes (charger son téléphone portable, accéder à des sanitaires, se nourrir, se soigner, se faire couper les cheveux, récupérer un duvet, etc.), et changer de regard des uns sur les autres. Dans ce cadre, la Maison de l’Amitié de La Défense accueille plus de 100 personnes en précarité par jour.


  • Un accès à l’emploi pour les plus précaires : favoriser l’insertion de personnes très éloignées de l’emploi en leur proposant quelques heures de travail par semaine. Le Dispositif Premières Heures (DPH) permet aux grands exclus de reprendre une activité professionnelle selon un rythme progressif : 4h par semaine, puis 8h, 12h… jusqu’au Contrat Unique d’Insertion de 26 heures.

Signez notre appel pour un accompagnement des personnes en état de grande précarité afin qu’elles puissent retrouver dignité et espoir dans l’avenir !

948 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé ce manifeste.
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Partagez ce manifeste avec vos amis
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
61 commentaires
Gilles - Le 07/06/2019 à 06:53:11
Plus de SDF !
0
Olivier - Le 07/06/2019 à 07:11:50
Il est définitivement intolérable que des personnes doivent dormir dehors! D'autant plus dans nos société ultrariche.
0
Marie francoise - Le 07/06/2019 à 07:17:08
IL FAUT ÊTRE À LA HAUTEUR DE
CE QU'ON ATTEND DU PAYS DES DROITS DE L'HOMME
0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs