Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Pétition

Nos enfants, nos élèves, nos jeunes méritent mieux que ça !

Pétition : Nos enfants, nos élèves, nos jeunes méritent mieux que ça ! Pétition

Nos enfants, nos élèves, nos jeunes méritent mieux que ça !

11.970 signatures
Pétition soutenue par un Super contributeur
Auteur :
Auteur(s) :
FSU 80
Destinataire(s) :
Jean-Michel Blanquer (Ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse)
La pétition

Nos enfants, nos élèves, nos jeunes méritent mieux que ça !


Nous sommes enseignants et enseignantes, éducateurs et éducatrices, assistants et assistantes sociales, travailleur.se.s sociaux.les, nous sommes celles et ceux qui, en cette période de confinement - comme bien d’autres agent.es publics avec nous - tentons d'assurer la continuité du service public d’éducation et de l'encadrement de la jeunesse.


Nous le disions hier, et nous continuons à le dire aujourd'hui : donnez-nous les moyens pour assurer cette continuité !


Aujourd'hui et depuis bientôt 3 semaines, nous n'avons pas la possibilité de faire vivre correctement la continuité du service public, car les carences formées hier prennent aujourd'hui la forme de fossés, de fractures. Là où hier, il manquait déjà du personnel pour éduquer, pour enseigner, pour accompagner, le manque est criant en cette période de pandémie. 


Nos gouvernant-e-s nous disent « continuité pédagogique », mais nombreux.ses sont les élèves qui restent sur le côté. Nos gouvernant-e-s nous disent « continuité du service public » mais nombreuses sont les familles et les jeunes qui en sont oublié-e-s.


Dans les structures d'hébergement financées par le département (MECS, Accueil d’urgence, Assistant.es familiaux)  censées « protéger » les enfants les plus vulnérables, les plus en danger, le manque de moyens humains et matériels déjà important avant le confinement produit aujourd'hui des situations ubuesques. Avec la suppression des droits de visite et d'hébergement des familles, la priorité des travailleur-ses sociaux.les, réduits à peau de chagrin, ne peut être uniquement le lien à l'école. Elle se concentre sur la gestion de la crise qu'engendre cette situation inédite. Le résultat est sans appel : les enfants les plus fragiles sont ceux qui sont les plus éloignés du lien scolaire alors même que la collectivité s'est engagée auprès d'eux.


Les familles les plus modestes sont aussi celles qui subissent les conséquences du confinement sur la scolarité de leurs enfants. Nombre d'enseignant-e-s font preuve d'inventivité pour combler ce fossé, mais jamais la bonne volonté ne pourra remplacer une politique ambitieuse, un.e professeur.e, une classe et tout ce qui se joue à l'intérieur.


Le service social en faveur des élèves de l’éducation nationale, là où il est présent dans les établissements, est mobilisé dans l’accompagnement des familles et des élèves confronté.e.s à cette situation inédite. Les soutiens auprès des familles et/ou des élèves se multiplient et se font de plus en plus importants. Les situations de précarité, les difficultés sociales, les violences intra-familiales, la protection de l’enfance, sont une réalité quotidienne pour bon nombre de jeunes scolarisées, elles sont actuellement mises en exergue dans cette situation liée au confinement.


Non ! Ni les familles, ni les travailleur.se.s sociaux.les ne sont enseignant.e.s.


Se rajoute à ce manque de moyens structurel et organisé par les politiques d’austérité,  la fracture numérique. De très nombreux enfants n’ont ni ordinateur, ni connexion internet, ni imprimante.


Face à cette situation, nous demandons, aux collectivités publiques (état, région, départements, communes et communautés de communes) de se coordonner  et d’agir :


- Pour les structures de la Protection de l’enfance et de la PJJ, qui accueillent en ce moment les enfants et les jeunes , dès maintenant, un plan d'urgence en termes de moyens humains et matériels


 - création immédiate de postes qualifiés – on ne peut répondre au manque de moyens par le recrutement de bénévoles ou de la réserve civile.


- maintien et augmentation du prix de journée durant le confinement pour garantir toutes les places existantes aujourd'hui et la qualité de l'accompagnement des jeunes.


 - Dotation financière d’urgence pour l’achat de matériel informatique et de loisirs pour les enfants et les jeunes.


 - Pour le service social en faveur des élèves de l’Education nationale :


 - plus que jamais il est urgent d’entendre la nécessité de créations de postes en nombre afin de couvrir tous les territoires et rendre un accompagnement social de qualité pour toutes et tous ceux qui en ont besoin.


 
- Penser et appliquer une politique ambitieuse de dotation de matériel informatique afin de réduire la fracture numérique qui existe aujourd'hui


- Arrêter de mettre la pression sur les enseignant.e.s, les élèves, les enfants, leurs familles ou les adultes qui les accompagnent, en matière de "continuité pédagogique"... Non, l’école ne peut pas continuer « normalement » comme si de rien n’était :  laissons-nous respirer dans cette période exceptionnelle et angoissante pour tout.e.s  !


  


A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles : ce n'est pas le moment de faire les comptes !


Nos enfants, nos élèves, les jeunes que nous accompagnons, méritent bien ça ! Et même mieux que ça !


 

11.970 signatures
Signez avec votre email
Pétition soutenue par un Super contributeur
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
447 commentaires
Gilles - Le 08/04/2020 à 23:29:59
Aujourd'hui préparons demain.
1
Le 09/04/2020 à 03:14:17
La maîtresse de mon petit garçon âgée de 8 ans profite
D etre confinée chez elle
Pour ne pas exercer son métier correctement.
Elle se lève tellement tardivement le matin que les devoirs sont donnés l apres midi, voir fin de la journée.
De plus, elle donne une montagne de devoirs afin qu'elle soit tranquille,sans
Jamais de retour, ni de vidéo.
Contrairement, à la maitresse
De ma petite-fille qui elle fait bien son métier.
1
Le 08/04/2020 à 20:12:16
Parce que la facture est déjà un fossé et sera demain un gouffre
1
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs