Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Pétition

Foyer de la Manutention

Pétition : Foyer de la Manutention Pétition

Foyer de la Manutention

96 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Voisins du quartier Manutention
Destinataire(s) :
François Rebsamen (Maire de Dijon), Commissariat de Dijon, Commissariat de Dijon (Le Suquet), Divia
La pétition

Cette pétition a pour but de faire entendre la voie des habitants, commerçants et usagers des abords du Foyer de la Manutention, rue de la Manutention à Dijon, auprès des services publics et des sociétés privées qui sont en charge d'administrer ce quartier et ses équipements.


Nous, habitants, commerçants et usagers, aux abords du Foyer de la Manutention, souhaitons porter à votre attention une situation devenue inacceptable : il règne dans les rues aux abords du Foyer un chaos qui ne fait qu'empirer.


Certains des résidents du Foyer ou des logements sociaux voisins vivent la journée dans le caniveau. C'est une réalité. S'ils ne nous appartient pas de juger des missions et des actions du SDAT, force est de constater qu'un groupe d'environ 10 personnes passent leurs journées, dès 9h du matin, à consommer de l'alcool sur les marches de la cité HLM dite montée de Guise, ou sur les trottoirs des rues Berbisey et de la Manutention. A la belle saison, certain.e.s y consacrent même leurs nuits. La consommation d'alcool est systématique.


Cela a des conséquences de plus en plus dommageables en terme de bien être, d'hygiène, de sécurité…


En terme de bien-être : nombre de riverains du quartier ou commerçants doivent les côtoyer au sortir de chez eux, ces personnes sont parfois bruyantes et agressives, même si à d'autres moment la cohabitation se fait dans le statut quo. Ces personnes se regroupent dans les escaliers de la montée de Guise ou affalées sur les trottoirs rue Berbisey et rue de la Manutention, laissant peu ou pas de passage, vous incitant à changer de trottoir. Certaines de ces personnes sont parfois accompagnées d'enfants. Ces personnes sont aussi accompagnées de chiens qu'elles peinent parfois à contrôler (par ex. gros incident du 4 septembre 2020 impliquant un ambulancier blessé). La nuit ces personnes sont plus fortement alcoolisées et vivent bruyamment sous les fenêtres des riverains, tout au long de l'année. Toute tentative de dialogue avec eux débouche sur un florilège d'insultes. 


En terme d'hygiène : ces personnes urinent partout dans un rayon de 50m autour du foyer, particulièrement dans le sas d'accès et à l'intérieur du parking souterrain Divia "Tivoli-Berbisey" et dans la descente d'accès au parking du 10 rue de la Manutention mais aussi dans les escaliers de la montée de Guise, et au croisement de la rue de la Manutention et de la rue Berbisey à la vue des passants. Parfois il y a d'autres types de déjections. Les usagers du parking doivent patauger pour accéder à leur véhicule dans le parking souterrain. Les passants doivent parfois changer de trottoir dans les rues de Berbisey et de la Manutention. Si les trottoirs de la ville sont régulièrement nettoyés, tout comme le sas d'accès au parking Divia, et plus occasionnellement le grand escalier de la montée de Guise, la fréquentation est telle que quelques heures après un nettoyage, tel recoin peut être dans le même état ou pire qu'avant nettoyage. 


En terme de sécurité : même si elles ne représentent pas un fort danger, certaines de ces personnes sont dans un état psychologique qui les rend agressives, et ont déjà insulté et provoqué des passants sans raison. Leur niveau de consommation d'alcool constitue un terrain propice aux pertes de contrôle de soi. Là encore, malgré le passage de la Police pour les déloger, la situation peut être inchangée une heure après.


Ces nuisances sont également subies par les commerces implantés dans le quartier.


Les actions que nous constatons de la police municipale, des services de nettoyage municipaux et de la société Divia, n'ont pas empêché cette situation d'empirer gravement ces derniers mois. Les contraintes sanitaires n'y sont certainement pas pour rien.

Néanmoins nous souhaitons envisager des solutions à cette situation, avec vous, responsables des services publics et d'entreprises privées en charge du quartier et de ses équipements.


REMARQUES


– Comment ces personnes se procurent-elles, en continu, jour et nuit, de l'alcool, alors qu'il existe des restrictions légales portant sur la vente d'alcool à des personnes ivres, ou au-delà de certaines heures ? Les supérettes de nuit de la rue Berbisey officient-elles ouvertement au mépris de certaines règles ? Nous avons interrogé la supérette du 126 rue Berbisey qui ne veut rien entendre, autrement dit "continuer à faire son beurre"... Les voisins dont les fenêtres donnent sur la supérette pourraient facilement apporter les preuves de ce laxisme, mais est-ce bien à eux que revient de faire appliquer la loi ?


– Certains foyers d'hébergement interdisent l'accès aux résidents s'ils sont alcoolisés, apparemment le Foyer de la Manutention est laxiste sur ce point. N'est-ce pas un encouragement pour des personnes dépendantes? 


– Le SDAT peut se féliciter de travailler à la réinsertion sociale, mais l'association accueille aussi des clochards, aussi comment nourrit-elle le dialogue et la réflexion visant à gérer cette cohabitation dans le quartier ? Il semble que les plaintes formulées oralement à l'accueil du CHRS par le voisinage aient été reçues par une fin de non-recevoir. En somme, leur noble mission s'arrête au seuil de leur porte ?


– Les usagers du parking souterrain doivent patauger pour accéder à leurs véhicules, dans lesquels ils emportent de l'urine sous leurs souliers souillés, et de là jusque sur leur lieu de travail ou leur domicile. La porte d'accès au sas a été plusieurs fois cassée. Divia se doit d'étudier une solution pour résoudre ce problème. Un porte électronique par exemple ? Par ailleurs il y a une pente du sol au niveau du sas d'accès qui favorise l'écoulement des urines dans le hall d'accès et de paiement, il faudrait reconstruire cet écoulement et y ajouter une grille d'évacuation, si l'usage qui est fait de ce recoin n'est pas évitable ?


— Dans certains quartier de Dijon et dans certaines villes en France, des urinoirs refont leur apparition dans le paysage urbain.


Depuis que nous avons annoncé la préparation de cette pétition aux services municipaux, à la police et à Divia fin août, nous avons pu constater des interventions multipliés et reçu un email de Divia pour nous informer qu'ils étaient conscient du problème et que "tout est mis en œuvre pour pallier aux incivilités et pour essayer de trouver une solution". 


Nous exigeons que vous, Mairie de Dijon (services de l'action sociale, des politiques de la ville et du logement, police municipale), Commissariat de Police, société Divia, vous engagiez sans attendre des actions efficaces et respectueuses de l'intérêt collectif. Pour cela certains citoyens parmi nous seront volontaires pour s'engager dans la réflexion et les actions de résolution.

Les habitants, commerçants et usagers solidaires de cette démarche se manifestent via cette pétition en ligne. 


96 signatures
Signez avec votre email
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
54 commentaires
Le 14/09/2020 à 18:42:54
Par solidarité avec les habitants du quartier et la CDC Habitat
0
Le 15/09/2020 à 21:23:29
Environnement pas en sécurité, voisinage bruyant et consommateur d'alcool qui deviennent agressif en fin de journée festive travaillant tôt le matin, ambiance très désagréable.
0
Arthur - Le 16/09/2020 à 19:45:02
J'habite en bas de la rue berbisey et suis victime de nuisances sonores en partie causé par l'alcool (donc aussi a cause des commerces qui vendent de l'alcool au delà des heures légales)
Mais aussi pour la sécurité et la propreté du quartier.
0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs