Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Pétition

Sauvons l’Offre de Soins dans le Sud Vendée

Pétition : Sauvons l’Offre de Soins dans le Sud Vendée Pétition

Sauvons l’Offre de Soins dans le Sud Vendée

17.848 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Collectif SOS santé Sud Vendée
Destinataire(s) :
Monsieur VERAN, ministre des Solidarités et de la Santé ; Monsieur le directeur de l’Agence Régionale de la Santé des Pays de la Loire ; Monsieur le Préfet de Vendée ; Monsieur le député HENRIET Pierre ; Messieurs BOSSARD Michel, HOCBON Ludovic et JOSSE Valentin, présidents des trois communautés de communes du Sud Vendée.
La pétition

Le Sud Vendée risque de devenir un véritable désert médical, par manque de médecins généralistes, spécialistes, Kinésithérapeutes, infirmières...


Nombreux sont ceux qui déjà ne trouvent pas de médecins généralistes en capacité de les prendre en charge, qui doivent se rendre dans d'autres villes ( La Roche sur Yon, La Rochelle ou Niort) pour avoir accès à certains spécialistes.


L'hôpital de Fontenay le Comte risque de voir fermer le secteur de la maternité et de la pédiatrie, faute d'obstétricien(ne)s et de pédiatres affectés à temps plein ( il manque pour le moins, 3 obstétriciens(nes) et 3 pédiatres).


Pourtant, les besoins existent.


Les habitants du Sud Vendée ont droit , comme partout en France, à l'accès à des soins de proximité et de qualité.


Il n'y a pas de fatalité. Des solutions existent.


Habitants du Sud Vendée, rejoignez le collectif SOS Santé Sud Vendée et soutenez le en signant la pétition ci - dessous pour obtenir des pouvoirs publics un traitement égalitaire face à l'accès aux soins.


 Habitant le Sud Vendée, je veux :


A : Un médecin traitant :


Je demande que le Sud-Vendée bénéficie rapidement des aides permettant l’installation de médecins dans les zones sinistrées.Il existe des aides financières et fiscales conséquentes pour faciliter l'installation de médecins, kinésithérapeutes et infirmiers-ères dans ces zones. Le Sud Vendée doit en bénéficier.


B : Pouvoir accoucher près de chez moi et avoir un service de soins pour mon enfant :


Je demande la mise à disposition rapide de praticiens à temps plein pour les secteurs de la maternité et de la pédiatrie.


C : Être soigné près de chez moi :


Je demande une médecine de proximité par le maintien de médecins spécialistes et d’un Pôle santé adapté aux besoins du territoire ;


Le principe supérieur de l'égalité de l'accès aux soins de proximité et de qualité pour tous doit rester le principe premier de toute décision administrative ou ministérielle.


Habitant le Sud Vendée je réagis :


- Je me mobilise et soutiens les actions du collectif «  SOS santé Sud Vendée » sur Facebook SOS santé Sud Vendée cliquer ici ;


- Je signe et fait signer la pétition du Collectif SOS santé Sud Vendée sur «  mesopinions.com » à « SOS santé Sud Vendée ».


17.848 signatures
Signez avec votre email
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
658 commentaires
Françoise - Le 17/11/2020 à 20:26:08
HOPITAL PUBLIC « Plus jamais comme avant ! » promettait notre Président, premier trimestre 2020, plus de fermeture de lits hospitaliers publics sur notre sol (sauf demande des maires). Pourtant, la casse de l’hôpital public est « en marche » depuis de nombreuses années, au bénéfice du privé. Nombre d’établissements de proximité sont condamnés. C’est le cas aussi dans notre commune (Francheville 69), l’hôpital de proximité gériatrique Charial de 234 lits fermera ses portes en février 2021, alors que les besoins pour les personnes âgées dans l’ouest lyonnais sont croissants. Il sera reconverti en centre d’hébergement d’urgence.

La situation dans le sud vendéen est celle de beaucoup de territoires en France. Malheureusement ! C’est une politique générale…

L’hôpital public se meurt ! L’Etat a lancé un véritable plan d’attaque sur l’hôpital public (offensive sur les services publics, en général !) : suppressions de postes, de lits hospitaliers, rationnement budgétaire, restructurations (Marseille, Nice, Limoges, Nantes, Tours, Besançon, Nancy, Caen, Reims, Strasbourg)… La liste est longue et les Français doivent être au courant. 3400 lits avaient déjà été supprimés en 2019, 4000 en 2018... Ces dernières années, ces suppressions de lits passent par des décisions du Copermo « Comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins », crée en 2012. Le processus engagé par l’Etat de la dégradation de notre système de santé vise à fragiliser l’hôpital public pour l’obliger à se restructurer (pour coûter moins cher) ou voire, à disparaitre.

La crise sanitaire liée au Covid-19 a mis en lumière la fragilité de notre système de soins : le manque de personnel soignant, d’équipements, de lits hospitaliers, et surtout, de lits de réanimation. Les conditions de travail se dégradent, à tel point que bon nombre de personnel soignant quitte l’hôpital public, pour aller vers le privé ou choisisse une reconversion. Dans ce contexte, l’hôpital public ne tient le coup que parce que les opérations non urgentes programmées sont reportées et par la conscience des soignants.
Je n’ose imaginer ce que donnerait une épidémie plus mortelle, ni lors d’un incident chimique majeur ou encore, nucléaire.
3
Marie alice - Le 16/11/2020 à 19:04:40
Nous avons besoin d'une médecine de proximité. Autour de moi des personnes ne se font plus soigner par manque de professionnels ou d'équipements médicaux
3
Pascale - Le 16/11/2020 à 18:52:37
Solidaire ! Le manque de médecins, spécialistes, infirmier(e)s en France devient vraiment inquiétant..
2
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs