Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Blog Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions santé Polynésie française, le nucléaire mais pas la 5G !
Pétition

Polynésie française, le nucléaire mais pas la 5G !

Polynésie française, le nucléaire mais pas la 5G  ! Pétition
1.091 signatures
Quand elle atteindra 5 000 signatures, celle pétition sera plus susceptible d’atteindre son destinataire.
Auteur :
Auteur(s) :
STOP 5G TAHITI
Destinataire(s) :
Edouard Fritch (Président de la Polynésie Française), Dominique Sorain (Haut-Commissaire de la République en Polynésie Française), Teva Rohfritsch (Vice-Président de la Polynésie Française), Priscille Tea Frogier (Ministre de la Modernisation de l'Administration, en charge de l'énergie et du numérique), Jacques Raynal (Ministre de la Santé et de la prévention), Gaston Tong-Sang (Président de l'Assemblée de la Polynésie Française), Kelly Asin-Moux (Président du Comité Economique, Social et Culturel), Jean-François Martin (Président Directeur Général de l'Office des Postes et Télécommunication), Cédric Perros (Responsable de l'Antenne de l'Agence Nationale des Fréquences), Karim Amrani (Directeur de Télédiffusion de France), Direction Générale de l'Economie Numérique, Comité consultatif des télécommunications
La pétition
Actualité(s)

Catégorie : Droits de l’Homme / Santé / Environnement / Social / Justice



A Tahiti, le 1er Mai 2020,


Bien que la couverture de la 4G, respectant les lois en vigueur, soit en cours de déploiement sur le territoire polynésien, nous émettons des inquiétudes grandissantes face aux normes de santé des seuils d'exposition des antennes et matériels sans fil déjà autorisés ainsi qu’aux nouvelles fréquences de la 5G.


Actuellement en cours de déploiement dans la plupart des pays, malgré la demande de moratoire d’un groupe mondial de plus de 200 experts scientifiques dénonçant son caractère nocif sur la santé (https://www.5gspaceappeal.org/the-appeal), son activation sur notre territoire est imminente avec l’ouverture de la bande 3,5Ghz, selon la réunion de décembre 2019 de l’ANFR, TDF et des opérateurs concernés.


La 5G représente une invasion d’ondes électromagnétiques artificielles pulsées jamais égalée. Ses particularités par rapport à ses prédécesseurs déjà controversés sont :



  • L’adoption de nouvelles fréquences micro-ondes (MO) et notamment celles de la bande millimétrique
  • Le niveau de proximité de son système de diffusion rapproché fait de micro-antennes près des habitations pour assurer sa couverture (bien qu’elle sera diffusée en 1er temps avec la fréquence 3,5Ghz par les antennes 4G)
  • L’augmentation du niveau d’exposition aux radiations qu’elle engendre par accumulation avec les autres réseaux et avec « l’internet des objets connectés » qu’elle va créer
  • L’accroissement de la vulnérabilité face à l’espionnage et à la cybersécurité.

Autorisées à la mise sur le marché, l’Organisation Mondiale de la Santé a classé ces ondes dans la catégorie 2A : potentiellement cancérogène pour l’homme et cela malgré le symposium international qu’elle a mandaté en 1973 qui démontre les implications inquiétantes de ces rayonnements MO pour la santé sur le plan biologique et mental : https://www.emfoff.com/symposium-fr/


Ainsi, à la vue des résultats préoccupants des études indépendantes sur la santé, la faune et la flore qui s’accumulent de plus en plus aujourd’hui - avril 2020 : https://magdahavas.com/wp-content/uploads/2020/04/Havas-5G-health-humans-and-biota-April-15-2020.pdf nous demandons d’urgence la mise en application du principe de précaution par un moratoire sur l’activation de la 5G  et l’attribution de licence de radiofréquences sur notre territoire, déjà fort de sa radioactivité historique.


Aussi, nous remettons en cause les valeurs des seuils limites d’exposition établies sur la base de la recommandation européenne du 12 juillet 1999 et en France par le décret N° 2002-775 du 3 mai 2002. Ces normes, reprises par l’Assemblée et l’ANFR pour autoriser légalement le rayonnement des antennes près des zones d’habitations, ne prennent en compte que la composante thermique des effets biologiques des ondes et sont désormais dépassées aujourd’hui. En effet, elles exposent clairement la population à de nombreux risques, mal reconnus par l’industrie, liés aux effets « non-thermiques »  des champs électromagnétiques : déséquilibres immunitaires, perturbations métaboliques, dommages cérébraux,  perte de fertilité, stress oxydatif,  etc - voir entre autre : (https://bioinitiative.org/, synthèse en français : http://www.next-up.org/pdf/BioInitiativeRapportSynthese.pdf)


C’est pourquoi, nous demandons la mise en application du Code de Nuremberg, de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de l’article LO1112-1 du Code général des collectivités territoriales par l’organisation d’un référendum local sur le remplacement du réseau 5G par la fibre optique et la mise en œuvre de nouvelles règles de sécurité pour la téléphonie cellulaire et l’internet mobile. Nous attendons un processus transparent de consultation publique pour choisir ensemble de manière éclairée l’infrastructure qui conviendra le mieux à notre population unique de par sa culture, sa situation géographique, son statut de territoire d’Outre-mer et sa lourde histoire nucléaire.


 « Nous demandons un moratoire sur le déploiement du réseau 5G et un référendum local sur le remplacement de la 5G par la fibre optique »


A terme, nous espérons une couverture internet globale exclusivement par la fibre, plus fiable, résiliente, saine, rapide et sécurisée, avec l’aboutissement du réseau FTTH de l’OPT et dans la continuité technique des câbles sous-marins Honotua, Manatua et Natitua. Les coûts engendrés par une opération de cette envergure seront balancés par les économies faites sur la santé, la consommation d’énergie, les composants électroniques, les systèmes de protection et d’encryptage des données et seront couverts par la garantie de la pérennité/croissance de la filière numérique en plus de sécuriser notre vie privée et de réduire la production de CO2 comme présenté dans ce rapport d’expertise de 2018 démontrant la fibre comme la solution du futur : https://electromagnetichealth.org/wp-content/uploads/2018/02/ReInventing-Wires-1-25-18.pdf


En effet, grâce au recul des années, le système de réseau WIFI actuel (2,4Ghz/5Ghz) a été prouvé d’engendrer des maladies chroniques (https://ehtrust.org/science/peer-reviewed-research-studies-on-wi-fi/) telles que des tumeurs aux cerveaux, un affaiblissement général physique/mental, des problèmes cardiaques, dégâts sur l’ADN etc (https://europaem.eu/attachments/article/130/2018-04_EU-EMF2018-5US.pdf). Il est donc primordial de mettre à disposition des routeurs permettant une connexion par câble (WIFI en option) au sein des foyers et entreprises et obligatoirement dans les écoles et hôpitaux, en application de la résolution 1815 du Conseil européen de 2011 qui prévoit de prendre toutes les mesures nécessaires à la réduction de l’exposition aux champs électromagnétiques.


Ainsi, le maintien du réseau actuel et l’établissement du nouveau réseau 5G seraient contraires à la Convention relative aux droits de l’enfant, aux conventions de Berne et de Bonn, à la directive de l’UE sur la conservation des habitats naturels, de la faune et de la flore sauvages et aux lois en vigueur en matière de protection de l’humain et de l’environnement enchâssées dans la Convention européenne des droits de l’homme.


Finalement, les risques liés à la cybersécurité et l’espionnage du réseau 5G mettent  en  danger  le  droit  de la population au respect de sa vie privée et à la protection contre la surveillance illégitime, au détriment du respect de   la   loi   n°78-17   du   6   janvier   1978   «relative   à l’information,  aux  fichiers  et  aux  liberté» .


Avec la crise globale actuelle, il est de notre devoir d’appliquer le principe de précaution en ce qui concerne la 5G pour ne pas aggraver la situation sanitaire et environnementale avec l’activation de nouvelles fréquences micro-ondes dans notre réseau de communication civil et parallèlement l'ouverture sur le marché de nouveaux produits de consommation 5G.


Chers représentants, veuillez-nous faire savoir ce que vous entendez entreprendre pour la protection de la population à la lumière de ces nouveaux constats scientifiques indépendants. Nous espérons que la santé et les droits de la population reste une priorité pour tous devant les intérêts financiers d’une industrie et son modèle de croissance économique.

Polynésie française, afin de pouvoir offrir le meilleur futur possible à nos enfants dans le respect de la santé  et de l‘environnement, signons cette pétition et mobilisons-nous ensemble pour défendre nos libertés et droits fondamentaux  !


Groupe STOP 5G TAHITI

avec le témoignage  à l'appui de "Charles Supa Van Cam" en procès devant la justice depuis 2014 contre Vodafone. Il fait partie des plus touchés au niveau santé par l'exposition aux rayonnements d'une antenne illégalement érigée proche de son habitation à Faa'a


 Références :


Convention sur les droits de l‘enfant : https://www.ohchr.org/EN/ProfessionalInterest/Pages/CRC.aspx


Principe de précaution – Art. L110-1 – Code de l’environnement https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000033033501&cidTexte=LEGITEXT000006074220&dateTexte=20160810

Droit au référendum local – Art. LO1112-1 - Code général des collectivités : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389035&cidTexte=LEGITEXT000006070633&dateTexte=20050101


Résolution 1815 (UE 2011) sur le devoir à la réduction des champs électromagnétiques : http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-en.asp?fileid=17994


Les dangers de la Wifi sur les enfants et pourquoi elle devrait être retiré des lieux publics ? : https://rense.com//general96/trower.html?fbclid=IwAR32aWY-6cKIpEY5Z5hqsTQBcQNrvdFWrSDd_idZPiUpqvKND_JJS0mVSx4&fbclid=IwAR32aWY-6cKIpEY5Z5hqsTQBcQNrvdFWrSDd_idZPiUpqvKND_JJS0mVSx4


Lettre ouverte aux parents d’élèves et enseignants en ce qui concerne la WIFI dans les écoles : http://www.next-up.org/pdf/Wifi_Magda_Havas_lettre_ouverte_parents_enseignants_05_05_2009.pdf?fbclid=IwAR3KMSoao93W5gU8v-n9N2MCaoQmch9ligYGJgU1SYrEajV5Uw5pgb21hCE


Le Code de Nuremberg – 1947 : http://www.frqs.gouv.qc.ca/documents/10191/186011/Code_Nuremberg_1947.pdf/d29861b8-30a7-456e-9a83-508f14f4e6d5


Convention européenne des droits de l’homme : https://www.echr.coe.int/Documents/Convention_FRA.pdf


Convention de Bonn 1979 : https://www.cms.int/fr/page/texte-de-la-convention


Convention de Berne 1979 : https://rm.coe.int/CoERMPublicCommonSearchServices/DisplayDCTMContent?documentId=090000168048dfb4


Loi n°78-17 du 6 janvier 1978 «relative à l’information, aux fichiers et aux liberté» : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000886460&dateTexte=20200430


Valeurs limites d'exposition : https://ondes-info.ineris.fr/content/valeurs_limites_exposition

1.091 signatures
Signez avec votre email
Quand elle atteindra 5 000 signatures, celle pétition sera plus susceptible d’atteindre son destinataire.
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je n'ai pas signé cette pétition et je veux le faire
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Actualité(s) de la pétition -
360 commentaires
Lucie - Le 03/05/2020 à 04:57:28
Pour l'avenir de nos enfants
1 0
Marinella - Le 02/05/2020 à 01:17:56
non a la 5g
1 0
Sébastien - Le 02/05/2020 à 00:49:17
Pour l'avenir de nos enfants
1 0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions santé Polynésie française, le nucléaire mais pas la 5G !