66 448 154 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Santé

Signez la pétition

Déjà 4.625 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Demande de prise en charge de la nicotinothérapie dans la maladie de Parkinson et autres pathologies neurodégénératives

Demande de prise en charge de la nicotinothérapie dans la maladie de Parkinson et autres pathologies neurodégénératives

Auteur : Pierre CHEDOT

Créé le 29/05/2014  

À l'attention : Du Ministre de la Santé, Marisol Touraine

Atteint depuis 4 ans de la maladie de Parkinson (61 ans aujourd'hui), voici une pétition pour une Prise en Charge de la Nicotinothérapie dans la Maladie de Parkinson et bien d'autres pathologies neurodégénératives comme vous pourrez le constater dans l'argumentaire le plus complet et de grande expertise, LE plaidoyer des plus convaincant, signé par le Dr Gabriel VILLAFANE de l'Hôpital Henri Mondor-Créteil, Hôpital Rothschild-Paris :

LA NICOTINOTHERAPIE

Une autre Alternative Thérapeutique pour la maladie de Parkinson

Depuis plusieurs années, la Nicotine a été un motif de controverse dans le traitement des maladies neurologiques et psychiatriques. La maladie de Parkinson a été le principal protagoniste de cette controverse. Effectivement, des auteurs ont publié sur les effets négatifs et d'autres sur les effets bénéfiques de la Nicotine pour la maladie de Parkinson.

Depuis 1998, on a constaté qu'à hautes doses et pendant une longue période (plus de 8 mois de traitement) les effets de la nicotino-thérapie par la voie transdermale ont montré une bonne tolérance et des effets bénéfiques sur le plan moteur, végétatif et au niveau des troubles de la mémoire chez les parkinsoniens. Récemment une étude a montré chez plusieurs patients la rémission de la globalité des symptômes principalement moteurs, les dystonies, les dyskinésies et les tremblements. Les effets indésirables de la nicotinothérapie sont facilement supportés par les patients grâce à la bonne tolérance de la molécule et à leur facile correction.

La Nicotine transdermale nous fait penser qu'elle peut devenir un médicament pour la maladie de Parkinson. En effet, elle présente différents avantages :

traitement médical et donc non chirurgical (non. invasif) ;

mode d'administration simple (patchs) ;

accès rapide au noyau nigrostriatal en traversant la barrière hémato-encéphalique sans contrainte ;

libération rapide et prolongée dans le taux sanguin en garantissant une bonne imprégnation dans les noyaux gris centraux et par conséquent :

une stimulation de la dopamine et une neurotransmission semblent être assurées au niveau des récepteurs dopaminergiques pour la maladie de Parkinson et une stimulation de l'acétylcholine pour la maladie d'Alzheimer et autres démences (entre autre : démence à Corps de Lewy, ou Parkinson démence) par le récepteur de l'acétylcholine par le biais de récepteurs nicotiniques.

Il faut distinguer clairement les effets dangereux de la cigarette dus à des produits comme les monoxydes de carbone, les goudrons et beaucoup d'autres substances nocives mélangés à la nicotine, ET LA NICOTINE A L'ÉTAT PUR, laquelle n'est pas dangereuse. Même le fait qu'elle entraîne une dépendance est aujourd'hui remis en question.

Dans l'intérêt des patients atteints de la maladie de Parkinson, Alzheimer et autres maladies neurodégénératives, il est donc impératif que l'information soit transmise le plus clairement et le plus rapidement possible par les médecins, infirmières, groupes hospitaliers, personnels soignants, laboratoires pharmaceutiques et médias...

Actuellement l'opinion publique a bien compris l'importance d'arrêter de fumer mais elle ne sait pas que la nicotinothérapie transdermale à l'état pur n'a rien à voir avec la cigarette et ses composants, ni avec les maladies liées directement au tabagisme. En effet la nicotine à l´état pur est un alcaloïde ressemblant à d'autres médicaments qui sont donnés depuis longtemps dans les décompensations cardiaques par exemple, et d'autres types de maladies. Effectivement le principe actif de la nicotine est obtenu à partir de la feuille du tabac (comme certains médicaments sont obtenus à partir des végétaux, par exemple la dioxine, la morphine, la caféine, et autres).

MODE D'ACTION DE LA NICOTINE ET SES DÉRIVES

1. La nicotine est un neuromodulateur des neurones du système nerveux central.

2. Un neurotransmetteur qui intervient au niveau de la synapse neuronale, des récepteurs de la dopamine dans le cas de la maladie de Parkinson et de l'acétylcholine dans le cas de la maladie d'Alzheimer.

3. Elle agit comme un agoniste dopaminergique indirect en multipliant le nombre de récepteurs nicotiniques et en ouvrant les canaux des neurones permettant ainsi une meilleure transmission dopaminergique entre neurones du système nigrostriatal.

4. Un facteur neurotrophique est sécrété à partir de l'administration de la nicotine, donc la neuroprotection semble être assurée. De là, les observations cliniques et d'imagerie (DAT-Scan) montrent que la maladie a un ralentissement voir un arrêt de son évolution à partir de cette administration.

5. La nicotine est un antistress oxydatif très puissant c'est-à-dire un anti-vieillissement cellulaire.

6. Après l'étude pilote réalisée auprès des patients parkinsoniens sous nicotinothérapie transdermale à hautes doses et à long terme, et avec la participation des angiologues, cardiologues, pharmacologues, on a observé sous laser que les capillaires des vaisseaux des petites et moyennes artères ont une vasodilatation très importante, ce qui implique une meilleure irrigation de tous les tissus du corps comme par exemple la peau, et bien entendu une amélioration de la microcirculation au niveau des artères cérébrales et des autres organes qui dépendent des petites artères.

7. On a constaté une diminution de la tension artérielle maximale à partir de la prise de nicotine transdermale à doses moyennement hautes. Ce qui signifie que pour les patients parkinsoniens qui souffrent d'hypertension, l'indication de nicotinothérapie est la plus adéquate. Pour les patients parkinsoniens qui souffrent d'hypotension orthostatique, il faut ajouter à la nicotinothérapie des hypertenseurs qui vont équilibrer la tension artérielle.

En décembre 2004, nous avons présenté les effets de la nicotine à long terme. Au-delà de 6 ans, les malades continuent à avoir une amélioration globale des symptômes surtout les dystonies, dyskinésies, akinésies, raideurs et plus tardivement les tremblements, avec une réduction de 70 à 90 % du traitement antiparkinsonien dopaminergique.

La nicotinotherapie et ses dérivés métaboliques, la cotinine, méritent d'être reconnus comme un médicament pour la maladie de Parkinson, Alzheimer et autres maladies neuro-dégénératives.

Hypothétiquement, avec un raisonnement neuropharmacologique du mode d'action de la nicotinotherapie transdermale, on peut imaginer dans l'avenir de traiter d'autres types de maladies neurologiques comme l'épilepsie, les épilepsies secondaires à des traumatismes crâniens, post-AVC et autres par exemple.

D'autres types de maladies que l'on peut envisager traiter, toujours hypothétiquement avec le même principe et la même expectative : la SLA (sclérose latérale amyotrophique), la maladie de Charcot Marie Tooth, la maladie de Huntington et la SEP (sclérose en plaques).

Sur le plan économique il semblerait être également très intéressant de réfléchir sur le moindre coût pour la sécurité sociale que représenterait ce type de thérapie clinique non invasive.

Merci infiniment de votre signature car RIEN NE SE FERA SANS VOUS....