Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Blog Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions santé Demande d'une Audition Publique Européenne sur les troubles du cycle menstruel
Pétition

Demande d'une Audition Publique Européenne sur les troubles du cycle menstruel

Demande d'une Audition Publique Européenne sur les troubles du cycle menstruel Pétition
5.656 signatures
En moyenne, les pétitions victorieuses dépassent légèrement le palier des 10 000 signatures sur MesOpinons. On y est presque !
Pétition soutenue par un Super contributeur
Auteur
Auteur(s) :
Collectif Où est mon cycle ?
Destinataire(s) :
Ursula VON DER LEYEN, Sabine STRAUS, Christelle RATIGNIER-CARBONNEIL
La pétition
Actualité(s)

« En fait je ne suis pas seule ! » ou « Je ne suis pas folle ! » sont les phrases qui reviennent le plus souvent dans les messages… Depuis janvier 2022, le collectif « Où est mon cycle ? » recense la parole de celles qui subissent des effets secondaires sur le cycle menstruel qui "pourraient" être liés à la vaccination (@vaccin_menstruel). 


A ce jour, plus de 7000 témoignages de France et de plusieurs autres pays du Monde, nous ont été confiés, et cela, malgré la censure sur nos réseaux.


Le lien entre vaccination et absence de cycle n'est pas encore établi par les autorités de santé, les faits pas encore reconnus, même si le sujet émerge dans le débat dès juillet 2021. Le travail du collectif permet son audition à l’Opecst (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques) par les parlementaires pour apporter une « expérience de terrain » sur ce sujet si vaste (rapport provisoire OPECST). Le collectif est aussi présent aux réunions de travail organisées par l'ANSM (Agence Nationale du Médicament) en mai 2022... Après avoir obtenu un guide de déclaration des effets secondaires spécifique aux troubles du cycle, plus rien ne bouge ! 


Il est maintenant de notre devoir de continuer à faire avancer ces questions, pour que la souffrance des femmes soit prise en compte et que des solutions de soins soient envisagées.


Il faut oser en parler, porter la voix de celles qui souffrent ou se posent des questions, ne reconnaissent plus leurs cycles et leurs corps depuis les doses de vaccin contre la Covid. Cette voix est aussi l’écho de celles qui pleurent dans l’ombre et le déni, inquiètes, pour elles mais aussi pour leurs enfants, leurs sœurs, leurs mères...


Qu’en sera-t-il de notre future fertilité ? 


Le nombre de témoignages recensés, et l'ampleur et la gravité des faits nous alarment de plus en plus. Combien de familles et de vies sont concernées ? On ne peut plus décemment continuer à museler nos paroles et étouffer ce scandale qui touche plus de 42% des femmes.


Nous demandons donc aujourd’hui une audition publique auprès des instances européennes compétentes : l’EMA (European Medical Agency) et le PRAC (Pharmacovigilance Risk Assessment Committee). 


Il est indispensable de mettre en avant ce sujet, de débattre et de faire un point complet sur cette question, pour comprendre, mais aussi rassurer les femmes et les aider à retrouver un quotidien acceptable.


Ce problème concerne tout le monde !! Nous devons agir !! Appuyons notre demande par cette pétition !!


Télécharger notre lettre 


Nous avons écrit des constats qui résume notre position et appuient notre demande d'audition publique, ils sont présentés dans notre lettre à l'EMA : 


Le collectif « Où est mon cycle ? » fait les constats suivants :


 


  • Que la vaccination contre la Covid 19 a débuté en population générale en décembre 2020,

  • Que très vite l’observation empirique a permis de constater que les personnes mêmes vaccinées pouvaient encore transmettre la maladie,

  • Que néanmoins cette vaccination a été rendue obligatoire pour toute la population, directement ou indirectement, par la mise en place de mécanisme de passes vaccinaux,

  • Que le collectif « Où est mon cycle ? » a constaté que depuis des mois, un nombre anormalementélevé d’adolescentes et de femmes de tous âges, même ménopausées, subissait dans un temps proche de leur vaccination des troubles gynécologiques tels que :aménorrhée, ménorragie,adénomyose, endométriose, SOPK, fausse-couche, pré ménopause, hystérectomie…

  • Que son constat est partagé ́ par des femmes du monde entier, lesquelles se regroupent dans des collectifs affiliés aux USA, au Canada, en Australie, en Suisse, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Autriche, au Pays-Bas etc…,

  • Que le collectif « Où est mon cycle ? » a recueilli des milliers de témoignages en ce sens,

  • Qu’un livre les regroupant a été publié,

  • Que ces témoignages ontégalement été portés à la connaissance, en France, de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix

  • Scientifiques et Technologiques (OPECST) lequel a réalisé une mission d’étude sur les effets indésirables des vaccins contre la Covid 19 et a auditionné le collectif « Où est mon cycle ? » à cette occasion,

  • Que l’OPESCT a conclu dans son rapport du 9 juin 2022 : « qu’étant donné leur volumétrie et donc le caractère peu  vraisemblable d’une coïncidence temporelle avec la vaccination chez toutes les femmes qui ont expérimenté ces troubles, il est très étonnant qu’ils ne soient pas considérés comme un effet avéré du vaccin. Ceci ne peut que renforcer la défiance envers le système de pharmacovigilance et les doutes concernant la sécurité des vaccins…»,

  • Que le PRAC et l’EMA ont abouti à des conclusions contradictoires à celles de l’OPESCT lors de leur réunion du 10 juin 2022: « Le PRAC ne trouve aucun lien entre les vaccins à ARN Covid 19 et l’absence de menstruation…Dans l’ensemble, le PRAC a considéré que les données disponibles ne justifient pas l'association causale et une mise à jour des informations sur le produit pour l’un ou l’autre des vaccins »

  • Que ces conclusions ne cessent d’étonner et ne peuvent rester en l’état à l’heure où la Commission Européenne recommande aux femmes de tous âges et quel que soit leur état de santé, de recevoir une 4ème dose de vaccin contre la Covid,

  • Qu’en effet,ces effets indésirables dont les femmes témoignent auprès du collectifont un impact très important sur leur qualité de vie, mais aussi sur celle de leur famille,


  • Que les troubles menstruels des femmes et les douleurs qui les accompagnent ne sont que trop banalisés,

  • Que faute d’explication à ces effets par le corps médical les femmes s’angoissent sur leurs conséquences, à court, moyen et long terme et notamment des répercussions sur leur fertilité,

  • Que des traitements contre la Covid 19 ne causant ni troubles menstruels, ni risques aux femmes enceintes existent et ont été utilisés avec succès dans différents pays (Inde, Japon, Sénégal, Roumanie…) mais écartés par l’EMA et le PRAC au début de la pandémie sur le fondement d’études ne prenant pas en compte l’expérience empirique de ces pays,

  • Que cette non-recommandation doit être débattue de nouveau dans la mesure où la vaccination contre la Covid 19 n’empêche pas la transmission du virus, que« les vaccins protègent modérément contre l’infection » et « que le bénéfice individuel pour la population jeune est difficile à mettre en évidence » selon Monsieur DELFRAISSY, président du Conseil Scientifique Français,

  • Qu’en France, alors que les effets secondaires des vaccins contre la Covid 19 touchent à 71 % les femmes et à 29% les hommes selon le rapport de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) du mois de juin2022, ce qui constitue une violation des principes posés par la convention de l’ONU du 3 septembre 1981 sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes,il n’a jamais été envisagé ni d’adapter la posologie des vaccins contre la Covid 19pour les femmes, ni de développer des vaccins qui leur soient spécifiquement dédiés,

  • Qu’en outre, une vaccination, imposée de façon directe ou indirecte par un État, à une femme qui, non seulement nela protège pas efficacement ni elle, ni son entourage, mais encore risque dela rendre stérile, peut être considérée comme une violation de la résolution de l’ONU du 26 novembre 2012 prohibant les mutilations génitales faites aux femmes, Que les textes européens prévoient la possibilité pour l’EMA et le PRAC d’organiser des auditions publiques aux fins de connaître le point de vue du public sur l’acceptabilité des risques associés à un médicament ou une vaccination,

  • Que le collectif « Où est mon cycle ? » observe que les risques connus et inconnus de la vaccination contre la Covid 19 sur la fertilité des femmes ne sont plus aujourd’hui acceptables au regard de l’évolution de la pandémie de coronavirus dont le taux moyen de létalité toute classe d’âge confondues est de 0,58%, mais étant nul jusqu’à 20 ans, de 0,01% pour les adultes de 20 à 30 ans, de 0,05 % pour la tranche d’âge 40 à 50 ans, de 1% pour la tranche d’âge 60-70 ans et de 11 % pour les personnes de plus de 80 ans,

  • Qu’une audition publique par l’EMA et le PRAC sur ce sujet s’impose.



Pour avoir toutes les infos sur le Collectif "Où est mon cycle", vous pouvez regarder le linktree : ouestmoncycle


 


ENGLISH


"In fact I'm not alone!" or "I'm not crazy!" are the sentences that come up most often in the messages... Since January 2022, the collective "Where is my period?" records the word of those who suffer side effects on the menstrual cycle that "could" be related to the covid vaccination. 


To date, more than 7000 testimonies from France and several other countries in the world, have been entrusted to us, and this, despite the censorship on our networks.


The link between vaccination and absence of cycle is not yet established by the health authorities, the facts not yet recognized, even if the subject emerges in the debate from July 2021. The work of the collective allows its hearing at the Opecst by parliamentarians to bring a "field experience" on this subject so vast. The collective is also present at the working meetings organized by the French National Agency for Health and Safety (ANSM) in May 2022... After having obtained a guide for the declaration of side effects specific to cycle disorders, nothing else is happening! 


It is now our duty to continue to advance these issues, so that the suffering of women is taken into account and that care solutions are envisaged.


We must dare to talk about it, to carry the voice of those who are in pain or have questions, who no longer recognize their cycles and their bodies since the Covid vaccine doses. This voice is also the echo of those who cry in the shadows and in denial, worried, not only for themselves but also for their children, their sisters, their mothers...


What will happen to our future fertility ?


The number of testimonies, and the extent and gravity of the facts alarm us more and more. How many families and lives are concerned? We cannot decently continue to muzzle our words and stifle this scandal that affects more than 42% of women.


We therefore ask today for a public hearing with the competent European authorities: the EMA and the PRAC. It is essential to put forward this subject, to debate and to make a complete point on this question, to understand, but also to reassure women and help them to find an acceptable daily life.


This problem concerns everyone ! We must act !! Let's support our request with this petition !!!


We have written findings that summarise our position and support our request for a public hearing, which are presented in our letter to the EMA : 


 


The “Where is my period ?” collective makes the following observations :


 


  • That vaccination against Covid 19 began in the general population in December 2020,

  • That very quickly empirical observation made it possible to note that even vaccinated people could still transmit the disease,

  • That nevertheless this vaccination has been made compulsory for the entire population, directly or indirectly, through the establishment of vaccine pass mechanisms,

  • That the “Where is my period ?” collective has noted that for months, an abnormally high number of teenagers and women of all ages, even menopausal, have been experiencing gynaecological disorders such as: amenorrhoea, menorrhagia, adenomyosis, endometriosis, PCOS, miscarriage, premenopause, hysterectomy, etc., within a short period of time of their vaccination.

  • That her observation is shared by women all over the world, who are grouped in affiliated collectives in the USA, Canada, Australia, Switzerland, Germany, the UK, Austria, the Netherlands etc...

  • That the collective “Where is my period ?” has collected thousands of testimonies in this sense,

  • That a book of them has been published,

  • That these testimonies were also brought to the attention of the French Parliamentary Office for the Evaluation of Scientific and Technological Choices (OPECST), which carried out a study mission on the undesirable effects of vaccines against Covid 19 and heard the "Where is my period" ?

  • That the OPESCT concluded in its report of 9 June 2022 : "given their volumetric nature and therefore the implausibility of a temporal coincidence with vaccination in all the women who experienced these disorders, it is very surprising that they are not considered a proven effect of the vaccine. This can only reinforce the mistrust of the pharmacovigilance system and the doubts about the safety of vaccines...",

  • That the PRAC and EMA reached conclusions contradictory to those of the OPESCT at their meeting on 10 June 20223 : "The PRAC finds no association between Covid 19 mRNA vaccines and menstrual absence...Overall, the PRAC considered that the available data do not support the causal association and an update of the product information for either vaccine"

  • These findings are astonishing and cannot remain unchanged at a time when the European Commission is recommending that women of all ages and health conditions receive a fourth dose of the Covid vaccine,

  • That these side effects, which women report to the collective, have a very significant impact on their quality of life, but also on that of their families,

  • That women's menstrual disorders and the pain that accompanies them are all too commonplace

  • In the absence of an explanation of these effects by the medical profession, women are anxious about their consequences, in the short, medium and long term, and in particular the repercussions on their fertility,

  • That treatments for Covid 19 that do not cause menstrual disorders or risks to pregnant women exist and have been used successfully in various countries (India, Japan, Senegal, Romania...) but were rejected by the EMA and PRAC at the beginning of the pandemic on the basis of studies that did not take into account the empirical experience of these countries,

  • That this non-recommendation should be debated again insofar as vaccination against Covid 19 does not prevent the transmission of the virus, that "vaccines protect moderately against infection" and that "the individual benefit for the young population is difficult to demonstrate" according to Mr DELFRAISSY, President of the French Scientific Council,

  • That in France, while 71% of the side effects of the Covid 19 vaccines affect women and 29% affect men according to the ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) report of June 2022, which is a violation of the principles set out in the UN Convention of 3 September 1981 on the elimination of all forms of discrimination against women, there has never been any consideration of adapting the dosage of Covid 19 vaccines for women, nor of developing vaccines specifically for them,

  • That, moreover, a vaccination, imposed directly or indirectly by a State on a woman which not only does not effectively protect her or those around her, but also risks rendering her sterile, may be considered a violation of the UN resolution of 26 November 2012 prohibiting female genital mutilation,

  • That the European texts provide for the possibility for the EMA and the PRAC to organise public hearings for the purpose of obtaining the views of the public on the acceptability of the risks associated with a medicinal product or a vaccination,

  • That the collective “Where is my period ?” observes that the known and unknown risks of vaccination against Covid 19 on women's fertility are no longer acceptable today in view of the evolution of the coronavirus pandemic whose average lethality rate for all age groups combined is 0,58%, but being zero up to 20 years of age, 0.01% for adults aged 20 to 30, 0.05% for the 40 to 50 age group, 1% for the 60 to 70 age group and 11% for people over 80

  • That a public hearing by the EMA and the PRAC on this subject is necessary.



 


To have all the info on the Collective "Where is my cycle", you can watch the linktree : ouestmoncycle

5.656 signatures
Signez avec votre email
En moyenne, les pétitions victorieuses dépassent légèrement le palier des 10 000 signatures sur MesOpinons. On y est presque !
Pétition soutenue par un Super contributeur
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je n'ai pas signé cette pétition et je veux le faire
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Actualité(s) de la pétition -
116 commentaires
Marylene - Le 04/10/2022 à 16:02:05
N'avez-vous pas l'impression d'une grande manipulation ? Pour 0,03% de létalité on a poussé les peuples à se faire injecter des produits expérimentaux en les effrayant par des techniques grossières (décomptes des morts, des personnes en soins intensifs... qui s'averaient fort douteux car gonflés par les hôpitaux pour obtenir plus d'argent, privations de libertés, obligations pour exercer certains métiers... Beaucoup de soupçons concernant ces injections avaient été relevés par des médecins expérimentés que l'on a fait taire car "complotistes". Ils avaient relevé également les problèmes de fertilité chez la femme mais aussi chez l'homme...Tout comme on fait taire actuellement ces problèmes féminins mais aussi les AVC, les thromboses, la mortalité élevée chez les jeunes... Les forces qui ont poussé à tout ceci sont impressionnantes... et s'activent encore pour poursuivre leurs agissements. Il faut cesser ces injections, trop de mal a déjà été fait, et juger les investigateurs de tout ceci pour crime contre l'humanité.
11 1
Stephane - Le 04/10/2022 à 15:39:37
La transparence absolue est fondamentale, face à tant d'interrogations et de souffrances...
10 2
Le 04/10/2022 à 15:24:46
Les règles ont toujours été un problème pour les femmes. Mais c'est à voir avec son gynéco et autres spécialistes à vouloir parler de tout et de rien j'ai l'impression d'avoir à faire qu'à des pleurnicheuses excusez moi mais c'est mon ressenti
Bon courage à vous
6 14
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions santé Demande d'une Audition Publique Européenne sur les troubles du cycle menstruel