64 917 857 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Santé

Signez la pétition

Déjà 35 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Contre le déremboursement du Rasilez 150 et 300 et l'arrêt total de vente en pharmacie.

Contre le déremboursement du Rasilez 150 et 300 et l'arrêt total de vente en pharmacie.

Auteur : Mme Danielle Floquet

Créé le 15/11/2017  

À l'attention : de Madame la Ministre de la Sante, Agnès Buzyn.

Nous sommes nombreuses et nombreux à ne plus pouvoir prendre de Rasilez pour hypertension. Nous avons tous essayé de prendre d'autres hyper-tenseurs et ceux-ci ne nous ont  pas convenu, car beaucoup trop d'effets indésirables.

Pour ma part, je suis porteuse d'un pacemaker, d'un défibrillateur et de trois sondes (branches..). J'ai aussi une BPCO et je n'ai jamais fumé, ni eu de soucis d'alcoolémie et mets une PPC toutes les nuits depuis 5ans.

J'ai essayée avant mon opération en août 2014, 5 autres hyper-tenseurs et j'avais des effets indésirables terribles, je gonflais de partout et j'étais de plus en plus essoufflée, plus de tension de pulsations et maux de tête.

Mon cardiologue, à la dernière consultation, m'a prévenu de l'arrêt du Rasilez en octobre. Ensuite,  mon généraliste, lui, m'a dit alors de doubler ma dose du Bêta-bloquant, car je n'en prenais qu'un demi et je passe donc à un entier.

Pour l’instant mon arythmie a fortement augmentée quand je fais un effort et suis de plus en plus à nouveau essoufflée.

J'attends de voir ma prochaine visite en janvier chez mon cardiologue, mais si je ne me sens pas bien, j'irai. J'ai mis en place un petit Forum sur Google et une dizaine de personnes m'ont répondues qu'elles sont dans le même cas que moi et cela en un mois. C'est un cas d'urgence.

Je vous prie, Madame la Ministre en mon nom et au nom de toutes les personnes ne pouvant plus prendre ce médicament, de nous le remplacer par un autre avec la même molécule et de bien vouloir intervenir auprès de la CPAM et du laboratoire.

Danielle Floquet.