115 965 173 signatures sur MesOpinions.com

Stop au massacre de notre industrie par General Electric : 1000 emplois délocalisés hors de Belfort

Sauvegarde en cours...
Pétition : Stop au massacre de notre industrie par General Electric : 1000 emplois délocalisés hors de Belfort
Par Intersyndicale General lectric Belfort

Pétition adressée à intersyndicale general electric belfort

Mise à jour

Contrairement aux promesses de GENERAL ELECTRIC en 2015 de création de 1000 emplois en France, lors du rachat de la branche énergie d’ALSTOM, GENERAL ELECTRIC n’a fait que de détruire l’emploi industriel en France :



  • Fermeture de l’activité solaire à Belfort

  • Fermeture de l’activité chaudière à Massy

  • Plan de licenciement dans l’activité hydroélectrique à Grenoble

  • Depuis début 2019 : Plus de 700 emplois sont concernés par des plans de rupture conventionnelle collective, plan senior et licenciement économiques dans les activités charbon, nucléaire, éolien, réseaux électriques, conversion de puissance et fonctions supports dans toute la France, dont plus de 200 personnes à Belfort


Le 28 mai 2019, 2 jours après les élections européennes, General Electric annonce un nouveau plan de plus de 1000 suppressions d’emplois supplémentaires à Belfort :



  • Près 50% des effectifs de l’entité « Turbine à gaz » qui compte près 1900 salariés


    • Ingénierie délocalisée en Inde, Mexique et Pologne

    • Production délocalisée aux Etats-Unis et en Hongrie


  • La fermeture du centre partagé qui compte plus de 200 salariés, créé depuis 2015


    • Délocalisation en Hongrie



 Le projet est présenté comme une adaptation au marché qui s’apprête pourtant à rebondir. En réalité il s’agira de la dernière étape avant la fermeture complète de l’entité « Turbine à gaz » à Belfort.


 L’Etat français a donné son accord en 2015 pour le rachat de la branche Energie d’ALSTOM par GENERAL ELECTRIC pour un développement de l’emploi industriel en France.


 Aujourd’hui, devant le désastre industriel engendré par ce rachat , nous demandons à l’état français de stopper ce plan massif de délocalisation d’activités hors de France et de travailler avec les organisations syndicales sur leurs propositions de développement de filières industrielles d’avenir sur notre territoire.


 


---------------------------------------------------------------------------------------


 


1/ Nous avons déjà atteint la taille critique :


 


Le marché de la Turbine à gaz se segmente en 2 Marchés distincts, avec des turbines différentes, des clients différents et des dynamiques de marché différentes :


 



  • Le marché 60 Hz dont les turbines sont réalisées aux Etats-Unis représente 25% du marché mondial (US, Brésil, Arabie saoudite, Taiwan et une partie du Japon)


    • Ce marché s’est effondré de 50% en 2018 comparé à la moyenne des 5 années précédentes


  • Le marché 50 Hz dont les turbines sont réalisées à Belfort représente 75% du marché mondial (Europe, Afrique, Asie, Moyen-Orient, Amérique du Sud)


    • Ce marché a baissé de 20% en 2018 comparé à la moyenne des 5 dernières années


  • Or nos effectifs ont déjà baisser de près de 30% :


    • 250 salariés ont quitté l’entreprise depuis le 1er janvier 2018

    • plusieurs centaines de sous-traitants travaillant dans nos murs ou sur des plateformes dans le territoire de Belfort ont été remerciés



 


2/ Le marché de la turbine à gaz a de l’avenir :



  • la filière « turbine à gaz » a représenté 90% des profits, pour 75% des CA et 50% des effectifs de la branche Energie de GE dans le monde

  • rebond du marché d’après l’agence internationale de l’Energie et repris par GE : un doublement des capacités d’ici 2040


    • pour remplacer le nucléaire

    • pour remplacer le charbon qui produit 3 fois plus de CO2

    • pour la stabilité et la flexibilité des réseaux électriques avec la montée en puissance des énergies renouvelables, intermittentes par nature (130 MM€ de fonds débloqués par l’Europe), en attendant de moyens de stockage massif d’énergie techniquement et économiquement viables, car une turbine à gaz peut s’allumer et s’éteindre en moins 5 minutes pour absorber le demande d’électricité

    • des turbines à l’hydrogène qui ne produise pas de CO2, pourrait être adossé à des champs éolien ou photovoltaïque



 


3/ La situation financière de l’entité « Turbine à gaz » de General Electric de Belfort est artificiellement en déficit :



  • 1999-2014  Belfort centre mondial 50 Hz : plus de 3 MM€ dividendes remontées au groupe

  • depuis le rachat d’ALSTOM : l’ex-entité suisse ALSTOM devient centre de décision à la place de Belfort


    • les responsables mondiaux de Belfort sont virés

    • les bénéfices sont logés en Suisse et remplissent les caisses publiques suisses alors que la valeur ajoutée est créé en France

    • En 2017, année record de production, la situation financière de l’entité française passe de plusieurs centaines de millions de bénéfices à une situation déficitaire

    • Belfort, plus important site au monde de GE, n’héberge aucun membre des équipes mondiales de direction et devient un sous-traitant des US et de la Suisse


  • Pour chaque turbine 9HA fabriquée à Belfort, la marge affectée à l’entité légale est inférieure aux droits à la technologies payés à GE => plus on fabrique, plus on est en déficit

  • Belfort doit redevenir centre mondial 50 Hz dans l’intérêt de GE et de Belfort


 


4/ Le gouvernement doit faire respecter l’accord signé avec GE le 4 novembre 2014 dont voici des extraits :


3.4. Les quartiers généraux européens actuels de GE pour les activités turbines à gaz de grande taille à usage industriel de 50 Hz demeureront à Belfort.


3.5. Les équipes de la direction mondiale des activités mentionnées aux Articles 3.1 à 3.4, de même que celles en charge de la direction opérationnelle des quartiers généraux correspondants, seront situées en France, et, dans le cadre de l’organisation matricielle mondiale de GE, seront


respectivement responsables de ces activités et des opérations de quartiers généraux y afférentes, qui incluront notamment :


- les fonctions corporate de chaque activité ;


- la stratégie de fabrication ;


- le marketing et le développement produits ;


- la supervision des activités commerciales, y compris les offres ;


- la stratégie en matière de chaîne d’approvisionnement (supply chain) ; ainsi que


- les activités R&D et recherche et développement appliquée spécifique à chaque activité.


3.6. Les engagements énoncés dans le présent Article 3 resteront en vigueur pendant une durée de dix (10) ans à compter de la date de réalisation l’Opération.

15.272 signatures
  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook
Partagez la pétition avec vos amis :

Vous pourriez soutenir aussi

Lancer votre pétition

Lancer ma pétition

Lancez votre pétition pour faire bouger les choses Je lance ma pétition