57 674 059 personnes agissent sur MesOpinions.com

Suivez-nous !

Pétition - Nature et environnement

Pétition : Sauvons la colline du Roucas

Signez la pétition

Déjà 7.162 signatures

    Partager avec vos amis Facebook

Signez la pétition
Sauvegarde en cours...

Sauvons la colline du Roucas

Auteur : Luisa Paoluzzi

Créé le 12/12/2015  

Mise à jour de la pétition

À l'attention : De Mme Sabine Bernasconi, Maire du 1er et 7ème arrondissements et Mme Laure-Agnès Caradec adjointe au Maire de Marseille

La colline du Roucas, dont la pinède est visible depuis l'esplanade de Notre-Dame de la Garde, est l'un des rares espaces boisés du centre-ville de Marseille. Ce poumon vert de la ville est désormais en danger de bétonnage. Cinq permis de construire ont été délivrés suite à l'ouverture de fenêtres constructibles sur des terrains classés auparavant en zone protégée. Ces permis concernent des bâtiments qui non seulement ne semblent pas être conformes à la réglementation sur les hauteurs en vigueur dans le secteur mais nécessitent en outre de lourds travaux préalables de nivelage du terrain et de dérochement. De plus, l'ouverture de ce fenêtres constructibles donne des raisons de craindre pour le reste de la zone protégée, donc pour le sort de la colline et de son espace naturel jusque-là relativement préservé.

Impact environnemental.

La construction de ces cinq bâtiments sur un terrain abrupt nécessitera d'important travaux de terrassement. Il est prévu qu'un total de 16000 m³ de roche sera excavé. Concentré en un seul endroit, ce volume correspondrait à un trou de 80m de longueur, 20m de largeur et 10m de profondeur ; en d'autres termes l'équivalent de seize maisons de 300 m² sur trois étages.

À une époque où l'on prend de plus en plus conscience de l'importance de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, on a beaucoup de mal à comprendre qu'on puisse donner le feu vert au déboisement d'une colline et à des travaux d'excavation d'une telle portée.

On se demande aussi quelles mesures vont être prises pour la gestion d'un volume aussi important de déchets : que vont ils devenir les arbres coupés ? Est-ce que le promoteur envisage une récupération de la roche excavée ou sera-t-elle simplement jetée dans une décharge ?

Par ailleurs, des sources d'eau douce sont présentes sur la colline : quelles mesures seront prises pour leur préservation et celle de la nappe phréatique lors de ces excavations ?

Ces projets immobiliers ne répondent pas à un vrai besoin.

Le manque de logements à loyer modéré est un problème réel de beaucoup de villes. Il est clair, cependant, que les bâtiments qui vont être construits sur la colline du Roucas (des villas et des immeubles de standing) n'ont rien à voir avec ce manque. S'il est vrai que le quartier est très prisé et beaucoup de monde souhaite s'y installer, il est aussi vrai que les biens à l'achat ne sont pas vraiment rares : à l'heure actuelle, par exemple, deux maisons sont proposées à la vente à quelques centaines de mètres des parcelles intéressées par ces cinq permis de construire.

Pour augmenter le parc de logements, la réhabilitation d'immeubles laissés à l'abandon est une solution bien plus économique et écologique, et permet d'améliorer le cadre de vie des quartiers en restaurant des constructions délabrées.

Autres conséquences à redouter.

À cause de la topographie du quartier, avec ses rues plutôt étroites et en pente, le réseau routier du Roucas n'est pas adapté à accueillir un important trafic de véhicules pour le BTP. Pourtant, en vue de l'ampleur du chantier, une augmentation considérable de ce trafic sera nécessaire, notamment pour l'évacuation du matériel creusé. On peut donc prévoir une congestion importante du trafic, local et entre la corniche et l'avenue du Prado, ceci pendant plusieurs mois.

Pendant la même période, les travaux d'excavation produiront des nuisances sonores qui, amplifiées par la vallée voisine, affecteront non seulement les riverains mais la presque totalité des habitants du quartier. Or, l'influence négative de la pollution acoustique sur la santé publique est désormais reconnue.

De plus, les vibrations dues aux excavations, qui s'apparentent à des séismes de très faible intensité mais de très longue durée, pourraient sensiblement fragiliser les structures des bâtiments déjà présents dans la zone.

Pour toutes ces raisons nous demandons le retrait de ces permis de construire et la reconversion des fenêtres constructibles en zone protégée.