64 539 171 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Politique

Signez la pétition

Déjà 516 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Non au retrait d'une croix surplombant une statue de Jean-Paul II à Ploërmel

Non au retrait d'une croix surplombant une statue de Jean-Paul II à Ploërmel

Auteur : Géraldine Tixier Lacaze

Créé le 29/10/2017  

À l'attention : Conseil d'Etat - Tribunal de ...

Je copie ici l'article d'Europe 1 :
"La justice ordonne le retrait de la croix surplombant une statue de Jean-Paul II


Cette décision a été prise au nom du respect de la loi de séparation des Églises et de l'État. 


Le Conseil d'État a confirmé mercredi l'injonction, prononcée en première instance, de retirer une croix surplombant une statue de Jean-Paul II installée sur une place de Ploërmel, dans le Morbihan.


Six mois pour enlever ce symbole. La commune a six mois pour procéder à ce retrait, a indiqué le Conseil d'État. La statue en elle-même n'est pas remise en cause. "Dès lors que la croix constitue un signe ou un emblème religieux au sens de l'article 28 de la loi du 9 décembre 1905 et que son installation par la commune n'entre dans aucune des exceptions ménagées par cet article, sa présence dans un emplacement public est contraire à cette loi", a expliqué la plus haute juridiction administrative dans un communiqué.


Le maire avait refusé de retirer le monument. La statue, don de l'artiste russe Zourab Tsereteli, avait été installée sur une place de Ploërmel sous une arche surmontée d'une croix, après une délibération de la commune du 28 octobre 2006. La Fédération morbihannaise de la libre pensée et deux habitants de la commune avaient saisi le tribunal administratif de Rennes après le refus implicite du maire de retirer le monument, d'une hauteur de 7,5 mètres.


Le 30 avril 2015, le tribunal avait enjoint au maire de Ploërmel de faire procéder, dans un délai de six mois, au retrait du monument de son emplacement. Une décision annulée le 15 décembre 2015 par la cour administrative d'appel de Nantes qui invoquait une erreur de droit."


En signant une pétition transmettant notre désaccord sur une telle action et en l'envoyant au maire pour le soutenir, nous pourrons peut-être inverser la vapeur ou empêcher que cela ne se reproduise.


Au fait, que va-t-on faire de tous les calvaires disséminés dans toutes la France ?