57 496 745 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Politique

Signez la pétition

Déjà 507 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Non au retour de Nicolas Sarkozy en 2017

Non au retour de Nicolas Sarkozy en 2017

Auteur : Association pour le respect du vote des Francais

Créé le 23/08/2016  

À l'attention : de Nicolas Sarkozy

Le 29 mai 2005, les Français rejetaient largement par référendum le projet de traité constitutionnel européen avec 54,67 % des votes pour le NON.

En 2007 Nicolas Sarkozy faisait ratifier le traité de Lisbonne par voie parlementaire. Avec cette décision il foulait au pied la démocratie Française, en ne respectant pas le vote des Français qui avaient clairement dit "NON" en 2005.

Concernant la sécurité Nicolas Sarkozy, n'a de leçon à donner à personne au contraire.
Entre 2008 et 2012 il a supprimé 13.000 postes dans la police et la gendarmerie.
Le 25 juin 2008 il mettait fin aux renseignements généraux (les RG) et ainsi supprimait la France d'un service doté d'outils qui aurait permis plus de vigilance contre le terrorisme.

Grand visionnaire international, en juillet 2007 à Dackar il déclare « Le drame de l’Afrique c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le problème de l’Afrique est là. »

En août 2007, il montre son mépris pour la région Bretagne et ses habitants.
Citation relevée par Yasmina Reza, dans son livre « L’aube, le soir ou la nuit » : « Qu’est-ce qu’on va foutre dans un centre opérationnel sinistre à regarder un radar ? Je me fous des Bretons. Je vais être au milieu de dix connards en train de regarder une carte ! »

En décembre 2007 il fait Installer la tente du « Guide » de la révolution libyenne dans les jardins de l’Hôtel Marigny et réception fastueuse à l’Élysée. Trois ans plus tard, la France participera avec l’Angleterre et les USA à la guerre en Libye, avant tout pour conserver le contrôle du pétrole.

Le 23 février 2008 Le « Casse-toi, pauv' con ! » est lancé à un quidam au Salon de l’agriculture. Une formule qui restera célèbre…

14 juillet 2010 Nicolas Sarkozy invite les dictateurs Africains à parader avec leurs troupes sur les Champs Elysées : Paul Biya, le « sphinx inamovible » (Cameroun), François Bozize, l’éternel putschiste (Centrafrique), Idriss Deby, le chef de guerre (Tchad), Blaise Compaore, le dictateur respectable (Burkina Faso), Denis Sassou N’Guesso, le chef de milices sanguinaires (Congo), Faure Gnassingbé et Ali Bongo, les fils à papa (Togo et Gabon)

10 novembre 2010 Adoption de la réforme des retraites qui repousse l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans et surtout l’âge légal pour avoir une retraite calculée à taux plein de 65 à 67 ans.

Fin 2011 Plus de 2,7 millions de chômeurs sont recensés en France. Mais Nicolas Sarkozy affirme : "La situation est difficile mais nous résistons mieux que nos voisins". La France dépasse la barre des 10% de demandeurs d’emploi (6% de chômage pour l’Allemagne, 8% pour le Royaume-Uni, l’Italie ou les Pays Bas).
6 février 2012 Alors qu’ils étaient jusqu’ici dispensés d’impôt sur le revenu, 100000 à 200000 foyers français devront dorénavant envoyer un chèque au fisc. Le gouvernement a annoncé le gel du barème de l’impôt sur le revenu. Une vraie rupture car, depuis quatre décennies, la grille sur laquelle repose le calcul de l’impôt était révisée chaque année pour tenir compte de la hausse du coût de la vie.

2012 Plus-values : suppression du dispositif d’abattement progressif pour durée de détention et une exonération désormais très restrictive.

En 2012, la France compte 747.000 chômeurs de plus qu’en mars 2007, soit +35%. La faute à la crise ?

Selon l’Agence France Trésor, de 2007 à 2012, la dette publique de l’Etat est passée de 921 milliards d’euros à 1 386 milliards d’euros, soit une explosion de 50,4% en l’espace de cinq ans équivalent à 465 milliards.

Avec ce bilan catastrophique, comment Nicolas Sarkozy ose se présenter à nouveau pour les élections présidentielles de 2017.

Non Monsieur Sarkozy la France n'a pas besoin de vous et de votre retour aux affaires. Continuez à faire des conférences à l'étranger qui sont payées plus de 100.000 euros et foutez nous la paix.

Un chef d'entreprise