Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Pétition

Respect. Justice. Participation. 50 années perdues.

Respect. Justice. Participation. 50 années perdues. Pétition

Respect. Justice. Participation. 50 années perdues.

4 signatures
Auteur
Auteur(s) :
Arsène Lux
Destinataire(s) :
Président de la République
La pétition
Respect.Justice.Participation. 50 années perdues. Pour le Président de la République de 1968,le Général de Gaulle,les événements sociaux de mai avaient révélé "la nécessité d'une mutation de la société française", pour "une participation plus effective de chacun à la marche et au résultat de l'action qui le concerne directement." Pour ce faire,il avait proposé les réformes nécessaires au peuple français par référendum en 1969,que le peuple,sous l'influence de la classe politique de gauche comme de droite,réfractaire au changement,avait malheureusement rejetées d'une courte majorité. 50 ans après,les mêmes changements s'imposent toujours-que de temps perdu-mais avec une énorme différence:le peuple de France a mûri et ne se laisse plus manipuler par les partis traditionnels, aujourd'hui totalement décrédibilisés. Un "créneau" de changement s' ouvre ainsi au gouvernement, au besoin par voie référendaire. Le mécontentement politique, économique et social, a pris aujourd'hui une ampleur historique jamais atteinte et appelle impérativement un changement tout aussi historique, immédiat et sans demi-mesure. Le Français de 2019 veut être respecté. Dans ses convictions politiques d'abord. Seul le vote à la proportionnelle intégrale,quel que soit le scrutin,national ou local,répond à cette légitime exigence. Il récuse à juste titre l'existence du Sénat,dont l'élection au second degré le prive de fait de son droit individuel de choix politique,et dont la prétendue fonction de représentation des territoires est parfaitement assumée par les députés, élus au suffrage universel de tous les citoyens d' un même territoire. En tant qu'agent économique ensuite. Vivre et faire vivre sa famille de son salaire, dans une structure à la gestion de laquelle il veut participer.Cela pose évidemment la question du pouvoir d'achat de chacun et de la répartition des résultats dans l'entreprise. Dans une économie entièrement mondialisée,quand une vingtaine de milliardaires détiennent autant de richesses que la moitié des habitants de la Terre les "moins riches", on comprend que cette situation nécessitera un traitement planétaire, que la France s' honorerait d' initier dans toutes les instances internationales européennes et mondiales,et qui pourrait idéalement s' appuyer sur des normes mondiales de l' O.N.U.sur la répartition Capital-Travail entre Dividendes et Salaires,avec détermination planétaire d'un SMIC mondial minimal et d'un taux de dividendes maximal. Dispositif s'accompagnant du prélèvement par le FMI des surplus non investis destinés au réinvestissement économique dans les pays sous-développés, en juste retour à l'exploitation séculaire colonisatrice des richesses naturelles de ces pays par ceux de l'hémisphère nord. Cet ambitieux mais indispensable programme international prendra évidemment du temps.Mais il peut dès à présent être initié au plan national,voire européen. Pourraient ainsi être fixées des normes maximales de dividendes et prélèvement par l'Etat ou l'Europe des surplus dormants pour réinvestissement au profit des territoires ou des pays les plus fragiles. Sur le plan structurel,la suppression du Sénat devrait s' accompagner d'une restructuration du Comité Economique Social et Environnemental en Comité National des Forces Vives du pays ( Entreprises,Syndicats, Associations....) à intégrer, pour avis, dans toute procédure d'instauration ou de modification législative ou réglementaire , dont les représentants seraient élus par leurs membres, les Comités Economiques Sociaux et Environnementaux Régionaux constituant ses structures régionales déconcentrées. L'urgence et l'importance des mesures à prendre sont telles qu'elles mériteraient de figurer au programme du grand débat en cours, sous forme d' une question simple: "Etes-vous favorable à un référendum pour déterminer les réformes à engager pour notre pays?" ++++++++++ Tel est l' enjeu, Monsieur le Président de la République,auquel vous êtes confronté. Vous avez rendez-vous avec l' Histoire pour relever le défi que le peuple de France vous lance aujourd'hui.
4 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs