Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Pétition

Refuser la future législation européenne sur l'asile et la migration

Pétition : Refuser la future législation européenne sur l'asile et la migration Pétition

Refuser la future législation européenne sur l'asile et la migration

27 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Jean-Jacques LEANDRI
Destinataire(s) :
Le président de la République
La pétition

PÉTITION CONTRE LA FUTURE LÉGISLATION EUROPÉENNE SUR L’IMMIGRATION


 


L’Union européenne s’apprête à adopter un règlement relatif à la gestion de l’asile et de la migration et à resserrer ainsi la camisole de force juridique qui empêche les autorités françaises de combattre le déferlement migratoire. Cette initiative est ardemment soutenue par Mme Merkel et M. Macron. Les récents attentats avaient pourtant incité le président à réclamer un sursaut européen à ses homologues, à dénoncer les liens qui existent entre l’immigration clandestine et le terrorisme et à déplorer le dévoiement du droit d’asile. M. Macron tiendrait-il un double discours ?


 


Les dispositions essentielles de ce règlement


 



  • il consacre le principe de l’examen obligatoire par les États membres de toute demande de protection présentée sur leur territoire par un ressortissant de pays tiers ou par un apatride. Quelle aubaine pour les clandestins, qui ne manqueront pas de s’engouffrer en masse dans cette brèche en se prétendant persécutés ;
  • Il entérine le système de re-localisation de demandeurs d’asile dans les autres pays, avec la priorité conférée aux mineurs non accompagnés, dès lors que l’État membre responsable initial de l’examen des demandes ne parvient plus à absorber et à traiter les flux de postulants ;
  • Il met en place des mécanismes de solidarité en faveur des pays de l’UE soumis à une pression migratoire ou dans lesquels des débarquements sont effectués à la suite d’opérations de recherche et de sauvetage. Des contributions de solidarité, en grande partie financières et obligatoires, seront demandées aux États membres. Leur montant sera fonction de la population et du PIB de chaque État, ce qui signifie que la France deviendra le contributeur le plus important après l’Allemagne. Ces contraintes seront assorties d’un fardeau administratif exorbitant qui va aggraver la folie bureaucratique.

 


L’état d’avancement du dossier


 


La proposition de règlement est examinée au pas de charge par les institutions européennes. Son adoption rapide par le Conseil suite à un vote favorable de la majorité qualifiée (55% des États membres, représentant au moins 65% de la population de l'UE) est plus que probable, compte tenu du rapport de force entre les pays. Aucun suspense quant à la position du Parlement européen, majoritairement favorable aux « migrants ».


 


L’exécutif et la presse dite progressiste se gardent bien de dévoiler aux Français les enjeux et les périls que recèle ce projet. Il contient pourtant les ferments d’une submersion migratoire qui risque de tout balayer, de grever lourdement les finances publiques et de provoquer à terme une guerre civile. Ce dossier stratégique est géré par un cercle restreint de technocrates et de juristes, qui prennent des positions décisives en dehors de tout contrôle démocratique national. Le Parlement français est certes informé mais il n’a pas voix au chapitre.


 


Les effets de la mise en œuvre de ce règlement


 


Si le processus aboutit, le texte adopté par les deux organes législateurs européens deviendra une loi européenne que les États membres devront appliquer durant plusieurs années. Tout gouvernement français devra respecter ce nouveau cadre juridique, même en cas d’alternance, sauf à organiser un FREXIT ou à accepter de voir la France fréquemment condamnée à de fortes amendes par la Cour de justice de l’UE. Il est illusoire en effet d’espérer obtenir la révision ou l’abrogation de ce règlement, qui ne pourrait intervenir qu’à l’initiative de la Commission européenne et avec le soutien de la majorité qualifiée des États de l’UE. A titre d’exemple, cela fait 24 ans que la France est engluée dans la directive sur le détachement des travailleurs qui, en favorisant le dumping social à grande échelle, continue de pénaliser fortement ses propres salariés.


Les conséquences politiques prévisibles pour la France


 



  • Pour lutter contre le terrorisme M. Macron entend durcir les règles de circulation à l'intérieur de l'espace Schengen. Peine perdue, cela sera aussi efficace que si, dans un immeuble de 27 appartements, les copropriétaires décidaient de contrôler davantage les entrées de leur domicile sans avoir le droit de fermer les accès extérieursdu bâtiment. Des personnes étrangères continueraient d’affluer en masse, de pénétrer et de s’installer en toute impunité dans les parties communes, exerçant une pression irrésistible pour s’introduire dans les différents logements.
  • Dans 30 ans l’Afrique comptera plus de 2 milliards d'habitants, dont une forte majorité de jeunes qui seront attirés de façon irrépressible par le mirage européen. Les flux d’individus venant d’Afghanistan, du Pakistan, des Balkans, de Tchétchénie … ne risquent pas de se tarir, bien au contraire. Beaucoup de ces arrivants grossiront les rangs des islamistes. La poussée migratoire aux frontières de l'UE deviendra rapidement incontrôlable. En France elle fera exploser les digues édifiées par un pays qui par ailleurs s’enfonce dans une crise économique et sociale inédite ;
  • Macron se prépare à conduire la Nation dans une impasse et à cadenasser les choix politiques de ses successeurs, en les privant pour longtemps de toute marge de manœuvre pour contrôler nos frontières, même lorsque nos intérêts fondamentaux seront menacés. Une crise majeure est inéluctable et lorsqu’elle adviendra l’exécutif ne pourra pas la surmonter en instaurant un numéro vert.

 


Une résistance à cette dérive oligarchique s’impose


 


Dans cet univers en éruption permanente la France ne peut plus se permettre d’aliéner sa souveraineté et de confier aux technocrates de Bruxelles la maîtrise de son destin. Il n’est plus tolérable que la continuité de sa culture et la pérennité de son mode de vie demeurent subordonnées aux décisions de juges nationaux ou supranationaux. Le peuple français a déjà été grugé par M. Sarkozy lors du referendum de 2005. Un tel hold-up démocratique ne doit pas se reproduire.


 


Cette pétition a pour ambition d’alerter et d’informer les citoyens de ce qui se trame à leur insu. Elle vise également à susciter la mobilisation de ceux qui sont viscéralement attachés à leur identité et à leur liberté, afin de convaincre le président de renoncer à ce projet funeste et mortifère, tellement désiré par les passeurs et les « humanistes ». Il est encore temps de réagir.


 


Si vous partagez mon analyse et mes préoccupations je vous invite à la signer et à la relayer le plus largement possible. Les Français doivent pouvoir s’exprimer sur cette politique migratoire qui hypothèque leur avenir, conformément à l’article 2 de la Constitution, en vertu duquel le principe de la République est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.


La proposition de règlement est disponible sur le lien suivant :



https://data.consilium.europa.eu/doc/document/ST-11213-2020-INIT/fr/pdf


 


27 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
10 commentaires
Françoise - Le 15/11/2020 à 19:59:56
Car il faut réagir à cette alerte avant qu’il ne soit trop tard.
0
Aurelie - Le 17/11/2020 à 20:16:53
Je suis complètement d'accord ,si nous continuons dans cette voit on va droit dans le mur ,"générosité bien ordonnée"
0
Lucie - Le 17/11/2020 à 21:15:20
Bonsoir. J'ai signé 2 fois votre pétition.
0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs