Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Pétition

REFORME DES RETRAITES ET LA DÉFENSE DU BIEN COMMUN

REFORME DES RETRAITES ET LA DÉFENSE DU BIEN COMMUN Pétition

REFORME DES RETRAITES ET LA DÉFENSE DU BIEN COMMUN

78 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
YMNG
Destinataire(s) :
Le président de la République et ses groupies
La pétition
Actualité(s)
Monsieur  le président, Que savez-vous  de la vertu et du pouvoir et du respect de  la Loi ? Partez et retournez chez Rothschild !

En exerçant la plus haute fonction de l'Etat, je pensais naïvement sans doute, comme certaines françaises et français, que les responsabilités que vous exerceriez combleraient votre inexpérience. Hélas, vous êtes bien loin de la pensée de Descartes, d'Alain en ne manifestant aucune générosité et en rejetant de votre pensée "la ferme résolution de ne manquer jamais de libre arbitre". Vous êtes un tenant du libéralisme né qui n'avait qu'un objectif, en accédant aux fonctions suprêmes, celui de transformer l'état d'esprit des françaises et des français en leur reflétant par votre image, à travers le prisme d'un miroir déformant (heureusement pour nous toutes et tous), celle qui est la vôtre. Vous souhaitiez que nous devenions des petites macrones et des petits macrons à croquer tout chaud. Oh le vilain petit prince.

La dernière "surprise" du chef en date, si j'en crois le journal le Parisien reprise maintes fois par d'autres messages publiés ou radio-diffusés, est le communiqué de l'Elysée sur la retraite du chef de l'Etat élu par défaut et à une très faible majorité compte tenu du contexte des présidentielles de 2017, mais en exercice, sur sa pension de retraite en qualité de président de la République . Par temps de grand vent social, après "l'épisode", qui n'en est pas un des "gilets jaunes", les nombreuses entorses au droit de manifester et en laissant sur le trottoir des manifestants pacifiques blessés et mutilés à vie, voilà qu'il nous est donné d'apprendre : "Il ne percevra pas cette retraite prévue à la fin de son mandat par la loi, car il estime que cette loi de circonstance a vocation à être normalisée. Il ne liquidera pas non plus cette somme lorsqu'il prendra sa retraite. Nous sommes dans une ère où les élus doivent être exemplaires". 

En droit :

Il est fait état, pour justifier votre décision de ne pas appliquer à vous-même de l'article 19 de la loi n°55-366 du 3 avril 1955 relative au développement des crédits affectés aux dépenses du ministère des finances et des affaires économiques pour l'exercice 1955 d'où découle la nature et le montant de la pension applicable aux différents présidents, "d'un changement d'ère où les élus doivent être exemplaires".

Cette loi demeure toujours en application et sauf modification par un texte législatif et d'autres textes d'application de nature réglementaire, M. Macron est un citoyen comme un autre et il ne peut pas, pour des motifs purement opportunistes en cette période de troubles dont il ne tire aucune conséquence et qu'il doit entièrement assumer, avec l'appui de ses ministres et du premier d'entre eux, tous psychorigides, se dérober à la loi et faire fi, quelles qu'en soient les circonstances, de son existence. Il y reste soumis jusqu'à l'adoption de nouveaux textes. En effet, nous n'avons pas changé d'ère, mais ce régime doit être soumis à celui qu'il préconise en ce qu'il constitue un statut particulier si, toutefois, ce projet nauséabond et inégalitaire aboutit par un rapport de force avec l'appui de certains élus LR.

Il paraît utile de rappeler à cet égard que, selon Pierre-Eugène LAMAIRESSE "la vertu consiste en l'absence de faute, tout le reste n'est que vain bruit" (exhortation à pratiquer la vertu).

La destitution du président est  régie par l'article 68 de la Constitution de 1958 ainsi rédigé :"Le Président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat.
La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour.
La proposition de réunion de la Haute Cour adoptée par une des assemblées du Parlement est aussitôt transmise à l'autre qui se prononce dans les quinze jours.
La Haute Cour est présidée par le président de l'Assemblée nationale. Elle statue dans un délai d'un mois, à bulletins secrets, sur la destitution. Sa décision est d'effet immédiat.Les décisions prises en application du présent article le sont à la majorité des deux tiers des membres composant l'assemblée concernée ou la Haute Cour.
Toute délégation de vote est interdite. Seuls sont recensés les votes favorables à la proposition de réunion de la Haute Cour ou à la destitution.
Une loi organique fixe les conditions d'application du présent article."

Dans un Etat de droit, si le président ne s'applique pas la loi en vigueur à lui-même, il se trouve justiciable de cette procédure. La loi n'est pas figée, elle peut être révisée, modifiée, voire abrogée, mais qu'en se soumettant à la procédure législative et aux décrets d'application.

Pour un coup de Maître, c'est le sommet de la médiocrité du premier de cordée


Enfin, renonce-t-il vraiment à cette pension de 6620 € par mois, de quelle manière, depuis le début du quinquennat ou depuis l'annonce faite par l'Elysée ou encore à la date du texte qui sera voté ?  Et puis, les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

En fait :

Depuis quand les françaises et les français pensent que nous avons changé d'ère ? Depuis l'arrivée au pouvoir de ce président ? Non de l'air, de l'air nouveau, c'est ce que nous réclamons. Il suffit de se reporter aux personnalités qui ont dû démissionner, à tort ou à raison, dans "sa République EXEMPLAIRE".

Pour l'instant, avec ce communiqué, le président, par l'intermédiaire de "(ses) conseillers", s'est contenté de faire émettre une déclaration d'intention dans l'impréparation la plus complète, comme à l'ordinaire. Cela étant, rien n'étant acté, et c'est bien pour celai qu'il ne relève pas pour l'instant de l'article 68 de la Constitution.

Paroles et paroles comme le chantait Iolanda Gigliotti, dite DALIDA.

Le vrai problème, c'est que ce président, son entourage et les élus de LREM, communiquent à tort et à travers. Ils pensent que pour éteindre l'incendie de la protestation sociale issue de ce projet de réforme  sur les retraites, cette annonce suffira avec quelques autres artifices à faire retomber le climat qu'ils ont eux-mêmes créé. C'est incendiaire incendié, pour ne pas écrire politiquement calciné.

La majorité très relative qui l'a élu président, comme les abstentionnistes, les électeurs qui ne se sont pas déplacés et l'opposition n'ont jamais réclamé que le "gagnant" renonce à sa pension lors de ce mandat, qui emporte de lourdes responsabilités encore non assumées. D'ailleurs, ce n'était inscrit au rang des promesses de son programme.


Au fond, ce communiqué n'est que fumée, mais plus, ne serait-il pas l'aveu d'un échec ? "Oui, Mesdames et Messieurs les françaises et les français, je n'ai pas tout réussi, j'en prends acte, j'applique au futur statut de pension de retraite du prochain président de nouvelles règles, un peu comme à vous, et pour moi, j'y renonce purement et simplement pour ce mandat". 

Le petit prince ou/et ses groupies ne se serviraient-ils pas de ce renoncement à pension au nom de L’EXEMPLARITÉ ? Serait-il assez sot pour prendre les français pour des canards sauvages ? N'en écrivons pas plus, M. MACRON partez au nom du BIEN COMMUN. SIGNEZ EN MASSE POUR LE DÉPART DU PRÉSIDENT.
78 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Actualité(s) de la pétition -
17 commentaires
Marie - Le 27/12/2019 à 13:29:52
Parce que ce président et son gouvernement sont devenus inaudibles
0
Mg - Le 27/12/2019 à 13:31:50
Nous souhaitons moins d'endettement pour la gestion de l'Elysée et plus de justice pour notre retraite.
0
M - Le 27/12/2019 à 13:33:02
Il y en a assez.
0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs