Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Blog Nous soutenir Lancer une pétition
Mise à jour de la pétition

« Petite ligne » Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff : URGENCE !

Pétition : « Petite ligne » Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff : URGENCE ! Mise à jour de la pétition

« Petite ligne » Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff : URGENCE !

8.938 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
APMR
10/08/2020

RENOVATION DE LA VOIE FERREE MORLAIX/SAINT-POL-DE-LEON/ROSCOFF - Enquête Publique SRADDET

Roscoff, le 08 juillet 2020 Chers amis,

Vous avez apporté votre soutien en signant la Pétition à l'initiative de l'APMR et ainsi manifesté pour la remise en service et le renouveau de Ligne ferroviaire Morlaix / St Pol de Léon / Roscoff.  

L'APMR vous invite tous à participer à l'enquête publique du SRADDET Bretagne (Schéma Régional d'Aménagement, de Développement Durable et d'Egalité des Territoires) ouverte du 18 août au 18 septembre 2020.  

Bien entendu, l'APMR apportera sa contribution que vous trouverez ci après.  

Vous pourrez vous en inspirer pour rédiger votre propre contribution.

Nul besoin de développement conséquent : nous vous proposons simplement sous forme d'un ou deux paragraphes de relever une ou deux idées fortes motivant votre soutien au renouveau de la ligne ferroviaire Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff.  

Pour votre information, il n'est fait aucune mention de la ligne ferroviaire Morlaix/Roscoff ni d'ailleurs d'une autre ligne ferroviaire secondaire Bretonne.   Il est donc plus que nécessaire de remédier à cette lacune.


  A l'issue de l'enquête publique, le projet de SRADDET et son rapport environnemental, éventuellement modifiés pour tenir compte des résultats de l'enquête publique, et de l'avis recueilli lors de la consultation administrative, seront soumis à délibération du Conseil Régional de Bretagne.  

Comment vous exprimer ?  

- Par courrier, à l'attention de Madame la Présidente - Commission d'enquête du SRADDET, à l'Hôtel de Région, Direction de l'aménagement et de l'égalité - Pôle planification - 283 avenue du Général Patton - CS 21101 - 35711 RENNES CEDEX 7
- Par voie électronique à : enquetepublique.sraddet@bretagne.bzh   Comptant sur vos nombreuses participations à cette enquête publique,  

Je vous souhaite un bel été, prenez soin de vous.  
Bien cordialement,   --

Sylvie Fillon
Présidente de l'APMR 
11 allée Coat an Lem
29252 PLOUEZOC'H
 06 43 18 77 07  ---- vous pouvez reprendre et développer vos commentaires à partir des éléments qui suivent. ---------------

DEMANDE D’INSCRIPTION AU SRADDET  

DE LA RENOVATION DE LA VOIE FERREE 

MORLAIX/SAINT-POL-DE-LEON/ROSCOFF :


  • Une ouverture de la Bretagne vers les Iles Britanniques
  • L’accès au train , un argument majeur pour des territoires en concurrence
  • Un axe structurant dans l’intermodalité à l’heure du réchauffement climatique

1 – Un grand potentiel en lien avec les Iles Britanniques : une ligne ferroviaire européenne

  • Le Port de Roscoff est une porte d’entrée de la Bretagne pour la Grande Bretagne et l’Irlande. La voie ferrée jouxte le parking du Port de Bloscon et une halte ferroviaire peut très facilement y être créée par un simple quai. Elle desservirait notamment le Port de Plaisance, le Port de Roscoff-Bloscon, le Jardin exotique (plus de 46 000 visiteurs en 2019)   et le Casino Tranchant.
  • A l’heure du réchauffement climatique, de la volonté de tendre vers la neutralité des émissions carbones, est-il normal de laisser à un port de dimension européenne un débouché exclusivement routier ?
  • D’ailleurs le Conseil Général du Finistère en 2019 « a insisté particulièrement sur la nécessité d’inscrire le système portuaire Brest/Roscoff dans le réseau central du RTE-T (Réseau Trans-Européen de Transport) en tant que premier point d’échange portuaire de la région avec l’Irlande. Si l’importance de ce système portuaire est reconnue, les voies ferrées qui desservent les ports de Brest et de Roscoff devront logiquement être prises en considération et bénéficier d’un accompagnement financier de l’Union Européenne pour leur amélioration puisque l’objectif premier est d’assurer une circulation fluide des personnes et des marchandises » Extrait courrier du 17/10/19 du Conseil Départemental Finistère à l’APMR.
  • Par ailleurs, même pour le trafic intérieur, le potentiel de Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff est important comme en témoigne l’étude récente commandée par la Région, les Communautés de Communes de Morlaix et celle du Haut Léon (230 000 voyages/an de potentiel estimé pour des déplacements domiciles-travail, domiciles-études, occasionnels, touristes issus des ferries, touristes se rendant sur leur lieu de séjour, touristes se déplaçant pendant leur séjour). En France, premier pays touristique au monde, l’accès au train est un argument majeur pour des territoires en concurrence.

2 – Aspects environnementaux

  • Il a été voté en mai 2019, un amendement à la loi d’orientation des mobilités sur la décarbonisation complète du secteur des transports terrestres en France. Cela va se traduire en 2040 par la fin de la vente des véhicules à carburants fossiles. L’objectif est ambitieux mais possible, les constructeurs envisageant « une fin de commercialisation des ventes de véhicules exclusivement diésel et essence au début des années 2030 (extrait de l’Express du 18/05/2019. Il faut donc tenir compte de ce nouveau paradigme car une voiture électrique coûte cher…
  • Egalement il est à rappeler que dans les grandes métropoles françaises 1/3 des habitants  ne possèdent pas de voiture 
  • Il est à préciser aussi qu’en cas de transfert du rail sur la route par car, le report des voyageurs n’est pas automatique pour le car puisque plus de 30 % reprennent leur voiture. En conséquence le bilan carbone est encore plus désastreux.
  • Il est à prendre en considération l’importance de la circulation routière sur l’axe Morlaix/Roscoff (9000 véhicules/jour en basse saison et 13 000 en été selon les données 2015) et le besoin de diminuer les nuisances induites.
  • Il est à rajouter qu’avec l’ouverture de la plateforme légumière de la SICA un accroissement de 1.5 % du trafic routier sur la D788 qui « supporte déjà une circulation importante » (Cour Administrative d’Appel de Nantes, jugement du 17 juillet 2020).
  • De plus tant pour l’activité actuelle du CNRS/SORBONNE UNIVERSITE à vocation nationale et internationale que celle à venir : projet de Blue Valley Park, le renouveau de la ligne ferroviaire sera nécessaire pour faire face au développement de Roscoff (notamment start up, laboratoires….) et ce dans le respect de l’écologie.
  • La tentation d’une piste cyclable, voie verte sur l’emprise d’une ligne ferroviaire ne peut se concevoir que si la ligne ferroviaire n’est pas défendable. Or, Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff a un potentiel de 230 000 voyages/an comme relevé lors de l’étude socioéconomique précitée. L’usage du train pour ce territoire est pertinent car il répond toutes proportions gardées à un transport de masse utile à nos activités économiques et densités de population.

3 – Mieux exploiter la voie ferrée Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff


  • Pour faire le trajet en car jusqu’à Roscoff, avec la succession de ronds-points, 45 mn sont nécessaires

Le train ne sera jamais tributaire des encombrements et il a l’avantage d’une faible adhérence donc d’une faible consommation. On peut très bien faire évoluer la motorisation ferroviaire vers des biocarburants (la Bretagne ne manque pas de déchets agricoles) ou vers l’électricité avec des batteries (dans le cas présent, pour 28 km, on peut le faire sans problème).

  • Il serait sans intérêt de rénover cette ligne pour y faire circuler comme avant son interruption 2 à 3 allers et retours d’autorails par jour. C’est le 1er train qui coûte cher, le reste dans la limite du roulement, c’est du coût marginal. Et puisque la ligne a une chalandise touristique et que le marché des occasionnels est vaste donc payant un peu plus cher son trajet, cela génère de la recette et justifie d’avoir une offre régulière en journée.

Cela se traduirait par une exploitation en navette toutes les heures (avec un seul engin sur la ligne avec son conducteur), sans changer le tracé de la ligne, en tirant le maximum de profit de son emprise, en circulant là où c’est possible à 100 (voire 120 km/h) et effectuer le parcours Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff Vile en moins de 22 mn.

  • Pour information, Morlaix/Roscoff, ligne en antenne tellement adaptée à ce type d’exploitation en navette très économe est citée comme exemple dans le document « lignes de desserte fine du territoire – une nouvelle méthode pour les projets d’exploitation » de SNCF Réseau, visant justement à proposer des économies d’exploitation pour les petites lignes aux Régions (p 32).
  • L’ouverture du fret serait à envisager

4 – Réouverture de la gare de Roscoff

  • De part sa situation géographique, la réouverture de la gare de Roscoff à la vente des billets SNCF est essentielle et serait à envisager dans un contexte de gare multi-services (à définir) comme par exemple à Saint-Gilles-Croix de Vie où deux entreprises locales de voyages occupent les lieux et vendent les billets SNCF à partir d’un guichet multimodal innovant mis en œuvre par la Ville de Saint Gilles Croix de Vie en phase avec les besoins des usagers. Ce qui permet de pérenniser un service d’information et de distribution de titres de transports, préalablement assuré par la SNCF. Cela fonctionne très bien. Ils envisagent un espace co-working tout prochainement. « Cela répond également à la nécessité de développer la mobilité durable et de garantir l’équité territoriale, en particulier pour les territoires ruraux » rappelle Pauline Mortier, Conseillère Régionale Pays de Loire. Tout ceci dans le cadre de l’engagement de la Région Pays de la Loire exigeant l’organisation de concertations sur tous les territoires concernés par la fermeture des guichets SNCF et la mise en place de services de distribution au moins équivalents. 

 

5 – Des travaux d’infrastructure à optimiser pour maîtriser la dépense publique

 

  • Ils sont aujourd’hui affichés entre 40 et 50 millions d’euros. En approfondissant les coûts d’investissements (réemploi de rails de bonne qualité, la création d’une halte ferroviaire au droit du parking de la gare maritime, en réévaluant finement le coût de la rénovation du viaduc de la Penzé, le coût total de la rénovation de la ligne pourrait être  compris entre 30 et 40 millions d’euros et non 50 millions d’euros.
  • Il a été reconnu « le caractère discutable des estimations financières effectuées pour la remise en état de l’infrastructure » courrier de la Région Bretagne à l’APMR du 14 décembre 2019.
  • Créer une halte ferroviaire au droit du Port de Roscoff fait de cette ligne une ligne européenne avec ses correspondances vers les Iles Britanniques. Il convient que la Bretagne recherche pour ses débouchés portuaires de Brest et Roscoff plus de financements nationaux et européens.

 

 

Conclusion :

 

Le train n’est pas un transport de nostalgie mais un transport d’avenir dans un contexte de décarbonisation.

Une réouverture de cette ligne ferroviaire bien conçue amène des usagers d’autant plus que Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff est touristique.

Il est important d’anticiper une vraie politique de transport pour cet axe Morlaix/Roscoff (territoire éloigné des métropoles), intégrant le chemin de fer comme axe structurant dans l’intermodalité et à l’heure du réchauffement climatique.

Si rien n’est fait, on assistera à un manque d’accessibilité et d’attractivité de ce territoire, donc à une baisse de la population et d’activités dont on se servira ensuite comme argument pour renoncer à rénover cette ligne ferroviaire.

 

Pour toutes ces raisons et motifs, l’APMR demande l’inscription au SRADDET de la rénovation de cette ligne ferroviaire.

 

 

APMR (Association de Promotion de la ligne ferroviaire Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff)

11 allée Coat An Lem – 29252 PLOUEZOC’H 

www.defense-ligne-ferroviaire-morlaix-roscoff.com

apmr.association@gmail.comAoût 2020

 

8.938 signatures
Signez avec votre email
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je n'ai pas signé cette pétition et je veux le faire
Ajouter un commentaire
Commentaires
Valider
Votre commentaire a bien été enregistré
Catherine - Le 13/08/2020 à 03:41:55
Si le coût de la rénovation de la ligne Morlaix-Roscoff est estimé à 40 millions d'euros, il correspond à l'aide financière publique réclamée par la plateforme de la SICA. Tout est donc une question de choix et non de

coût. Le constat est là : le choix s'est porté sur le transport terrestre et non ferroviaire, une fois de plus.

Quant à la desserte du port du Bloscon, non seulement , c'est un choix judicieux, mais il peut encore être

plus ambitieux en desservant également les communes de Saint Martin des Champs, de Ste Sève, de Taulé, d'Henvic et de Plouénan à Kerlaudy (liaison avec Carantec en navette). Et s'imaginer pouvoir, avec son vélo,

emprunter une navette comme on emprunte un tram ou un métro, fait rêver. La piste cyclable peut se

construire en parallèle. L'un n'empêche pas l'autre.

Et surtout, faite le choix de la gratuité de tous les transports en commun ! Seule garantie que la voiture

restera au garage...
0
— 1 réponse de l'auteur
Le 12/08/2020 à 10:41:36
A sauver de toute urgence tout se dégrade
0
— 1 réponse de l'auteur
Le 19/07/2022 à 16:21:35
Le train ?

Le tourisme à vélo est en plein développement et génère aussi une activité économique très importante.

Imaginons la conversion de cette ligne abandonnée en Voie Verte intégrée aux EuroVélo 1 et 4 !

Cette transformation peut être rapide et peu couteuse , alors que remettre la ligne SNCF en service

demanderait trop de travaux, du temps, et un très très gros budget.
0
— 1 réponse de l'auteur
Voir tous les commentaires
Commentaires
Valider
Votre commentaire a bien été enregistré
— 1 réponse de l'auteur
- Autre(s) Actualité(s) de la pétition -