Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Blog Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions politiques OBSERVATIONS SUR LE DÉBAT PRÉSIDENTIEL 2022
Pétition

OBSERVATIONS SUR LE DÉBAT PRÉSIDENTIEL 2022

OBSERVATIONS SUR LE DÉBAT PRÉSIDENTIEL 2022 Pétition
25 signatures
Quand cette pétition atteindra 100 signatures, elle aura plus de chances de devenir virale sur les réseaux sociaux.
Auteur
Auteur(s) :
Alain Zirah
Destinataire(s) :
Lettre ouverte au futur président ou la future présidente de la République
La pétition

DÉMOCRATIE ET TIRS DE MISSILES


 


Pour se faire élire Marine le Pen montre sa chatte.


Manu joue au premier de la classe, façon golden boy des années 80, le Z accueille des Ukrainiennes et Mélenchon n’arrête pas de se faire dé-cloner. Pécresse prépare sa future ardoise, Jadot, surnommé le vert vide, se demande comment il doit répondre aux chasseurs. Taubira prend sa retraite, Dupont-Aignan et Fabien Roussel jouent la transparence, Hidalgo se vautre et jean Lassalle part à la campagne.


 


À l’école, on nous a fait croire que si tu apprends tes leçons tu seras riche, mon fils. Adulte, on a découvert la vraie vie et son cortège de désenchantements. Et ces dernières années, on a flirté avec une pandémie qui nous a obligé à nous signer des autorisations de sortie pour aller acheter deux tomates et une banane. On a passé l’année dernière à regarder à la TV des manifestations tous les samedis après-midi, jusqu’à la sortie du Covid. Qui tombait à point. Pile poil. Comme la chauve-souris qui est tombée sur le pangolin. Les mecs de la TV nous ont raconté des histoires dignes des comtes terrifiants qu’on raconte aux enfants pour les endormir. Et on nous a bien endormis !


 


Si vous n’êtes pas contents, au lieu de manifester, vous n’avez qu’à voter. Du coup, les chômeurs, les autoentrepreneurs fauchés, les étudiants affamés, les éborgnés et autres éclopés, les manchots et les futurs décapités, les retraités maltraités n’avaient qu’une date en ligne d’horizon : le 24 avril 2022. Le lundi 25, vous serez sauvés. Avec une date préliminaire, quinze jours plus tôt.


 


On nous avait promis une campagne électorale. L’abstention laisse 12,8 millions de personnes assises devant leur télévision qui se disent que Bon Sang, ce n’est pas possible ! Où sont passés les De Gaulle en survêtement ? Qui sera le nouveau président, ou la nouvelle présidente ? Avec un peu de Red Hot Chili Peppers dans les oreilles, il est temps que je vous livre le récap de ce premier tiers d’année.


 


Dès le début d’année, on nous a annoncé un débat entre deux tours Macron vs Marine Le Pen. Personne n’en voulait. Les personnalités ont commencé à émerger. Première surprise, le petit chroniqueur de CNews, ancien poil à gratter de Laurent Ruquier, Éric Zemmour commence à faire des meeting.  Avec toujours plus de monde. Le Gargamel du PAF faisait tressauter sa petite silhouette maigre comme un haricot. Désormais, Bobonne à la maison était remplacée par une jeune énarque plutôt discrète. Le Z laissait tomber les dédicaces de son dernier livre pour se lancer en politique. Avec un espoir fulgurant et un esprit de Reconquête. Et des sondages lui attribuant 14,5% d’intentions de vote (sondage Cluster 17 du 29 janvier 2022 – réalisé auprès de 1997 personnes ! Le même sondage le met à égalité avec Marine Le Pen, juste au-dessus de Valérie Pécresse à 14% et Mélenchon à 13% !). L’invasion de l’Ukraine par la Russie dès le 24 février va conduire au mot malheureux. Le Z ne veut pas d’immigrés, donc pas d’Ukrainiens sur le sol français. Cette seule phrase le fera dévisser à un résultat de 7,&%. Malgré l’arrivée en renfort de Marion Maréchal. Soit quand même près de 2,5 millions de futurs lecteurs de ses livres... Chiffre à diviser par 1à car les hommes ne lisent plus de livres !


 


Marine le Pen, candidate malheureuse du débat d’entre deux tours de 2017, avait transformé le Front de Papa en mouvement de Rassemblement. Elle mettait un peu d’eau dans son vin, toujours à portée de main. La mèche blonde, elle entreprenait une campagne de dédiabolisation. Pour se montre plus humaine, elle acceptait de recevoir la belle Karine Le Marchand, installée dans des poses toujours plus décontractées et coquine dans son canapé. L’occasion de présenter sa collection de chats des deux sexes à la copine des agriculteurs de l’Amour est dans le Pré. Marine montre sa chatte, parle de SPA, explique qu’elle vit seul. Si elle est élue présidente, il n'y aura pas de Premier Monsieur à l’Élysée. Elle a changé. Elle ne veut plus revenir à l’Euro. Par contre elle veut transformer l’Union Européenne en Europe des Nations. Dès son élection, elle baissera le prix de l’essence, du gaz, de l’électricité et du fuel avec une TVA à 5,5% et une TVA à 0% sur le panier de produits de première nécessité. Et bien sûr, il n’y aura plus de femmes voilées dans les rues. Je croyais que cela se produirait au mois de décembre, pour Noël.


 


Depuis qu’il a été réveillé en sursaut dans son appartement, le 16 octobre 2018, par une cohorte de policiers venus pour une perquisition, Mélenchon est poursuivi par sa photo où il éructe, très en colère, que La République c’est moi !  Le « petit personnage » de président avait, selon lui, monté une « énorme opération de police-politique ». Après avoir été le premier homme politique à se présenter sous forme d’hologramme à Lyon et Aubervilliers, en même temps, le 5 février 2017, le doyen des candidats (si l’on exclue Michel Barnier qui s’est contenté de deux apparitions télévisées pour les primaires de la droite républicaine) fait encore plus fort avec pas moins de 12 discours en même temps, le 5 avril 2022, pour son multi-meeting hologramme. Ce qui le place à 13% si l’on en croit les sondages du 1er avril (et ça c’est une mauvaise idée ! Dans quelle mesures les sondages sont-ils faits pour manipuler l’opinion ? ). Ça lui permettra d’atteindre 22% des voix au premier tour. Juste derrière Marine Le Pen arrivée deuxième avec 23,1% des voix. Si seulement ces imbéciles d’abstentionnistes avaient voté ! J’imagine à peine les boules du doyen dont c’est forcément la dernière fois qu’il se présente à des élections présidentielles, à 70 ans.


 


Au même âge, la candidate née en Guyane, Christiane Taubira, se contentera de faire un passage éclair, telle une étoile filante, avec deux apparitions sur le PAF. Elle apparaît el 15 janvier dans un discours pour annoncer sa candidature. On apprend le 30 janvier que l’ancienne ministre est vainqueur de la primaire populaire de gauche à laquelle elle a été la seule (ou presque) à participer. Mélenchon manifestera sa colère en traitant la Primaire populaire de bande de rigolos qui veulent lui nuire. Après avoir manifesté ses difficultés à recueillir les 500 signatures nécessaires, le 2 mars, elle annonce son retrait à la présidentielle. Ce qui fera dire à un humoriste que « pour être président, il faut être blanc et avoir une bite ».


 


L’histoire ne s’attachant qu’au trio de tête, Emmanuel Macron arrive au débat d’entre deux tours tout auréolé de sa position de favori. Il a obtenu 27,8% de votes en se désintéressant totalement de toute forme de compagne électorale. Le petit prince n’a dû quitter son Palais de l’Élysée que pour un discours dans l’Aréna de la Défense devant 30.000 personnes. Il devait venir à Marseille pour son premier meeting, le 5 mars, mais celui-ci a été annulé pour cause de guerre en Ukraine. Et le candidat a dû déclarer officiellement sa signature le 3 mars, juste avant la date limite du 4 mars. Une déclaration par courrier sous forme de lettre aux français en 67 millions d’exemplaires. En fait un peu moins, car elle ne s’adresse qu’aux électeurs. Ledit candidat arrive à la Plaine Saint-Denis avec Brigitte, en retrait, à 19h45. Le débat commencera à 21h. Il ne rassemblera finalement que 15,6 millions de téléspectateurs. On est à la moitié des débats de 1974, 1981 et 1988 qui scotchaient 30 millions de français.


 


Gilles Bouleau et Léa Salamé ont été choisis pour poser les questions (Léa Salamé) et vérifier le chronomètre (Gilles Bouleau). Ce dernier avait été insulté par Éric Zemmour qui avait traitée d’escroquerie intellectuelle son interview pour l’annonce de sa candidature. Le journaliste de 59 ans, ancien correspondant pendant 10 ans à Londres et Washington, se montre totalement transparent dans son rôle de présentateur arbitre. Il aura du mal à s’imposer face à un président encore en exercice qui refuse de se taire, dépasse son temps de parole et reste avachi sur son fauteuil pour montrer à quel point ce débat ne l’intéresse pas. Il préfère parler avec les grands de ce monde plutôt qu’avec la Marine. Peu lui importe qu’elle représente 8 millions de français. Fidèle à son habitude, le président se montre arrogant, voire méprisant. Il coupe la parole, certain que le Gilles ne fera pas son Bouleau. Quant à Léa Salamé, trop fan de se retrouver à quatre mètres des deux personnalités, elle ne parvient pas à s’imposer comme Maître des horloges. La production a choisi deux belles plantes vertes. Alors que dit le fond ?


Rien de bien nouveau. On ne s’attendait pas à des scoop ou à du buzz. Difficile d’imaginer Marine s’allongeant sur sa table dans une pose d’Afida Turner. L’éternel adolescent, de son côté, n’allait pas annoncer la fin de la guerre en Ukraine grâce à son intervention auprès de son pote Poutine. Il le tutoie, mais accuse son adversaire de dépendre de Poutine du fait de son prêt bancaire. On attendait un niveau plus élevé de la part des deux protagonistes. Qu’auraient répondus Mitterrand ou Giscard aux questions des deux journalistes aux yeux rivés sur le chronomètre.


Et bien sûr pas un mot sur la culture. Il serait temps que les prochains locataires de l'Élysée prennent en considération la Culture comme essentielle pour le bien être et le bien vivre des français !


J'ai regardé le débat. Je ne suis pas un fanatique de Marine Le Pen mais je suis choqué d'avoir constaté sur toutes les chaînes une absence totale d'objectivité des journalistes après le débat.


Les extraits présentés ainsi que les commentaires étaient tous dirigés en faveur de Macron. La palme d'or revient à BFM qui ose demander au président Zelensky s'il préfère Marine Le Pen ou Macron !!! Au moment où Marioupol se fait détruire par un nouveau missile expérimental. Est-ce admissible ?


 


Je ne suis pas sûr de vouloir vivre dans un pays où les médias pensent à ma place.


Je comprends le désintérêt des jeunes pour la politique. Et des moins jeunes.


 


Votez pour qui vous voulez, mais votez.


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

25 signatures
Signez avec votre email
Quand cette pétition atteindra 100 signatures, elle aura plus de chances de devenir virale sur les réseaux sociaux.
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je n'ai pas signé cette pétition et je veux le faire
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
6 commentaires
Loetitia - Le 21/04/2022 à 23:29:02
Oui votons
Ce droit, surtout pour les femmes, a été durement gagné !
Malgré les conditions actuelles on se doit de voter.
2 0
Le 21/04/2022 à 23:46:59
Oui, excellent commentaire....L'arrogance, le mépris de Macron, vis à vis, de Madame Lepen, m'a choquée, je me sens, moi aussi méprisée depuis 5 ans.....IL parait que nous avons, les dirigeants, que nous méritons, je n'accepte pas cette idée...Nos médias sont à la botte du monarque....Je voterai et j'espère que nous serons nombreux à le faire...Même si les dés sont jetés, que cette mascarade ne soit pas trop écrasante L
2 0
Marie-line - Le 28/04/2022 à 20:11:38
Et bien les Français ont voté mais n'ont pas fait le bon choix ! Ce qui est bien pitoyable...
1 0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions politiques OBSERVATIONS SUR LE DÉBAT PRÉSIDENTIEL 2022