Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions politiques Pour la liberté d'acquitter l'impôt selon le mode de paiement de son choix ! Contre les deux modes de paiement rendus obligatoires par les pouvoirs publics !
Pétition

Pour la liberté d'acquitter l'impôt selon le mode de paiement de son choix ! Contre les deux modes de paiement rendus obligatoires par les pouvoirs publics !

Pour la liberté d'acquitter l'impôt selon le mode de paiement de son choix !  Contre les deux modes de paiement rendus obligatoires par les pouvoirs publics ! Pétition
4 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Pierre
Destinataire(s) :
Le peuple souverain
La pétition

Au début de l'année 2020, un peu avant que la pandémie virale Covid-19 ne rappelle brutalement tout le monde à des questions plus essentielles, il s'est produit en France un petit évènement qui aurait bien pu passer inaperçu sans la vigilance de quelques lanceurs d'alerte soucieux d'observer le cours du monde tel qu'il ne va pas et d'en tenir la chronique fidèle. (Précisons tout de suite, pour ne plus y revenir, qu'il ne s'agit pas de la désastreuse réforme des retraites imposée par le gouvernement grâce au 49.3, réforme qu'il eût été tout de même inconvenant de qualifier de "petit évènement").


L'évènement dont nous voulons parler ici, le voici. Au début de l'année 2020, une lettre bienveillante mais quand même un peu comminatoire a été adressée à de nombreux contribuables pour les informer que, "dans une logique de droit à l'erreur", aucune pénalité ne leur avait été appliquée en 2019 pour la faute suivante : avoir payé leurs impôts par un autre moyen de paiement que ceux prévus par la loi, à savoir le paiement en ligne ou le prélèvement.


S'il fallait répondre à ce pli officiel, il conviendrait d'abord de remercier M. Darmanin ainsi que les principaux responsables de la DGFiP pour leur grande mansuétude. Mais il faudrait tout de suite préciser, par acquit de conscience, qu'il ne s'agissait peut-être pas du tout d'une "erreur" ou d'un faux-pas malencontreux, ni même d'un oubli fâcheux ou encore d'un lapsus révélateur, mais bien au contraire d'un choix mûrement réfléchi, d'une décision prise en conscience, presque d'un acte de désobéissance civique, et donc d'une faute passible de sanctions. Non pas qu'il faille à tout prix battre sa coulpe comme un Pénitent Gris d'Avignon, mais il me paraît plus que jamais louable d'assumer fièrement d'être les porteurs sains des valeurs fondatrices de la République française ! Essayons un instant de nous mettre à la place de ces coupables et d'imaginer leurs motivations.


Il va de soi qu'il ne s'agissait pas pour eux de contester l'obligation de payer, ni même celle de payer dans les délais fixés (on peut en effet supposer que les destinataires de la lettre envoyée par la DGFiP sont dans l'ensemble des honnêtes gens, et non ces ultra-riches adeptes de l'évasion fiscale que Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon ont épinglés dans leurs derniers ouvrages). Peut-être trouvaient-ils en revanche beaucoup moins légitime qu'on leur imposât un mode de paiement en particulier : procédé qui s'apparente manifestement à un abus de pouvoir rendu possible par une petite clause scélérate introduite subrepticement, sans doute par une nuit sans lune, dans le code des impôts.


Pour ne rien arranger, il s'avère que les deux seuls modes de paiement désormais autorisés comportent des inconvénients qui les rendent moralement irrecevables :




  • le prélèvement nous dépossède du peu de maîtrise que nous pouvions encore avoir sur notre budget ; il automatise, banalise et rend invisible et même inconscient l'accomplissement de ce geste citoyen majeur qu'est l'acquittement de l'impôt, et il nous prive en outre d'une série de petits rituels anodins en apparence mais en réalité très importants pour la perpétuation d'un minimum de vie sociale, pour l'hygiène cérébrale et pour l'équilibre psychique (recevoir un courrier, le lire, faire un chèque à la main, acheter des timbres et des enveloppes, poster une lettre, etc.) ;




  • le paiement en ligne, quant à lui, nous contraint de recourir une fois de plus à ces fameuses "technologies de l'information" qui, selon une étude publiée en 2008, avaient au cours de l'année précédente "autant contribué au changement climatique que le transport aérien" (Le Monde, 13-14 avril 2008, cité par Riesel et Semprun dans Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable) ; il nous rend donc complices du cataclysme écologique qui nous fera bientôt entrer au musée des espèces disparues, mais aussi de l'exploitation des "terres rares", c'est-à-dire de la mort violente de nombreux enfants en Afrique.




Dans ces conditions, on peut comprendre que certains aient préféré en 2019 assumer la faute de payer leurs impôts par un autre moyen que ceux que voulait leur imposer "l'administration du désastre", plutôt que de se rendre coupable d'un crime encore plus grand, dont nous laissons aux juristes le soin de trouver la qualification exacte...


Et sans doute ces réfractaires sont-ils actuellement en pourparlers avec leur conscience pour savoir quelle sera leur ligne de conduite en 2020.


Apportons-leur notre soutien en refusant aujourd'hui les deux modes de paiement de l'impôt rendus obligatoires par l'administration et en revendiquant la liberté de choisir son mode de paiement et de continuer à payer par chèque.


Pour la liberté d'acquitter l'impôt selon le mode de paiement de son choix !


Contre les deux modes de paiement rendus obligatoires par les pouvoirs publics !

Et viva Zapata !




4 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions politiques Pour la liberté d'acquitter l'impôt selon le mode de paiement de son choix ! Contre les deux modes de paiement rendus obligatoires par les pouvoirs publics !