Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions politiques Démocratie et Justice Médiatique
Pétition

Démocratie et Justice Médiatique

Démocratie et Justice Médiatique Pétition
178 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Andre Benzazon
Destinataire(s) :
Médiapart
La pétition
Actualité(s)
Pour au moins deux raisons, il ne peut pas exister de démocratie sans la circulation des idées.


  1. Parce que la vision qui émane de l'ensemble de la population est naturellement et logiquement la plus vraies, la plus juste, et la mieux éclairée de façon altruiste éthique et morale. 
  2. Parce que si les médias (publics) construisent le paysage politique qui ne correspond pas à la réalité, ils biaisent la vision de l'ensemble de la population et lui interdisent de faire un choix éclairé.

En France, force est de constater que la démocratie est en panne.
Pourquoi?
Parce-que le devoir de pluralité de la presse n'est plus servi.

Ce que les médias appellent pluralité n'est que le spectacle d'une conversation de complaisance entre des acteurs qui fondamentalement servent la même thèse au public. Le rôle des médias se bornant à éviter les débats de fond comme le FREXIT, ou l’alimentation.


Comment expliquer que les médias publics, au nom de leur sainte pluralité ne donnent pas la parole aux projets politiques alternatifs. Aux analyses qui s'écartent un temps soit peu de la messe médiatique. Pourtant, la clef de la démocratie d'hier d'aujourd'hui et de demain relève essentiellement de la justice médiatique.


A l'heure où le peuple de France se donne à se représenter lui-même parce-que le scrutin universel à failli, et donc parce que le système démocratique à échoué à faire émerger le défenseur de l’intérêt du peuple de France, ce même peuple en se faisant Gilets Jaunes, se manifeste spontanément pour exiger d'avantage de démocratie.


Il ne peut pas y avoir de démocratie avec la confiscation de la parole. La démocratie suppose et exige la libre circulation des idées, et donc le libre droit à la parole.


Qui peut et doit répondre à cette demande?


La presse publique ! Elle a le devoir et l'obligation de donner le même temps d'antenne à tous les représentants de toutes les opinions publiques des lors où ces opinions se sont constitués en parti politiques.


Tous les partis politiques, du fait qu'ils représentent une part suffisante de l'opinion publique reçoivent une subvention.


Tous les médias publics, du fait qu'ils sont publics donc au service du public (d’où leur fonction dite de « service public ») reçoivent un financement public.


Le financement public des partis politiques et des médias de service public est prélevé sur le revenu fiscal de l’État. Autrement dit, ce sont les citoyens qui paient les services publics et financent une part non négligeable des partis politiques.


Les citoyens de toutes tendances politiques ont en commun l'idée de la pluralité démocratique. Mais comment faire exister cette pluralité démocratique si ce n'est par la médiatisation à égalité des visions, des idées et des alternatives politiques économiques et sociales ?


Pourquoi n'existe t-il pas un débat contradictoire et public sur le climat?Pourquoi n'existe t-il pas un reportage exhaustif sur le GIEC: Quel est réellement cet organisation? Qui la compose? Qui la contrôle? A quoi sert-elle?


La question de la taxe carbone est-elle fondée? La question de la nocivité du carbone sur le climat n'a jamais été débattue. Ne serait-il pas plus juste d'invoquer une "taxe pollution"? Et dans ce cas qui pollue?
Les choix économiques et industriel sont directement responsable de la pollution. Les usagers n'y sont pour rien, ils n'ont pas le choix. Peut-on ignorer ces questions pour engager une politique "démocratique" du climat?


Comment se fait-il que "la dette" ne fasse pas l'objet d'un débat contradictoire public?


La dette s'applique à un état dès lors où il abandonne sa souveraineté monétaire à la finance privée. Le but in-fine de la création de la dette pour un État, consiste à justifier la ponction du revenu fiscal vers ces mêmes financiers privés. La dette est conçue pour croître exponentiellement dès lors où l’État emprunte avant de solder l'encours. L'accroissement naturel de la dette justifie dans les esprits la précarisation du service public, afin que les politiques publiques de spoliation des citoyens, puisse s'appuyer sur une adhésion "démocratique" ...
C'est vrai ou c'est pas vrai?


Comment est-il acceptable que l' #UPR, 3eme parti de France n'existe pas du tout dans l'espace médiatique? Au point qu'on doive le considérer comme délibérément interdit de médiatisation. C'est au nom de la pluralité que #Asselineau est interdit d'Antenne? C'est à cause de l'idée du FREXIT? Cette idée à le droit d'exister dans l'espace médiatique de partout sauf en France?


Je propose une enquête journalistique sur ce sujet...


Pourquoi les analyses de Mrs Onfray, Asselineau, Gave, Todd, Chouard etc et autres économistes, sociologues, philosophes... Ne sont pas relayés par les médias publics?


Si leur vision est erronée, le débat permettra de le faire savoir aux citoyens de ce pays. Non?


En résumé :


  1. Dès lors où un parti politique reçoit du financement public, il a le devoir de restituer au public ce pourquoi il est rémunéré, à savoir, sa vision politique économique et sociale.
  2. Puisque le service public est financé par la Nation, la presse du service publique est une institution de la République. A ce titre la presse publique a le devoir de respecter et de cultiver la pluralité politique du choix citoyen en donnant la parole aux représentants politiques reconnus institutionnellement et plébiscités par les citoyens.

La presse publique a le devoir de traiter à ÉGALITÉ de temps de parole tous les partis politiques. Elle en a le devoir mais ne le respecte pas.
C'est pourquoi elle devrait en avoir l'obligation par la loi.


Je lance ici un appel à tous les citoyens, à toutes les citoyennes, à tous les députés, à tous les responsables politiques.
Pour


La création d'une loi qui oblige les MÉDIAS PUBLICS à octroyer le même temps d'expression à tous les partis politiques qui reçoivent un financement public.

178 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Actualité(s) de la pétition -
32 commentaires
Chevalier - Le 08/04/2019 à 20:50:12
Sauvons notre démocratie !
0
Dani?le - Le 09/04/2019 à 08:30:33
Notre pays fonctionnerait nettement mieux si...
-----Tant que nous ne VOUDRONS PAS comprendre que c'est le mode de fonctionnement actuel de notre pays qui est inefficace et DESTRUCTEUR, notre pays continuera à glisser vers l'abîme!...

CONNAISSEZ-VOUS une personne FIABLE qui, pour nous permettre

a) de REMONTER la pente
et b) de faire un grand pas vers une VRAIE démocratie,

se présenterait en 2022 avec, entre autres, cet ENGAGEMENT: organiser un référendum sur le projet suivant (davantage d'efficacité pour RESOUDRE nos nombreux problèmes complexes + davantage de démocratie).

----FONCTIONNEMENT d’un pays à la fois EFFICACE et DEMOCRATIQUE - Nous pouvons tous constater que le mode de fonctionnement actuel de notre pays n’est PAS efficace: quelle que soit la personne que nous plaçons sur tel ou tel fauteuil de pouvoir, nos problèmes ne sont pas résolus, en dépit de leur compétence et de leur bonne volonté. Nous nous préoccupons de la SANTE et de l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants: il serait temps de modifier de façon drastique le mode de fonctionnement actuel de notre pays.

----S'il existait un site fiable (par ex. "vosSuggestions.fr", créé par une association nationale fiable, géré par un comité de bénévoles "non encartés") affichant les suggestions de solutions réalisables proposées par ceux qui le souhaitent, concernant divers domaines de notre vie (parmi lesquels: le mode de fonctionnement de notre pays), je ferais la suggestion suivante:

----les électeurs voteraient, NON pas pour UN président sur des promesses non contractuelles (on voit ce que ça donne…), mais pour DES experts (des spécialistes porteurs de mesures); il y aurait un «comité d’experts» dans chaque domaine (éducation, santé, économie, protection de l’environnement, etc.; nb de comités légèrement supérieur au nb actuel de ministères).

----Chaque comité d’experts prendrait des décisions dans SON domaine. Dans le comité Affaires étrangères il y aurait au moins deux experts bilingues anglais, deux experts bilingues espagnol, etc. (des ambassadeurs expérimentés, par ex.): «la France» pourrait ainsi rencontrer en même temps les Responsables de plusieurs pays (l'avenir de l'humanité est lié à la qualité de la communication entre les différents pays...).

----Sur un site officiel («candidatures.gouv.fr» par exemple) chaque candidat expert afficherait son c.v. TRES détaillé et les différentes MESURES PRECISES qu’il s’engagerait solennellement (et contractuellement...) à défendre durant son mandat (avantages de chaque mesure, moyens, façons de prévenir et de solutionner les éventuels effets indésirables). Seront également affichées sur ce site les mesures souhaitées par les citoyens (que les candidats pourront éventuellement ajouter dans leur candidature).

----Les votes de chaque expert, au sein de chaque séance de travail du comité, seraient accessibles à tout citoyen sur internet (sans limite dans le temps) ainsi que leurs arguments pour et contre (mise en garde concernant un possible effet indésirable de la mesure en question): les experts auront donc tout intérêt à s’écouter les uns les autres afin que la MEILLEURE mesure soit mise en oeuvre (maximum d’avantages, minimum d’inconvénients).

----Le comité en charge de la rédaction des lois serait composé de législateurs expérimentés, de représentants d’associations et de citoyens: les lois étant faites pour ces derniers, le comité devra tenir compte de leurs avis.

----Rappelons que la démocratie ne peut EXISTER dans la REALITE que si CHACUN de nous fait preuve de FAIR-PLAY: si le plus grand nombre de votants a choisi un autre candidat que le mien, je ne dois pas empêcher les autres de travailler, de vivre. Je peux m'exprimer: pétition, réseaux sociaux, livre, création d'une association, d'une entreprise...) mais dans le RESPECT des autres, des lois, de la Constitution... (suite: danysol777 AT gmail.com) ----
0
Claude - Le 09/04/2019 à 13:19:59
On peut argumenter également :
1) Que les gilets jaunes ne sont pas le peuple.
2) Que ce qui semble émaner aujourd’hui ne vient pas de l’ensemble de la population mais de ceux que l’on entend le plus. La nuance n’est pas négligeable
3) Que leur discernement est plus affecté par les « Fake-News » des réseaux sociaux et des partis extrêmes que par la soi-disant partialité des médias.
4) Si on qualifie le comportement des gilets jaunes de démocratique ou d’appel à la démocratie, notre pays semble bien mal parti.
5) Concernant la pollution et le carbone, prétendre que la question n’a pas été débattue, c’est faire la preuve que l’on était absent de la vie politique.
6) L’analyse sur la dette, semble fort contestable. La dette est la conséquence du désir des gouvernements successifs d’offrir plus de protection sociale et plus de service public. Actuellement la France est le pays ou la protection sociale est la plus importante et en corollaire, sa dette également.
7) Prétendre que M. Asselineau est boudé par les médias est une contre vérité si on se réfère au récent débat (fort cacophonique d’ailleurs), organisé par France 2.
8) Il paraît curieux de militer pour le Frexit, alors que les Britanniques commencent à mesurer les conséquences du Brexit et que beaucoup souhaiteraient y renoncer.
9) Etc.etc
0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions politiques Démocratie et Justice Médiatique