Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Blog Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions politiques Collectif Carton Rouge - Pétition, Article 158 Loi organique, Polynésie Française
Pétition

Collectif Carton Rouge - Pétition, Article 158 Loi organique, Polynésie Française

Collectif Carton Rouge - Pétition, Article 158 Loi organique, Polynésie Française Pétition
190 signatures
Plus que 310 signatures pour que cette pétition soit diffusée dans la newsletter MesOpinions !
Auteur :
Auteur(s) :
Téléphone : (+689) 905.155 Vini : (+698) 767.821 E-mail : cartonrougepolynesie@gmail.com BP 62795 Faaa 98702
Destinataire(s) :
Monsieur le Président de l’Assemblée de Polynésie Française
La pétition
Monsieur le Président,

En vertu du droit à pétition cité en objet, vous trouverez ci joint une pétition que nous vous demandons de bien vouloir inscrire à l’ordre du jour des élus de votre Assemblée à l’occasion de la prochaine session. Nous, citoyens de Polynésie française et signataires de cette pétition, alertons l’opinion publique et demandons aux élus siégeant de cette assemblée de démissionner afin que le peuple puisse décider du renouvellement de ses élus.

Notre demande, soutenue par plusieurs milliers d’électeurs, à pour objectif principal de permettre l’émergence d’une nouvelle classe politique à même de mettre en œuvre un redémarrage de l’économie, de stopper l’hémorragie des suppressions d’emploi ainsi que les multiplications du nombre de faillite.

Nous pensons également que le sauvetage de nos deux principales industries perlière et touristique nécessite l’intervention immédiate de responsables capables de mettre en œuvre une stratégie à même d’enrayer les échecs sans appel dont souffrent les investisseurs, entreprises et salariés concernés.

Il n’existe aucun domaine socio-économique qui ne soit pas en crise ou en faillite. Cette situation doit être stoppée au plus tôt par une nouvelle classe et génération d’élus capables de mettre en œuvre un plan de redressement confié à des techniciens .La politique politicienne des grands partis et de leur satellite doit stopper immédiatement.

La démission des élus de l’Assemblée de Polynésie est également motivée au moyen d’arguments suivants :

Alors que des milliers de polynésiens ont perdus involontairement leur emploi et par voie de conséquence le moyen de subvenir aux besoins essentiels de leur famille. Nous disons STOP aux rémunérations exorbitantes des élus qu’ils perçoivent même lorsqu’ils ne sont plus en poste.



STOP au pillage des fonds des sociétés du Territoire par les élus plus soucieux de préserver leurs privilèges que de préserver l’intérêt général.

STOP à l’emprunt de 5 milliards à la Société TIKIPHONE pour remplir les caisses du Territoire vidées alors que l’intérêt général aurait justifié la baisse des tarifs pesant trop lourds sur les budgets des familles et entreprises.

STOP aux monopoles créés par les élus pour favoriser leurs clans au lieu de défendre l’intérêt général. Les citoyens et entreprises surpayent les tarifs téléphoniques, internet et vini.

STOP à l’obligation de cotisation salariés et le patronat à une CPS aujourd’hui incapable de rembourser les frais médicaux et très bientôt dans l’incapacité de payer les retraites.

STOP à l’interdiction d’une réelle concurrence avec le secteur de l’assurance privée.

STOP aux emplois réservés des élus pour leurs proches qui ont remplacé la compétence par le népotisme.

STOP à l’incompétence des élus incapables d’utiliser les compétences déléguées par l’Etat.

STOP à l’absence de droit de la concurrence et de la consommation

STOP à la spoliation les terres vacantes au profit du territoire.



Nous, signataires de la présente pétition, demandons :



-la fin des monopoles, des ententes et des positions dominantes,

-la création d’un véritable droit de la concurrence et de la consommation pour lutter contre la vie chère,

-la baisse des cotisations de la CPS et la suppression des avantages exorbitants de ceux qui y travaillent,

-la renégociation de la concession d’EDT dans l’intérêt des consommateurs,

-la refonte du système fiscal avec la création d’une charte du contribuable respectant ses droits,

-la création d’un tribunal foncier indépendant où l’intérêt des citoyens sera préservé,

-la mise en place du RSA pour les chômeurs (solidarité nationale) et du RSI (Retraite Sociale pour les patentés),

-la mise en place de la continuité territoriale pour nos étudiants (Polynésie-France) et pour tout résident polynésien
(avec une extension entre Tahiti et les archipels).

UA ITE TATOU I TE FIFI O TATOU E FAREREIRA I ROTO I TO TATOU ORA RA’A I TE MAHANA TATAI TAHI :
UA ITE TATOU E TE FAREIREI NEI TO TATOU MAU TUAHINE-MAU TAEAE-MAU TAMARII-MAU METUA I TE TAFIFI I ROTO I TE ORA RA’A O TE PORITITA INIA ITE MAU TUMU PARAU OTE :

1/EA : TE TA’ATA MAI TE TAOTE E TE FARE TURUTA’A

2/TE AIMAUMAU : TE HO’O RAHI O TE ORA RA’A - TE TARIFA O TE MA’A, TE NIUNIU PARAUPARAU, TE UIRA, E TE UTA RA’A.

3/ TE OHIPA : TE MAU RAVE OHIPA I TIHATI HIA E UA ERE I TA RATOU OHIPA-E O TEI ORE FA’ANA’O I TE TAUTURU NO ROTO MAI I TE RSA

4/ FATU OHIPA : O’OE TE TA’ATA - FA’APU- RAVAI- FA’APU POE- RIMA’I- O TE TA’ATA PATANA TEI ORE FA’ANA’O I TE MONI FA’ATUHA’A NO ROTO MAI I TE RSI.

5/TE ATIRA’A I ROTO IA PORINETIA E TE HAU METUA :TE PARAU O TE AUTAEARA’A, TE TURA E TE FA’ATURA’A I ROTO I TE MAU TIA POROTITA O TE FENUA E TE HAU NUI

6/TE PATURA’A E TE FA’AHOTU RA’A : UA ITE TO’A TATOU E UA TOPATARI TE FENUA E TEI ROTO TE 30 INIA I TE HANERE OIA E 80 000 TO TATOU MAU TA’ATA I ROTO I TE VEVE

7/TE FENUA : NO TE ERE RA’A TE MAU FATU FENUA I TE TIRIPUNA FENUA –E ORE OE E AUFAU I TE HA’AVA –TE TA’ATA TANIUNIU E TE NOTERA NO TE TAPURA I TO OE TI’ARA’A FATU FENUA.


NO REIRA TE HA’APAPU RA TE MAU PAPA TURE O TE FA’ATERE RA’A MANAHUNE
E mana to oe e te nuna’a e ani i te mau ti’a porotita o ta oe i maiti ia fa’ahoi ratou i to ratou ti’a ra’a e na te irava 158 o te papature 2004 i ha’apapu mai i te reira.


Loi organique n° 2004-192 du 27 février 2004
portant statut d'autonomie de la Polynésie française
Pétition des électeurs de la Polynésie française.

ARTICLE 158

L'assemblée de la Polynésie française peut être saisie, par voie de pétition, de toute question relevant de sa compétence.

La pétition peut être présentée à titre individuel ou collectif. Elle doit être établie par écrit, sous quelque forme que ce soit, rédigée dans les mêmes termes et signée par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales en Polynésie française. Elle doit être datée et comporter le nom, le prénom, l'adresse de chaque pétitionnaire et le numéro de son inscription sur la liste électorale.

La pétition est adressée au président de l'assemblée de la Polynésie française. Le bureau de l'assemblée se prononce sur la recevabilité de la pétition par une décision motivée, qui peut faire l'objet d'un recours devant le tribunal administratif.
Lorsque la pétition est recevable, le président de l'assemblée de la Polynésie française en fait rapport à la plus prochaine session de l'assemblée



Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos salutations distinguées.
Les portes paroles : Gaston TETUANUI Pierre MARCHESINI William TOOFA
190 signatures
Signez avec votre email
Plus que 310 signatures pour que cette pétition soit diffusée dans la newsletter MesOpinions !
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je n'ai pas signé cette pétition et je veux le faire
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
52 commentaires
Vairani - Le 05/04/2012 à 19:27:05
Merci au collectif carton rouge pour cette action !
1 0
Le 12/04/2012 à 03:42:25
Si l'autorité n'a pas d'oreille pour écouter, elle n'a pas de tête pour gouverner.
1 0
Le 04/04/2012 à 20:54:55
Bonne initiative!!! en espérant que cela aboutisse... Le minimum est de mettre des gens compétents pour diriger notre pays
1 0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions politiques Collectif Carton Rouge - Pétition, Article 158 Loi organique, Polynésie Française