57 622 593 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Nature et environnement

Signez la pétition

Déjà 80.628 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : #YesWeGraine Pour que les maraîchers aient le droit d’utiliser des semences reproductibles et de produire les leurs !

#YesWeGraine Pour que les maraîchers aient le droit d’utiliser des semences reproductibles et de produire les leurs !

Auteur : Alexandre Lumbroso & Jonathan Attias - Auteurs de la web série

Créé le 04/06/2015 - Fin le 31/01/2016

Mise à jour de la pétition

À l'attention : de Monsieur Stéphane Le Foll, Ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt

VICTOIRE DE LA PÉTITION !


Voilà, ça fait huit mois que cette pétition a démarré, en l'initiant on doit vous avouer qu'on ne savait absolument pas où elle allait mener ni sur quoi elle allait déboucher.
On a filmé toute son aventure, en tentant de la porter le plus loin possible.
On s'est souvent heurté à des obstacles, on a connu pas mal de désillusions mais aujourd'hui et grâce à la mobilisation de tous, on peut dire qu'elle a servi à quelque chose.

Nous ne savons pas combien de mails ont été envoyés aux sénateurs pour leur demander de porter les amendements sur les semences dans le cadre du projet de loi biodiversité mais ce qui s'est passé, c'est qu'en plus d'avoir eu le soutien de cet incroyable sénateur écolo qu'est Joël Labbé, nous avons eu celui de François Grosdidier du groupe "les républicains" ce qui a donné une majorité au Sénat.

Nous étions sur place tout au long du débat pour le filmer, et jusqu'à la dernière minute et l'avis défavorable de la Comission sur nos amendements, nous avons tremblé.

Mais il arrive qu'il y ait des choses dans la vie qui ne s'expliquent pas et celle-ci en fait partie puisque contre l'avis de son collègue de la majorité parlementaire F. Grosdidier décida de maintenir ces amendements et de les soumettre aux votes.
Les secondes qui s'ensuivirent furent interminables et après recomptage des votes, nous sommes fiers et émus de vous annoncer que les amendements additionnels après l'article 4 : 400 & 475 concernant les semences reproductibles et les amendement 354 & 399 statuant sur la liberté d'echange des semences traditionnelles entre agriculteurs ONT ÉTÉ ADOPTÉS !!!

J'ai envie de nous dire merci à tous parce qu'on y a cru, parce qu'on s'est battu jusqu'au bout pour faire decette cause citoyenne une réalité législative !
Voilà, désormais il nous faut monter les huit mois de tournages pour ce film qui s'appelle Des[clics] de Conscience.

Alors permettez-nous de rêver encore un peu, et on vous montrera à quoi ressemble cette révolution citoyenne...


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Monsieur Le Foll,


J’ai envie de vous dire que l’heure est grave parce que notre agriculture se meurt mais je ne pense pas que vous m’ayez attendu pour dresser ce constat là, vous qui semblez avoir pris conscience de la nécessité d’avoir un sol vivant pour des êtres qui aspirent à le rester !


Je fais ici référence à votre volonté affichée de promouvoir les pratiques agro écologiques dans notre pays. Mais si je me permets de vous interpeller c’est que je veux parler ici du problème de la semence, soit la base de notre système alimentaire.


J’imagine que votre qualité d’être humain ne vous permet pas de connaître sur le bout des doigts tous les enjeux liés à notre alimentation, alors permettez-moi d’en faire une synthèse : En l’espace d’un siècle, nous avons perdu 75% de nos variétés potagères !


La France qui détenait l’un des plus riches patrimoines alimentaires au monde de par la pluralité de son climat, se retrouve désormais orpheline de son histoire, celle qui nous réunit autour d’une table !


Pour illustrer la situation, nous allons prendre l’exemple de la pomme : Jusqu’au XXème siècle, nous détenions plus de 1000 variétés de pommes cultivées dans notre pays mais aujourd’hui seules cinq sont commercialisées.


Il est évidemment aisé de penser que si de cette multitude, nous n’en avons retenu qu’une poignée, c’est parce que ces dernières seraient meilleures ou plus nourrissantes que leurs ancêtres. Mais là encore le constat est dramatique : une récente étude a montré que pour avoir l’apport nutritif d’une pomme cultivée il y a cinquante ans, il faudrait potentiellement en manger quarante aujourd’hui… Et des biologiques !


La raison à cela est simple : depuis un demi-siècle la loi interdit aux agriculteurs de produire leurs propres semences. À la place, on leur impose de cultiver des variétés brevetées (je vous passe le débat sur le brevetage du vivant) et/ou répondant à un cahier des charges (Normes DHS pour Distinction, Homogénéité et Stabilité) proprement « contre-nature ».


En ce sens, ne peuvent être cultivées et vendues uniquement des fruits et légumes aux critères de distinctions clairement définis, (comme des tomates rouges ou du mais jaune) alors que ces variétés étaient à l’origine infiniment plus variés en couleurs et en formes.


On impose à ces mêmes légumes d’être « homogène » c’est-à-dire pour parler plus vulgairement, qu’ils se ressemblent tous ! Cela afin d’en faciliter le transport et de proposer au consommateur un « produit » à la forme et au goût totalement standardisé.


Or je ne sais pas pour vous mais je n’ai jamais vu la nature produire des clones en série ! Pourtant c’est ce que l’on exige d’elle désormais, au nom de la rentabilité de l’hygiène industrielle et de la «sécurité alimentaire». Pour cela, on procède à une technique dite d’hybridation.


L’hybridation ne date certes pas d’hier me diriez-vous et vous auriez totalement raison, car depuis toujours les cultivateurs sélectionnent eux-mêmes les meilleures graines issues d’une partie de leurs récoltes et les associent en vue de créer de nouvelles variétés plus belles, plus nourrissantes et plus résistantes à leur environnement.


Sauf qu’actuellement, bien que l’on parle toujours d’hybridation, les graines produites sont stériles et ne peuvent être donc replanté d’une année sur l’autre. Et le BIO labellisé n’est pas épargné puisque 95% des variétés sont issues de ces hybrides F1.


Qu’est ce qu’un Hybride F1, pour cela prenons un exemple : Je suis un semencier industriel (actuellement ce sont les seuls à pouvoir produire les semences pour le commerce) et je vais chercher à breveter une variété de tomates qui soit rouge et ronde. Celle-ci devra bien sur répondre aux critères DHS précédemment évoqués. Pour cela, je vais sélectionner deux variétés de tomates existantes ayant chacune un attribut qui m’intéresse : l’une serait verte et ronde, l’autre serait rouge et longue. Ce que je vais faire, c’est que je vais croiser ces deux lignées pures afin de ne retrouver uniquement les attributs que je recherchais. J’aurai enfin pu créer ma tomate rouge et ronde à condition que celle-ci réponde également au dernier critère DHS, c’est-à-dire qu’elle soit stable. Ma tomate aura alors ce que l’on appelle une vigueur hybride lui permettant d’atteindre de gros rendements, dans des conditions industriels !


Mais ce processus aboutit à des conséquences environnementales et sociales néfastes. Sans évoquer l’érosion évidente de la biodiversité alimentaire, deux problèmes apparaîtront :
- Le premier c’est qu’en cherchant à tous prix à créer une tomate standard – c’est-à-dire semblable à toutes les autres de sa variété – je vais inlassablement réduire son patrimoine génétique et donc son apport nutritif ainsi que sa capacité d’adaptation à différents milieux écologiques.
- Le deuxième, qui est en fait un problème pour l’autonomie des maraîchers, c’est qu’en replantant les graines à partir de leurs récoltes issus de graines hybrides F1, les agriculteurs auront des légumes qui seront au mieux dégénérées, mais le plus probable reste qu’ils n’aient pas de légumes du tout…


Parce que les hybrides F1 sont conçus pour n’assurer un rendement que la première année. Cela amènera donc le maraîcher à racheter chaque année des graines aux semenciers industriels.


Mais rassurons-nous, il n’y a heureusement pas que les semenciers industriels qui ont le droit de faire vivre nos variétés potagères et si nous pouvons encore aujourd’hui espérer utiliser nos semences reproductibles dans le commerce, c’est grâce au travail effectué par les jardiniers amateurs.


Les jardiniers, au nombre de 13 Millions en France, sont les seuls à pouvoir semer et à échanger librement les variétés non-inscrites dans le « catalogue officiel ». Et c’est parce qu’ils ont largement compris les enjeux autour de nos graines qu’ils se fédèrent, échangent et militent en plantant des semences reproductibles pour préserver notre patrimoine alimentaire!


Alors oui, on peut et on doit espérer qu’il y ait toujours plus de gardiens pour cette biodiversité