Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires COVID-19 Lancer une pétition
Pétition

Rétablissons la consignation du verre en France

Pétition

Rétablissons la consignation du verre en France

252.962 signatures
Pétition soutenue par un Super contributeur
Auteur(s) :
François Benest
Destinataire(s) :
Elisabeth Borne, Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire
La pétition
Mises à jour

La récupération du verre dans les conteneurs dédiés est une bonne chose, mais que devient-il finalement ? J'ai entendu récemment à la radio que si une partie était effectivement refondue pour fabriquer du verre, l'autre était enfouie dans les décharges.


Les récipients que nous mettons dans les conteneurs sont généralement en bon état et ça me fend le cœur d'entendre des verrines et des bouteilles se briser lorsque je les jette alors qu'elles pourraient être réutilisées sans problèmes pendant plusieurs cycles. Dans ces conditions, pourquoi ne pas rétablir la consignation du verre qui avait cours en France jusque dans les années soixante-dix et qui est toujours pratiquée en Allemagne ?


Du fait de la contrepartie financière lorsqu'on rapporte des récipients en bon état, on pourrait attendre de cette solution les avantages suivants :
- diminution des déchets enfouis dans les endroits où le recyclage du verre n'est pas effectif
- diminution des dépenses énergétiques dues à la refonte du verre
- diminution de l'impact sur les ressources en sable et autres éléments destinés à la fabrication du verre
- diminution du prix des aliments en verrine
- diminution des déchets en verre dans la nature


Certains emplois des fonderies de verre pourraient être mis à mal, mais ils seraient de toute façon compensés par les emplois créés dans les usines de nettoyage et de tri des récipients.


Il serait possible, dans un second temps, d'inciter les industriels qui sont passés aux récipients en plastique à repasser au verre. Je pense notamment aux sodas et à l'eau minérale. Cette solution limiterait en outre le rejet de plastique dans la nature, et les transferts de plastique dans les aliments et boissons que nous ingérons tous les jours.


Une autre piste à explorer serait la standardisation en France, voire au niveau européen, des récipients en verre afin que les coûts de production soient diminués, ainsi que les problèmes de tri.

Le 16/11/2019

Chers signataires, bonjour à toutes et à tous.

Je me trouvais de nouveau au Conseil Economique Social et Environnemental jeudi 13 novembre 2019 afin de soutenir la résolution d’Anne de Bethencourt dont je vous parlais lors de ma précédente mise à jour. J’ai pu intervenir avant la tenue des débats proprement dits.

Voici un lien qui vous permettra de visionner la séance du CESE du 13 novembre dans son ensemble qui a abouti à l’adoption de la résolution (rassurez-vous, ça ne dure qu’environ une heure et demie à partir de la vingtième minute) : https://www.youtube.com/watch?time_continue=1219&v=keKuRNyUn6o&feature=emb_logo

La bonne surprise a été que presque tous les intervenants de ce conseil qui représentent, je vous le rappelle, les principales corporations et syndicats de notre pays, déclarent être conscients de l’importance de sortir du tout jetable, ainsi que de la nocivité du plastique. Ces deux points rassemblés laissent augurer que le retour de la consigne du verre n’est plus du domaine de l’hypothèse. Reste à savoir à quelle échéance elle pourrait être effective…

Après la séance, j’ai rencontré l’éditeur d’une revue destinée aux pinardiers et aux limonadiers, c’est à dire les professionnels intervenant dans tout ce qui est vins, bières, alcools, mais aussi jus de fruits et boissons gazeuses. Cette personne, qui est donc bien implantée dans le milieu m’a dit que les professionnels sont inquiets, car ils ont compris que la reprise de la consigne du verre était inéluctable. Je lui ai dit qu’au lieu de craindre les choses, il leur serait bénéfique de se saisir du sujet afin de le faire avancer au mieux de leurs intérêts, à commencer par la définition de contenants standards dans lesquels chaque professionnel pourra trouver chaussure à son pied. Les contenants, s’ils ne sont pas trop nombreux, leurs permettraient de récupérer, venant d’autres régions des bouteilles du même type que celles qu’ils utilisent, pendant que les récipients de leurs propres produits, vendus dans toute la France serait réutilisés par les producteurs les plus proches du lieu de récupération.

Là encore, on voit que la prise de conscience fait son chemin.

Des informations que j’ai pu recueillir concernant le Gouvernement, si le Ministère de l’Écologie a la volonté de favoriser le réemploi du verre, d’autres Ministères risquent fort de faire traîner les choses. On peut se demander à juste titre pourquoi le Premier Ministre ou le Président de la République ne font pas l’arbitrage.

A ce sujet, il semble que les élections municipales qui s’approchent soient également un frein à l’adoption d’une politique volontariste… cette attitude est d’autant plus étrange que Brune Poirson, lors de son intervention au CESE, a dit que selon un récent sondage, 92 % des français sont en faveur du retour de la consigne en France. Un tel score, qui frise le consensus devrait normalement faire marcher tous les politiques comme un seul homme ? Eh bien, il semble que non !

Une partie du problème se situe au niveau économique. Aujourd’hui, les communautés de communes revendent le plastique et le verre récupérés. Cette manne financière va forcément diminuer avec l’abandon programmé du plastique et le rétablissement de la consigne du verre - et la mise en place de la consigne du plastique aussi pour le coup puisque ce sont des sociétés privées, comme nos chères chaînes de supermarché, qui en récupéreront l’usufruit.

Les élections Municipales sont un excellent moyen de favoriser le réemploi du verre. Toutes les listes vont aller comme d’habitude sur les marchés et organiser des réunions publiques pour vous inciter à leur apporter vos suffrages. N’hésitez pas à leur demander leur position sur la reprise de la consigne du verre dans votre commune et votre communauté de commune.

Mais avant cette échéance, il y a le vote à l’Assemblée Nationale concernant le projet de loi sur l’économie circulaire. Les débats sont prévus vers la fin du mois. Là, ce sont vos députés qu’il faut interpeller afin de les convaincre de la nécessité de reprendre la consigne du verre. Bref ! Je vous demande à tous de vous transformer en lobbyistes… même si je sais que le terme a une connotation négative pour la plupart d’entre vous. Pour paraphraser les Inconnus dans un de leurs sketches : « Il y a les bons lobbyistes et les mauvais lobbyistes…  Les bons lobbyistes, ils font du lobbying, mais ils le font bien ! Les mauvais lobbyistes, ben il font du lobbying… Ils le font bien aussi, mais c’est pas du bon lobbying ! ».

Ce n’est pas parce que la conjoncture semble bonne qu’il faut s’endormir sur ses lauriers !

Merci à tous, et... faites du bruit !

Le 01/11/2019

Bonjour à toutes et à tous et encore merci pour tous vos soutiens. 

Grâce à vos signatures, nous avons été reçus ce 22 octobre 219 au CESE (Conseil Économique, Social et Environnemental) qui auditionne des groupements – associations, syndicats, ...

– représentants la société civile, ainsi que les auteurs de pétitions qui ont reçu un volume important de signatures.

Cette institution a pour vocation de prendre le pouls des citoyens afin de saisir les changements de société qui sont attendus par la population et à quelle vitesse ils peuvent être mis en œuvre. Nous avons eu une discussion avec Anne de Bethencourt qui, dans le cadre de la loi sur l’économie circulaire est la rapporteure d’une résolution qui concerne plus spécifiquement la consigne pour réutilisation.

Cette résolution permettra, si elle est prise en compte par les députés dans le texte de la future loi, de prévoir un financement qui faciliterait la mise en place de la consigne du verre en permettant, par exemple, de normaliser les bouteilles et les autres récipients de verre.

Il est important de dire autour de vous que ce que les sénateurs ont refusé en première instance dans le texte de loi, ce n’est pas le retour à la consigne en général, mais bien la consigne des bouteilles... en plastique !!! Il semble que certains médias omettent de le préciser, et il ne faudrait pas que cet oubli tue dans l’œuf toutes les initiatives locales que se développent pour relancer la consigne du verre.

Si je disais « nous » au début de ce texte, c’est parce que j’ai adhéré à l’association Rebout’ qui vient de voir le jour à Tours en Indre-et-Loire et que Cécile Anger, l’une des quatre fondatrices m’a épaulé lors de cet entretien au CESE.

Rebout’ a pour but de mettre en place un système de consignation en vue de la réutilisation des bouteilles en verre en région Centre. J’en profite pour appeler toutes les personnes de bonne volonté à venir nous rejoindre pour nous aider à faire grandir et vivre ce beau projet.

Depuis que j’ai adhéré à Rebout’, j’ai découvert que la problématique de la consigne du verre était bien plus complexe que je ne l’avais imaginé. Par exemple, la plupart des bouteilles actuelles ne sont pas conçues pour survivre longtemps à un système de réemploi ; étant destinées à être recyclées, l’épaisseur du verre a été aminci. Cela les rend plus légères mais aussi moins solides. Partant de là, il devient plus compliqué de trouver des producteurs prêts à investir dans des bouteilles consignables – et forcément plus chères – qui les obligeraient à augmenter leurs prix en proportion, et donc à être moins compétitifs. La consigne du verre ne peut donc être mise en place, dans un premier temps, qu’avec des producteurs dont les produits s’écoulent localement.

Partant de ce constat, on voit combien la normalisation des récipients en verre est importante pour que le réemploi se développe pleinement.


J’en profite pour vous donner quelques chiffres issus de rapports de l’ADEME.

  • La consigne du verre est valable si le récipient parcourt moins de 260 km entre son lieu de récupération, son lieu de nettoyage et son lieu de réemploi.
  • Une bouteille destinée à la consigne peut être réemployée jusqu’à 20 fois.
  • Les économies d’énergie entre une bouteille consignée et une bouteille qui passe par le système actuel sont de 75 %.

 Et quelques informations supplémentaires sur le recyclage :

  • On doit incorporer un minimum de 20 % de silice dans le verre issu du recyclage pour faire du verre neuf.
  • Ce mélange nécessite d’être chauffé à 1500°C pendant 24 heures.
  • Comme le verre n’est pas trié, on ne peut obtenir que du verre coloré à partir du verre recyclé.
  • Tout les récipients en verre transparent sont donc produits à partir de matière première « neuve »


Pour ceux qui vivent dans d’autres régions et qui veulent s’impliquer, renseignez-vous autour de vous et auprès de Zero Waste France ou de Réseau Consigne. Il y a de plus en plus d’associations qui se forment autour de la consigne du verre et plus le maillage de ces initiatives couvrira le territoire national, plus il sera efficace et permettra de diminuer le recyclage du verre. Plus important encore, cela finira par avoir une incidence sur l’utilisation du plastique alimentaire qui est un fléau pour l’environnement.


Ce que je vais dire maintenant n’a plus qu’un rapport lointain avec la consigne, mais reste cohérent avec les motifs profonds du succès de ma pétition.

Si vous voulez que les choses changent, arrêtez d’attendre que vos voisins, vos collègues, vos amis ou votre famille fassent le premier pas. Agissez pour le bien commun sans vous soucier des autres. N’attendez rien des autres et surtout, n’exigez rien d’eux : ce serait contre-productif. Il faut être des exemples. Pas des schtroumpfs à lunette.

N’attendez rien non plus des avancées de la science ou d’hypothétiques solutions miracle. Les gens qui disent : « On trouvera bien quelque chose ! » vous vendent du vent (c’est encore moins cher que les salades!). Il y a un proverbe qui fait sens dans la situation que nous vivons, c’est : Un « Tiens ! » vaut mieux que deux « Tu l’auras ! ». Agissez ! Si une innovation voit le jour, on n’aura rien perdu ; si elle n’apparaît pas, on aura tout gagné.

 

C’est la somme des actions individuelles de chaque citoyen qui amènera à un vrai changement de société, à commencer par ce que nous faisons de notre argent, même quand on en a peu.

Quand vous achetez un produit, quantifiez les déchets qu’il génère. N’oubliez pas que l’emballage que vous jetez, vous l’avez payé dans le prix du produit ; vous le payez une deuxième fois à travers vos taxes de traitement des déchets et vous le payez une troisième fois à travers tous les problèmes environnementaux et de santé qu’il occasionne.

Achetez en vrac avec des sacs en tissus – lavables – et des récipients réemployables. De plus en plus de petits commerces spécialisés dans le vrac s’ouvrent et pour ceux qui ne peuvent pas s’y rendre, les grandes surfaces – qu’il faut bannir au maximum – s’y mettent de plus en plus.

Dans la mesure du possible, buvez de l’eau du robinet au lieu d’eau minérale en bouteille plastique. Avec deux pichets ou bouteilles (en verre bien sûr!) que vous remplissez alternativement, le chlore contenu dans l’eau du robinet aura le temps de s’évaporer (30 minutes), débarrassant l’eau de son goût et son odeur si désagréables. C’est exactement ce qui se passe quand vous demandez une carafe d’eau au restaurant. Avec cette méthode, vous gagnez sur les deux tableaux : l’eau du robinet est bien moins chère que l’eau minérale (240€ d’économie par personne et par an !), et vous ne jetez plus de bouteille en plastique. La France consomme actuellement 5,5 milliards de bouteilles d’eau par an. Ce sont environ 192000 tonnes de plastique qui finissent invariablement dans la nature, puisque le recyclage perpétuel du plastique est un beau conte de fée.

Merci d’avoir pris le temps de me lire.


Le 30/10/2017:

Bonjour, 

Vous avez signé ma pétition pour le rétablissement de la consignation du verre. Grâce à vous, elle a atteint 14 000 signatures en 3 jours et je vous en remercie. Depuis, le nombre de signataires par jour a fortement décru.

J'attends d'avoir au moins 50 000 signatures avant de contacter M HULOT.

Je vous demande donc de vous mobiliser en faisant autour de vous la promotion de cette pétition via les réseaux sociaux et les contacts de vos carnets d'@dresses.

Merci.

François Benest

252.962 signatures
Signez avec votre email
Pétition soutenue par un Super contributeur
Partager avec vos amis Facebook
Partagez la pétition avec vos amis :
Pétition soutenue par un Super contributeur
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Partagez cette pétition avec vos amis
Je signe avec un autre email
28.828 commentaires
Le 19/10/2017 à 15:17:08
L'association pour le développement d’une filière de consigne des bouteilles en Pays de la Loire récupère les bouteilles pour le réemploi.

contact@boutabout.org
http://www.boutabout.org/
26
Le 21/10/2017 à 14:11:50
cela me rappellera mon enfance : quand je récupérais les quelques centimes de francs pour les bonbecs!!!
6
Le 18/11/2017 à 14:01:13
Hygiene et gout
5
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs