Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Blog Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions nature et environnement NON A L'IMPLANTATION DE QUATRE UNITES DE METHANISATION DANS LE LOT
Pétition

NON A L'IMPLANTATION DE QUATRE UNITES DE METHANISATION DANS LE LOT

NON A L'IMPLANTATION DE QUATRE UNITES DE METHANISATION DANS LE LOT Pétition
7.057 signatures
En moyenne, les pétitions victorieuses dépassent légèrement le palier des 10 000 signatures sur MesOpinons. On y est presque !
Auteur :
Auteur(s) :
ADPDEnv-46
Destinataire(s) :
Monsieur Le Préfet du LOT
La pétition
Actualité(s)

PETITION.  Auteur : Association Départementale de Protection et de Défense de l'Environnement et du Cadre de Vie dans le Lot. Adhérente du CNVM (1)


Destinataires : Monsieur Le Préfet de la région OCCITANIE, Monsieur Le Préfet du LOT, M Le Président du LOT, MM les Maires d'ESPEYROUX, GORSES, LABATHUDE et VIAZAC.


NON A L'IMPLANTATION DE QUATRE METHANISEURS.


ALERTE METHANISATION sur le SEGALA-LIMARGUE (46-LOT)


LA METHANISATION -  Un procédé de dégradation des matières organiques qui produit du méthane CH4 : celui-ci est brûlé avec dégagement de CO2 (2),  gaz à effet de serre, pour actionner une turbine productrice d'électricité. La chaleur dégagée par cette combustion peut être aussi éventuellement récupérée. Les résidus, appelés digestats (3), se présentent sous forme liquide et solide et sont épandus par les agriculteurs sur leurs terres agricoles.


Ce processus, qui peut apparaître comme vertueux au premier abord, n’est pas sans poser de nombreux problèmes pour peu que l’on analyse en premier lieu les impacts qu’il engendre au niveau de l’environnement (l’eau, le sol, l’air) mais aussi ce qu’il signifie en matière d’évolution des pratiques agricoles.


CONTEXTE SEGALA-LIMARGUE - Le projet, à l'initiative de METHASELI ENVIRONNEMENT (4), de construire, pour 35 agriculteurs, quatre méthaniseurs dans la partie du LOT SEGALA-LIMARGUE (Espeyroux, Labathude, Gorses, Viazac) représentera une capacité de traitement supérieure à celui de Gramat (LOT) : 83.500 tonnes qui vont générer 81.500 tonnes de digestat brut (celui de Gramat a une capacité de près de 70.000 tonnes). En tout c’est, en rajoutant celui de Mayrac, près de 10.000 hectares d’épandage et on peut s’attendre à ce que d’autres projets voient le jour dans un futur proche. Dans le Lot, le plan Climat/Energie prévoit prochainement dix à vingt unités supplémentaires rien que dans le GRAND FIGEAC.


L’éclatement en quatre projets a permis aux promoteurs de faire l’impasse sur l’obligation d’une enquête publique, ce qui fait qu’il n’y a pas eu d’étude d’impact et de danger, seulement une consultation publique. D’autre part, la procédure du ‘porté à connaissance’ auprès de la Préfecture permettra aux porteurs de projet d’augmenter la capacité des méthaniseurs sans aucune information préalable du public concerné..


L'ensemble, d'un coût total de plus de 13 500 000 EUROS sera subventionné par la région OCCITANIE à hauteur de 34%, soit 4 500 000€. L'électricité produite sera rachetée par EDF à un prix majoré. Pour nous, contribuables et consommateurs, c'est la double peine financière! Pour 35 agriculteurs, des profits.


Le citoyen qui finance par ses impôts ce montant important n’a rien à dire. Trois réunions de débat public ont été organisées. Présentation édulcoré des projets : Les risques de pollutions sont tous ignorés et aucune concertation n'a été programmée. Toutes les propositions faites par les habitants ont été refusées.


IMPACT SUR L’EAU - Le SEGALA-LIMARGUE est le château d’eau du Lot. Il alimente 70 % des lotois en eau potable (l’Ouysse, le Francès, le Drauzou, le Bervezou, la Bave y naissent et une multitude de forages alimentent en eau potable particuliers et éleveurs). La majeure partie du Lot est classée en zone fortement vulnérable de par sa topographie et sa géologie (sols karstiques sur le Causse, sols sableux et pentus dans le SEGALA-LIMARGUE), ce qui limite fortement la capacité d’épuration et de rétention de l’eau. Les travaux de scientifiques de renommée internationale, tel que Claude et Lydie Bourguignon, Michel Bacalowickz ou Guy Astruc pour ne citer qu’eux, font état d’un risque majeur pour la santé publique.


IMPACT SUR LE SOL - Les digestats liquides bruts présentent un rapport Carbone / Azote (3) insuffisant, inférieur en moyenne à 3. De plus le guide d’épandage des effluents préconise de ne pas épandre de digestats sur sol karstique dont la profondeur est inférieure à 20 cm, ce qui est le cas pour une grande partie du Causse. Dans le SEGALA-LIMARGUE, les sols peu profonds, sablonneux et pentus (Pentes supérieures à 7% allant dans une majorité de parcelles à des pentes de l'ordre de 15 à 20% provoquent le lessivage et ne permettent pas au sol de jouer son rôle d’épuration.


Nous ne sommes pas à l’abri d’une pollution accidentelle liée à une rupture de poche de stockage. Des analyses ont été effectuées lors d’un tel évènement à Alvignac (46500) : les prélèvements effectués mettent en évidence la présence de métaux lourds et de perturbateurs endocriniens (D4). Le risque de retrouver très rapidement ce digestat dans les eaux souterraines ne peut pas être écarté.


Une mortalité anormale d’abeilles a également été observée en bordure de parcelles épandues, probablement victimes des émanations de gaz ammoniac volatile et de dioxyde d'azote. Les vers de terre sont eux aussi victimes de ces épandages : un grand nombre vient mourir en surface. Lorsque l’on sait qu'il y avait 2 tonnes de vers de terre à l’hectare en 1950, on en compte aujourd’hui à peine 200 kg par hectare, on voit bien l’effet désastreux de la diminution des apports de compost sur les sols au profit des effluents liquides, des engrais minéraux riches en azote et des nombreux pesticides.


IMPACT SUR L’AIR - Le méthane produit, utilisable en substitution à une source d’énergie d’origine fossile, est tout aussi polluant. La méthanisation présente l’inconvénient de transformer pratiquement la totalité de l’azote entrant dans le digesteur en ammoniac. Seule est conservée dans sa forme organique initiale, ou partiellement altérée, l’azote constituant les molécules non dégradées par les bactéries méthanogènes, essentiellement de la lignine. A la sortie du digesteur, presque tout l’azote entrant se retrouve donc en solution dans la phase liquide du digestat, avec une forte tendance à se volatiliser dans l’atmosphère dès lors que cette phase liquide est exposée à l’air libre… Chacun de nous a pu faire l’expérience des fortes odeurs émises, en passant à proximité de l’unité de méthanisation de Gramat mais aussi près des lieux de stockage de digestat (Lacapelle-Marival par exemple). Des personnes se sont endettées pour construire leur maison et se retrouvent aujourd’hui en plein désarroi : subir en permanence une odeur pestilentielle ou déménager, mais avec une possibilité de vendre son logement réduite à néant.


En ce qui concerne le stockage du gaz, les couvertures souples utilisées ne sont pas parfaitement étanches et à partir de 4 % de fuite, le bilan carbone est négatif, car le méthane a un impact sur l’effet de serre 35 fois plus pénalisant que celui du carbone.


Epandages de digestats bruts avec les tonnes à pendillards au lieu du système à enfouisseurs préconisé dans toutes les chartes vantant les bonnes pratiques de méthanisation, mais jamais respectées, est une catastrophe pour l'environnement. En effet l'ammoniaque liquide présent dans le digestat brut se transforme en gaz ammoniac. L'ammoniac, au contact de l'air, donne du dioxyde d'azote (NO2) et des nano particules (5). L'effet de serre du NO2  est  310 fois plus élevé qu'une masse équivalente de dioxyde de carbone CO2.  Son pouvoir de réchauffement global (PRG) sur 100 ans est 310 fois plus élevé que celui du CO2. Au contact de la vapeur d'eau, il se transforme en acide nitrique (Pluie acide sur les végétaux) et augmentation de l'acidité des océans.


CONCLUSIONS


Même les projets de méthanisation à la ferme ne sont pas satisfaisants. Ils ne règlent en rien les problèmes de pollutions au CO2 et des épandages de digestats bruts avec des tonnes munies de pendillards qui provoquent des dégagements massifs de dioxyde d'azote NO2 et non avec des tonnes à enfouisseurs. La méthanisation industrielle ou semi industrielle telle que celle planifiée dans le département du Lot conforte le développement d’une agriculture industrielle, avec son lot de nuisances : sanitaires, hydrologiques et olfactives. Une autre voie est possible, plébiscitée par une grande majorité de Français, avec une agriculture respectueuse de la terre, de l’eau et des animaux.


Nous refusons la transformation des agriculteurs en apprentis chimistes qui, pour produire un maximum de gaz méthane, détournent des cultures de l'alimentation des hommes et des animaux, méthanisent des déchets agricoles qui constitueraient de meilleurs fertilisants sans cela (lisiers, fumiers), appauvrissent ainsi les sols en carbone organique et vont ensuite chercher des déchets de l'industrie agro-alimentaire et des sous-produits d'animaux, dont les bactéries et les antibiotiques qu'ils contiennent se retrouveront dans le digestat.


Ce projet n'est nullement écologique : L'atmosphère sera polluée en permanence (Les oxydes d'azote persistent 120 ans avec un effet de serre 310 fois supérieur au (CO2) (2) et à long terme la réserve en eau sera contaminée. Cette pollution viendra s'ajouter pour les abeilles à la pollution par les pesticides.


Des norias de camions et de tracteurs circuleront en permanence sur les routes étroites des villages concernés et principalement à LACAPELLE MARIVAL, noeud des transports, dégradant les petites routes étroites de nos villages et aggravant encore la pollution au NO2 (dioxyde d'azote) et aux nano particules. L'entretien des routes détériorées par la circulation régulière de camions sera à notre charge, nous contribuables.


Pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, nous sommes contre l'implantation des quatre méthaniseurs sources de très graves pollutions, tant pour nous, riverains de ces futures implantations, que pour vous, citoyens du monde, à l'échelle de la planète.


 Le Président : Alain LECOLLIER



  1. CNVM : Collectif National Vigilance Méthanisation
  2. CO2 : Gaz Carbonique. L'un des gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique
  3. Digestats : Déchets issus de la méthanisation
  4. METHASELLI ENVIRONNEMENT : Association regroupant les 35 agriculteurs porteurs du projet de la méthanisation sur le SEGALA-LIMARGUE.
  5. Nano particules : Taille entre 1 et 100 nanomètres. Elles sont plus grandes que des atomes et plus petites qu'une cellule.

Indignez-vous! Signez notre pétition!


Contact : alainlecollier@orange.fr     Lieu-dit FONTALZINES 46120 ESPEYROUX ( 05 65 40 98 55


( 06 16 38 69 97                                                                                              

7.057 signatures
Signez avec votre email
En moyenne, les pétitions victorieuses dépassent légèrement le palier des 10 000 signatures sur MesOpinons. On y est presque !
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je n'ai pas signé cette pétition et je veux le faire
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Actualité(s) de la pétition -
184 commentaires
Dominique - Le 17/10/2019 à 15:07:16
Ça va pas non, préfet à la botte du dictateur MACRON, c'est une belle région qui se meurt déjà.
Mais où est la démocratie? Que fait le peuple contre tous ces guignols destructeurs au Pouvoir?
2 0
Guillaume - Le 30/10/2019 à 13:10:12
200 ans de bêtises humaines causant tords à notre environnement. Battons nous pour une vie en harmonie avec la nature de notre planète et non contre elle. Merci aux personnes qui se mobilisent pour empêcher ses folies !
Peace ! ✌
2 0
Jean-claude - Le 24/10/2019 à 00:20:26
Je me bagarre déjà contre les épandages des produits de Bioquercy et de Mayrac
1 0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions nature et environnement NON A L'IMPLANTATION DE QUATRE UNITES DE METHANISATION DANS LE LOT