Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Pétition

Un grand projet inutile : la mise à grand gabarit de la liaison fluviale entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur Seine

Pétition : Un grand projet inutile  : la mise à grand gabarit de la liaison fluviale entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur Seine Pétition

Un grand projet inutile : la mise à grand gabarit de la liaison fluviale entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur Seine

584 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
France Nature Environnement Seine-et-Marne
Destinataire(s) :
Préfet de Seine-et-Marne
La pétition

Pétition à l’adresse de Monsieur le Préfet de Seine-et-Marne


FNE Seine-et-Marne refuse un grand projet inutile :  la mise à grand gabarit de la liaison fluviale entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur-Seine.


De quoi s’agit-il ?


Une enquête publique est en cours concernant un projet de mise à grand gabarit de la Seine, mené par l’établissement public « Voies Navigables de France » (VNF), de la Grande Bosse, un peu en aval de Bray-sur-Seine à Nogent-sur-Seine, soit un tronçon de 28,5 km, en cul de sac, pour un coût estimé, à ce jour, à 343 millions d’euros dont une très grande part n’est pas encore financée.


La Bassée, tronçon de la vallée de la Seine, s’étend de Romilly-sur-Seine en amont (confluence Seine-Aube) à Montereau-Fault-Yonne en aval (confluence Seine-Yonne). Sa richesse écologique a entraîné la création de la Réserve Naturelle Nationale de La Bassée qui est une réserve naturelle nationale classée en 2002 et occupe une surface de 854 hectares dans la plaine alluviale de La Bassée, la plus vaste vallée fluviale inondable du bassin versant de la Seine.


La réalisation de ce canal à grand gabarit apporterait de nombreux inconvénients


Quelle utilité économique ?


Le modèle économique affirmant un accroissement du transport fluvial d’ici 2060 est très discutable, il ne permet pas de justifier une mise à grand gabarit. VNF n’indique pas clairement le nombre de bateaux qui emprunteront le nouveau tronçon.


On ne dispose pas aujourd’hui de données fondées sur les besoins en fret fluvial.


« En outre, les hypothèses de trafic et les conditions de circulation, utilisées pour les évaluer et en étudier les conséquences, ne justifient pas de l’existence de besoins auxquels l’aménagement actuel ne permettrait pas de répondre. »


Avis de l’Autorité Environnementale du 4 Novembre 2020.


Ainsi la configuration de la voie navigable actuelle permettant la circulation de bateaux de 650 tonnes est suffisante.


Alors que le développement du fret ferroviaire est une priorité déclarée de l’état, l’alternative ferroviaire n’est pas étudiée. Pourtant d’important travaux ont été réalisés (rénovation de la voie Flamboin-Montereau en 2012) ou sont en cours (électrification du réseau Paris/ Nogent-sur-Seine/Troyes...).


On peut légitimement s’interroger sur l’intérêt général d’un projet :



  • Financé avec des fonds publics, avec nos impôts dont ceux locaux (via le département) en période de grave crise des finances publiques ;

  • Aggravant les risques d’inondation pour Montereau, Melun… et toute la région parisienne en cas de crue centennale, avec les conséquences sur la population, l’activité économique, …

  • Ne garantissant pas la neutralité hydraulique, ne prenant pas convenablement en compte les changements climatiques (baisses de débit plus sévères, assèchement des milieux humides, diminution des capacités de la Seine à atténuer les crues, accélération de la propagation de l’onde de crue).


L’enquête pour la Déclaration d’Utilité Publique du canal à grand gabarit est lancée alors que le projet sensé limiter les effets d’accélération des crues majeures de la Seine. Le « casier » de la Bassée ne produirait à terme que dix pour cent du projet d’écrêteur de crues initial (dix casiers).


Le Schémas d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) ) Bassée-Voulzie, en cours d’élaboration, doit se conformer aux orientations du Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) suivant les critères de l’intérêt général.  ? Dans ces conditions, quels seront les choix des élus ?

Quels impacts écologiques ?



  • Ressource en eau, biodiversité


De nombreux impacts notamment sur la Bassée, ont été présentés, par les associations, en matière de préservation de la ressource en eau, de faune, de population piscicole, de flore mais aussi la dégradation de la morphologie de la Seine sans que les problèmes évoqués soient traités


«  …. le CSRPN constate de nombreuses lacunes, impasses, incohérences et imprécisions sur les conséquences de ces projets sur les écosystèmes de la Bassée. »


Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel, 3 Janvier 2019.


Les impacts sur les milieux naturels et la biodiversité seraient très importants, les travaux détruiraient directement une quantité significative d’écosystèmes terrestres et aquatiques (flore, faune, habitats, zones de nourrissage et de reproduction, cheminements, nature des sols…).



  • Gaz à effets de serre


En matière de gaz à effets de serre, les arguments développés par VNF sont spécieux : le projet éviterait 27000 camions chaque année par an, moins de 100 par jour, à rapprocher des milliers de camions circulant quotidiennement dans cette zone.


Les émissions des bateaux (sans parler des métaux lourds relâchés dans la Seine), non évaluées par VNF, sont considérables en raison des carburants utilisés et les bateaux sont plus polluants que les trains.


Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe): « si une tonne-kilomètre passe de la route à la voie d’eau, 50 grammes de CO2 sont économisés en moyenne ; si elle passe du rail à la voie d’eau, 32 grammes supplémentaires sont émis ».


On va donc dépenser 343 millions d’euros pour augmenter nos émissions de gaz à effet de serre.


Quels impacts sociaux ?



  • Des questions sont sans réponse :Combien de suppression d’emplois directs (batellerie artisanale) et indirects ?

  • Quel est l’avenir du port de de Bray/Seine ?

  • Quelles conséquences pour le tourisme, l’attractivité écotouristique de la Bassée ?


En conséquence :


Le contexte pandémique de l’enquête publique ne permet pas l’organisation de débats publics, face à ce grand projet inutile :



  • Couteux pour le contribuable ;

  • Dont l’intérêt général pour la collectivité ni démontré ni démontrable ;

  • Aux conséquences négatives multiples, contraires à la mise en œuvre d’une transition écologique et sociale indispensable.


Nous demandons :

Son abandon et la mise en œuvre d’un projet :



  • S’appuyant sur les infrastructures existantes et le développement intensif du transport de matières par fret ferroviaire  (Le transport ferroviaire est le moins émetteur de CO2) ;

  • S’inscrivant exclusivement dans l’intérêt général.


Pour aller plus loin :

Avis délibéré de l’Autorité environnementale sur la mise à grand gabarit de la liaison fluviale entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur-Seine

Avis du Conseil Régional Scientifique du Patrimoine Naturel du Conseil Régional d'Île-de-France

Le blog de France Nature Environnement Seine-et-Marne


Enquête publique Canal à Grand Gabarit


 


584 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
133 commentaires
Jean-claude - Le 15/02/2021 à 16:38:58
Ce projet, imaginé il y a une quarantaine d’année, est anachronique. Il a pour but de créer une autoroute fluviale de 28 km entre l’écluse de la Grande Bosse à 4 km en aval du port de Bray-sur seine et le port de Nogent-sur-Seine en « oubliant » curieusement le port de Bray-sur-Seine situé, lui, à seulement 4 km de l’écluse. Ce faisant, une partie du sanctuaire faunistique et floristique de la Bassée en amont de Bray sera saccagé. La raison principale de ces travaux pharaoniques serait de favoriser le transport de grains pour le groupe céréalier géant Soufflet installé à Nogent. Le projet ose se proclamer vertueux au niveau du bilan carbone (sans rien démontrer, comme le souligne l’avis de l’Autorité Environnementale) en prétendant que ces 28 km de voie fluviale à grand gabarit serait déterminant pour réduire le passage des camions sur les routes de la région en … 2060 (!). Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, mieux vaudrait exploiter dès aujourd’hui la voie ferrée en cours d’électrification qui dessert Nogent (Paris-Troyes). La prétendue saturation de cette ligne, la nuit, n’est pas attestée dans le dossier.
En bref, un projet du siècle dernier dont l’utilité publique n’est pas démontrée, car il crée des désordres environnementaux qui pourraient être évités par des solutions alternatives, et qui utilise l’argent public pour privilégier des intérêts particuliers.
2
Louis - Le 13/02/2021 à 18:03:32
Ce projet de doit pas être déclaré d'utilité publique et doit être abandonné. Conçu dans - et pour - un contexte économique au profit de quelques grands intérêts surtout agricoles, d'une massification des échanges commerciaux internationaux, ce serait une véritable catastrophe s'ajoutant à la crise de la biodiversité. Le prétexte climatique (moins de rejets de CO2 par une péniche comparée au tonnage équivalent d'une centaine de camions) ne tient pas ; il y a toute une panoplie de moyens au niveau national pour faire baisser de manière plus significative nos rejets de CO2. Par contre, ce projet s'inscrit en opposition directe à la crise de la biodiversité qui n'a pas, elle, d'autre solution que de préserver et protéger ce qui existe encore.
2
Edwige - Le 12/02/2021 à 19:33:38
Un aménagement de la Seine qui traverse le Bassée-Montoir pour permettre la navigation de péniches à grand gabarit entrainera une perte de la biodiversite dans ce site de protection d'Iles de France. Les aménagements précédents de la Seine ont montré les conséquences désastreuses sur les milieux humides. STOP!!
2
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs