99 695 784 signatures sur MesOpinions.com

Pour clôturer immédiatement le Projet Montagne d’Or

Sauvegarde en cours...
Pétition : Pour clôturer immédiatement le Projet Montagne d’Or
Par Arnaud RIOU

Pétition adressée à Emmanuel Macron - Président de la République

Mise à jour
Monsieur le Président,

Vous vous êtes montré à plusieurs reprises très favorable au projet Montagne d’Or qui vise à implanter un site d’extraction de ce métal précieux en Guyane au sein d’une zone particulièrement fragile écologiquement et qui plus est, au cœur de montagnes sacrées.

Si ce chantier - comme vous le souhaitez - se confirmait, il durerait 12 ans, s’étendrait sur plus de 180 hectares. La déforestation dans cette zone riche en biodiversité détruirait des centaines de kilomètres de forêts historiques fragilisant un écosystème fondamental pour retenir le carbone.

Pour mener à bien ce chantier. Les promoteurs auront besoin d’utiliser 470 000 litres d’eau par heure. A titre de comparaison, une famille guyanaise en consomme 80 000 litres par an. Quel signal envoyez-vous alors en terme d’écologie de l’eau dans cette région du globe. De plus, aucune expertise ne peut garantir que le barrage qui retiendrait les tonnes d’eaux cyanurées ne pourrait céder comme ce fut le cas pour des constructions similaires en Roumanie ou au Brésil où les expertises étaient pourtant favorables en terme de sécurité.

Dans ce projet que vous appelez de vos vœux, chaque jour, 10 tonnes d’explosif et 10 tonnes de Cyanure endommageraient la terre de façon irrémédiable en produisant 80 000 tonnes de déchets quotidiens. Ce chantier produirait au total 350 000 tonnes de résidus miniers pour lesquelles aucune source de recyclage n’est techniquement possible, ni viable, ni surtout souhaitable.

Les dommages pour la biodiversité, la faune et la flore seraient immenses et souvent irrémédiables. D’un point de vue spirituel , ce site est au cœur de 15 montagnes sacrées très chères au peuple autochtone. Qu’il s’agisse du Mont Fujiyama, du Sinaï, du Mont Thabor, du Kailash au Tibet, ou de l’Olympe, vous savez quel rôle peuvent jouer ces sites au niveau de l’équilibre énergétique de la planète et symboliquement ce qu’ils représentent quant au regard que l’homme porte sur la beauté du sacré et sur la grandeur du monde et ainsi sur sa propre image.

Pour défendre ce projet démesuré et inconséquent sur un plan écologique, vous devez avoir des arguments et des intérêts qui méritent certainement d’être pesés.

Chaque responsable politique jongle entre la priorité écologique et la priorité économique. Lorsqu’une usine polluante produit des emplois, doit on privilégier l’écologie ou l’emploi ?

Le début du conflit des gilets jaunes a illustré l’art délicat de faire cohabiter choix écologiques et économiques et l’inaptitude de votre gouvernement à incarner une vision cohérente et courageuse en ce sens qui soit rassembleuse.

Pour assurer votre légitimité, vous arguez d’établir un grand nombre de concertations sur le terrain, d’expertises, d’études. Mais en la matière, ce n’est pas de concertation avec des protagonistes intéressés que la terre a besoin, mais d’un peu de courage et d’un minimum de sagesse et de discernement.

Les sages de cette région appellent les européens « les petits enfants de la terre » capables de détruire leur ressource, de mesurer la vitesse de leur extinction et compte tenu de ces intelligents calculs, d’accélérer le processus.

Les sages dans cette région que des entreprises se proposent de spolier ont l’art de porter sur les situations politiques et environnementales ce regard systémique. C’est à dire, un regard qui superpose différents systèmes, écologique, économique, éthique, spirituel, environnemental, humain. Ainsi, lorsqu’une décision doit être prise les anciens vérifient que celle-ci n’ait pas d’impact négatif sur 7 générations.

J’imagine que si vous défendez ce projet malgré ses dégâts environnementaux colossaux, vous avez de bonne raison.

Les meilleures perspectives envisagent l’extraction de 6 tonnes d’or pendant 12 ans avant d’avoir réduit à néant cette terre riche ; de l’avoir appauvri comme seul l’homme sait le faire. D’un point de vue économique, on se doute que les entreprises privilégieront une main d’oeuvre bon marché au Surinam ou ailleurs. Bien sûr par moments, nous devons fragiliser un peu la planète pour bâtir nos maisons, nous déplacer. Chacun le fait avec le plus de conscience possible.

Mais que représente à vos yeux ces 6 tonnes d’or ? A qui vont-elles profiter ? Que va t’on y gagner ? Croyez-vous sincèrement que cette extraction soit en adéquation avec les valeurs d’écologie de respect et d’humanisme que vous souhaitez pourtant transmettre ?

La congruence est l’art d’incarner au quotidien nos valeurs. Vous gagnerez à l’incarner dans votre écologie, car nous avons besoin de leaders. Cela demande parfois du courage souvent de l’humilité.

Vous avez été élu en affirmant votre main sur le coeur que vous vouliez « rendre notre planète meilleure à nouveau. »

Il n’est pas besoin de prendre beaucoup de recul pour réaliser combien ce projet est le plus dramatique, le plus fou et le plus inutile que vous puissiez prendre de tout votre quinquenat.

Pour les chamans, les hommes médecine, les lamas, les sages de toutes les traditions sur les cinq continents, la planète que nous appelons la Pacha Mama est vivante, vibrante, sensible et intelligente. Nous prenons soin d’elle comme elle prend soin de nous. C’est pourquoi pour les peuples autochtones, qui ont réussi à établir une relation durable avec la terre, le fait de ramasser un simple cailloux est vécu comme une agression.

Les scientifiques du monde entier nous ont ouvert les yeux sur l’intelligence du peuple végétal et sur nos interactions avec les forêts du globe. Il est grand temps que nous changions notre regard sur la terre que nous reconnaissions qu’elle est vivante, que comme nous, elle est composée des 5 éléments, la terre, le feu, l’eau, l’espace et le vent. Que comme nous, elle s’équilibre en cuivre, argent, magnésium, calcium, or et qu’elle en a besoin dans son équilibre. Que nous abandonnions avec elle notre regard prédateur, car elle incarne le féminin dans le monde et ce n’est qu’en rétablissant notre regard sur les ressources de la terre que nous restaurerons l’équilibre du masculin et du féminin si fragilisé ces derniers siècles.

Je reviens de Mongolie où mes amis chamans se désespèrent eux aussi de voir l’une des montagnes sacrées avoir été achetée par Areva pour une autre forme d’extraction de minerais. Je me rends le mois prochain retrouver mes amis chamans au Brésil qui luttent pour racheter les terres de leurs ancêtres et y vivre paisiblement comme le faisaient nos anciens, dans le respect d’une terre vivante et vibrante.

Nous ne souffrons pas sur notre planète d’un manque de ressources, mais d’un manque de sagesse, de partage et de sensibilité.

Philosophiquement, symboliquement et même politiquement, la direction que prend ce projet est tellement violente qu’elle envoie encore au peuple français un signal fort qui rappelle que le pouvoir de l’argent n’a pas de limite et que l’aveuglement de ce qui brille peut aller contre tout système de vie. C’est un signal aussi mortifère que violent pas seulement pour la Guyane mais pour nos voisins du monde entier. Vous ne vous grandirez pas de ce choix.

C’est pourquoi, je vous encourage avec tous les signataires de ce texte, de tout mes voeux à faire preuve de sagesse, d’humilité et de sensibilité pour abandonner sur le champ ce projet écologiquement si dramatique qu’il vous polluerait vous-même si vous aviez la folie de le maintenir.

Un proverbe français nous rappelle que « l’âge d’or sera celui où l’or ne règnera plus » puissiez-vous vous inscrire dans cet âge d’or.

@Emmanuelmacron #Montagnedor #Guyane

ARNAUD RIOU
Auteur - Conférencier

S’il résonne pour vous,
Je vous encourage à faire suivre
Ce texte au plus grand nombre
30.862 signatures
  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook
Partagez la pétition avec vos amis :

Vous pourriez soutenir aussi

Lancer votre pétition

Lancer ma pétition

Lancez votre pétition pour faire bouger les choses Je lance ma pétition