147 716 957 signatures sur MesOpinions.com

Abolition pure et simple des prisons

Sauvegarde en cours...
Pétition : Abolition pure et simple des prisons

Auteur : Will Fourniol

Destinataire(s) : Nicole Belloudet (Ministre de la Justice)
Emmanuel Macron, président de la République

Monsieur le Président, 
Madame la Ministre de la Justice. 

Une fois de plus la Direction Européenne des Droits de l'Homme avertit la France sur ses conditions pénitentiaires (surpopulation, insalubrité, promiscuité, violences...) mais relève cette fois un point de détail important: la politique du tout carcéral est un échec. Chose que d'ailleurs l'Observatoire International des Prisons dénonce depuis des années. Les chiffres sont clairs, le taux de récidive des personnes incarcérées est phénoménal, alors qu'il est nettement moindre pour les justiciables ayant bénéficié d'alternatives pédagogiques ou thérapeutiques, réparatrices le cas échéant. 

Madame Taubira, alors qu'elle était Ministre de la Justice sous la présidence de François Hollande, a développé toute une série d'alternatives a la prison, qui pour la plupart ne sont pas appliquées, par manque de moyens certes, mais ce manque de moyens est également dû à un manque de volonté politique. La facilité de choisir de punir, qui peut se comprendre d'un point de vue social (ça rassure la population à court terme) mais dont on connaît les conséquences catastrophiques, pour l'homme qui a commis le délit certes (l'enfermement est un meurtre psychologique) mais également de ce fait pour ses futures victimes potentielles.

Un être vivant qu'on met dans une cage devient un fauve, une bête dangereuse. À côté de ça d'autres pays d'Europe développent différentes alternatives : la "justice restaurative" par exemple existe depuis des années au Royaume-Uni et fonctionne très bien. Dans les pays du Nord on a choisi de dépénaliser les petits délits et ça fonctionne. Au Canada il existe des cliniques spécialisées pour les délinquants sexuels et ça aussi ça fonctionne. 

Sur le principe même, Monsieur le Président, Madame la Ministre, comment dans une démocratie moderne comme la nôtre peut on encore sans rougir de honte mettre nos concitoyens dans une cage ? 

Attardons nous maintenant deux minutes sur le public que les prisons accueillent. En simplifiant un maximum on y trouve deux catégories de personnes : des voyous et des malades mentaux. 
Les voyous pour la plupart sont le résultat d'une carence éducative voire sociale. Des gens qui ont été livrés à eux mêmes ou ont suivi des mauvais exemples à défaut d'avoir des personnes solides sur qui compter. Être né dans une famille en difficulté ou un quartier sans avenir est il un crime Monsieur Madame ? Tout manque éducatif peut être ratrappé à tout âge.

Regardez la ferme de réinsertion de Guy Gilbert, ça fonctionne très bien, les résultats sont bien plus éloquents que de brimer encore plus ceux de nos concitoyens qui n'ont déjà plus confiance dans les institutions de notre pays. Qu'il faille les isoler de leur milieu ça va de soi (après il serait intelligent de se poser enfin depuis les années 60 la question de l'interet et même de la légitimité de parquer des êtres humains dans des tours de 20m de haut bien souvent loin du centre ville, nécessairement ça créé un microcosme en marge de la société) mais pour un endroit où ils pourront faire quelque chose de constructif de leur vie. Je connais ces gens, j'ai grandi avec eux, ils brûlent de participer à la société, mais l'isolement et le regard des gens ne les y aide pas. Les enfermer ne fait que leur confirmer que la société ne veut pas d'eux. 

Enfin la deuxième sorte de justiciables, les malades mentaux. Qu'il faille les isoler dans le cas avéré où ils seraient un danger pour la société (ce qui n'est pas le cas de tous les condamnés) est en effet primordial. Mais la place d'un malade n'est pas en prison voyons. Par définition un malade a besoin de soins. Il existe certes un processus de soins durant ou même après l'incarcération et c'est une bonne chose, mais laissez moi douter de l'efficacité de ce genre de mesures. La prison détruit, frustre, rend méchant, fait perdre toute notion de bien ou de mal. Quelle efficacité et quelle moralité de détruire quelqu'un pour ensuite prétendre le reconstruire ? Le simple fait qu'un homme a peine sorti de 15 ans de prison pour des faits similaires voire moindres viole une gamine devrait vous interpeler. La prison ne soigne pas, au contraire elle aggrave la condition mentale du détenu. Les malades ont besoin de soin et uniquement de soins, quitte à les enfermer s'ils sont réellement dangereux, mais dans des structures adaptées. À quoi servent les hôpitaux psychiatriques sinon à soigner les malades ? Là encore il y a un manque de moyens me direz vous. Je vous répondrai là encore que c'est plus une faute de priorités. J'y reviens. 

Troisième et dernier point. La protection de l'enfance. 
Notre gouvernement se considère progressiste et à ce titre, ainsi que sous une certaine inflexion populaire, il prend le parti de protéger les plus faibles de ses citoyens, notamment les enfants. L'idée en soi et absolument légitime, le gouvernement est comme un père de famille, or quel père ne protégerait pas le plus jeune de ses fils ? 
Mais si donc vous voulez protéger notre jeunesse, comment retrouve t'on des mineurs dans des lieux de type carcéral, lieux dont on a amplement demontré que même pour leurs aînés ils s'avèrent hautement destructeurs ? Que vous preniez le parti d'enfermer provisoirement avec leur famille des enfants qui n'ont pas de l'égalité sur le sol français est déjà fortement sujet à caution. Un enfant non autorisé sur notre sol reste techniquement un enfant. Mais au delà de ça concernant les mineurs qui sont citoyens français à part entière on peut se faire incarcérer à partir de 13 ans, voire moins sous dérogation en France. Est ce votre vision du Pays des Droits de l'Homme, mettre un enfant dans une cage ? Pourquoi avoir supprimé l'Ordonnance 1945 qui stipulait clairement qu'un enfant avant d'être un délinquant reste un enfant ? Quelles conséquences imaginez vous que puisse avoir sur le psychisme en pleine formation d'un ado de 15 ans de rester enfermé 22h par jour dans 9m2 pendant des mois voire des années ? Ne pensez vous pas que c'est justement créer de la criminalité ? 

Monsieur le Président, Madame la Ministre, la prison est un vestige d'un temps révolu. Nous sommes à même de trouver des solutions plus humaines et plus efficaces aujourd'hui. Il y a un manque de moyens notoire c'est vrai, mais je vous invite à voir la chose sous l'angle inverse. Savoir que si on n'investit nettement moins (plus du tout serait l'ideal) dans le secteur police-justice et dans les prisons qui vont avec, là ça fait beaucoup d'argent qu'on peut investir dans l'educatif, le social, et le thérapeutique. Vous vous targuez Monsieur le Président d'être adepte de réformes courageuses, et bien je vous prends au mot. Reformons.

Oublions le tout punitif qui n'a fait durant toutes ces années qu'aggraver le problème de la délinquance et passons à des solutions humaines et efficaces, dignes de notre pays et de notre époque. 
4.017 signatures
  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook
Partagez la pétition avec vos amis :

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Lancer votre pétition

Lancer ma pétition

Lancez votre pétition pour faire bouger les choses Je lance ma pétition