64 848 840 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Enfants

Signez la pétition

Déjà 8.136 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Sauvons l'accompagnement des enfants handicapés en milieu scolaire !

Sauvons l'accompagnement des enfants handicapés en milieu scolaire !

Auteur : Sandra R.

Créé le 11/10/2017  

À l'attention : du Ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer.

Savez-vous ce qu'est un Auxiliaire de vie scolaire, appelé également AESH (accompagnant d'élèves en situation de handicap) ?
En 2005, la réforme sur l'égalité des droits et des chances favorise la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire. Le nombre d'enfants accueillis alors dans nos écoles s'accroit considérablement.
Pour accompagner ces enfants dans les meilleures conditions, nos instituteurs(trices), professeurs, bénéficient de l'aide des auxiliaires de vie scolaire. Ces AVS permettent à l'enfant handicapé :
- D'accomplir des gestes qu'il ne peut faire seul.
- Ils travaillent en collaboration avec l'enseignant.
- Ils facilitent le contact entre l'élève et ses camarades de classe.
- Ils veillent à l'encourager dans ses progrès en autonomie.
Avant l'arrivée des AVS, nombre de ces enfants étaient abandonnés dans un coin de la classe ou placés dans des centres spécialisés. Pourtant, ces élèvent suivent aujourd'hui une scolarité classique et s'en sortent comme leurs camarades dits normaux. Les AVS sont donc une aide indispensable tant pour ces enfants que pour leurs enseignants.
Pourtant ces agents sont les "travailleurs pauvres" de l'Éducation Nationale.
- Les AVS travaillent de 24 à 26 heures payées 20 heures, soit un salaire de 680 euros par mois. (n'inclut pas le travail de préparation et de recherches).
- Il y a encore là une différence de salaire, une AVS en CUI (contrat aidé) à un salaire de 680€ alors
qu'une AESH en CDD est à 620€ par mois.
- Leurs contrats sont des CUI (contrats uniques d'insertion) de 1 an, renouvelables une fois.
- Souvent, ces agents travaillent loin de chez eux, dans deux établissements éloignés l'un de l'autre et ne bénéficient d'aucune aide pour leur transport.
- Au terme de leur contrat, ces employés dévoués sont renvoyés au chômage sans indemnité de départ.
- Les rares AVS (ou AESH) qui obtiennent un CDI sont embauchés sous les mêmes conditions horaires et salariales que leurs collègues en contrat CUI. Pour autant dire, l'éducation nationale pérennise la précarité.
- Absence de mutuelle (le CDD n'obligeant en rien à la fournir).

Comment est-il possible en 2016 que des employés du service public, qui occupent une fonction humaine et cruciale soient des travailleurs pauvres? Il est primordial que l'Éducation Nationale soit cohérente avec les principes d'égalité des chances qu'elle symbolise et véhicule! Dans l'inconscient général, l'école n'est-elle pas censée tirer l'Humain vers le haut et s'affirmer dans une lutte contre la précarité?
Aussi, il est indispensable que le statut de ces agents soit revalorisé, titularisé et qu'ils puissent travailler 35heures (plusieurs pistes sont possibles pour combler les 9 heures manquantes ; tout en sachant que les besoins sont tels que ce problème n'en est pas vraiment un).
Tout travail mérite un salaire qui devrait permettre à chacun de vivre décemment, non?
Il est également important que ces emplois soient sanctionnés par un diplôme reconnu.
Donc, je m'associe à toutes personnes de bonne volonté (AVS, enseignants, parents d'élèves handicapés ou non... etc.) pour demander :
- Une revalorisation du salaire.
- Une titularisation au terme du CUI.
- Un emploi à temps complet.
- Une formation qualifiante.
- Un budget pour les frais d'encadrement des élèves handicapés.

Alors, n'hésitez pas à signer pour dire non à la précarité au sein de nos écoles!