124 708 984 signatures sur MesOpinions.com

Suivez-nous !

Pétition : Soutien à M. AKA, étudiant en doctorat menacé de reconduite à la frontière
Victoire !

Grâce à 255 personnes, la pétition a atteint la victoire.



Lire la victoire

Soutien à M. AKA, étudiant en doctorat menacé de reconduite à la frontière

Auteur : RUSF

Mise à jour

À l'attention : Monsieur le Préfet de la Marne, Préfet de Région

Monsieur le Préfet,


M. Kouadio Jean-François AKA, étudiant ivoirien, est régulièrement inscrit en thèse de droit public depuis un an à l'Université de Reims Champagne-Ardenne. Il vit par ailleurs en concubinage depuis 2 ans avec une étudiante chinoise en situation régulière, brillante elle aussi, et ils attendent un bébé pour la fin de l'année 2010. Après une mise en rétention du 23 au 25 juillet dernier, il a été libéré sur intervention du cabinet de M. Besson, ministre de l'Intégration, de l'Immigration et de l'Identité nationale. Il a reçu également le soutien renouvelé du cabinet de Mme Pécresse, ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.


Les instances de l'Université de Reims Champagne-Ardenne se sont également mobilisées en sa faveur, du Vice-Président des Etudes et de la Vie Universitaire au Doyen de la Faculté de Droit et de Science Politique, en passant par la Directrice de l'Ecole Doctorale en Sciences de l'Homme et de la Société, le Directeur du Centre de Recherche dont il dépend, ainsi que son directeur de recherche en thèse et des enseignants qui attestent, chacun pour ce qui le concerne, de la validité de son inscription et de son sérieux.


Malgré toutes ces interventions et attestations, il est toujours menacé de reconduite à la frontière, ce qui remettrait en cause la fin de ses études et sa vie de couple et de père de famille d'un enfant à naître. Sa compagne enceinte subit également très douloureusement le stress de cette situation, au risque de perdre le bébé.


Au vu de toutes ces informations, nous vous demandons par conséquent de suspendre les mesures d'exécution de sa reconduite à la frontière et de bien vouloir régulariser la situation de M. AKA au plus vite, dans l'intérêt à la fois de ses études et de sa famille en France.


Comptant sur votre compréhension, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de notre considération distinguée. Le Réseau Université Sans Frontières de Reims Champagne-Ardenne.