139 384 104 signatures sur MesOpinions.com

CONTRE LES OBLIGATIONS A QUITTER LE TERRITOIRE FRANCAIS EN ARIEGE

Sauvegarde en cours...
Pétition : CONTRE LES OBLIGATIONS A QUITTER LE TERRITOIRE FRANCAIS EN ARIEGE

Auteur : Collectif de soutien aux réfugiés en Ariège

Destinataire(s) : Madame la Préfète de l'Ariège

‌Madame, Monsieur le Maire
Mmes et Mrs les conseillers municipaux

Nous souhaitons vous alerter sur la situation en Ariège vis à vis des demandeurs d'asile.

Le Comité contre les OQTF en Ariège, qui regroupe des personnes et des groupes solidaires avec
les migrants, s’élève devant les nombreuses mesures d’obligation à quitter le territoire (OQTF), d’assignation à résidence, de rétention et d’expulsion prises récemment par la préfecture, en application d’une politique migratoire absurde et inhumaine.
Alors que les fantasmes d’une immigration invasive, contre laquelle il faudrait encore durcir le ton, prennent une place de plus en plus grande dans les discours politiques et officiels, nous appelons à soutenir toutes les personnes qui, victimes d’un durcissement sans précédent des conditions d’accueil, sont poussées à rejoindre manu militari les lieux de souffrance, d’angoisse, d’insécurité et de misère auxquels elles ont échappé, en prenant souvent les plus grands risques.

L’application a minima du droit d’asile (par l’OFPRA), qui consiste à trier les réfugiés selon des critères arbitraires et extrêmement sélectifs met aujourd’hui un nombre de plus en plus important de personnes dans des situations intolérables. La préfecture, qui a le pouvoir de régulariser leur situation et d’éviter ainsi des drames humains, fait le choix de ne pas entendre et déclenche à tour de bras des procédures de reconduite à la frontière.
Ainsi, Osman kEITA compagnon d’Emmaüs à Lavelanet depuis deux ans et demi, en France depuis cinq ans, a reçu une OQTF. Le fait que sa région, au Mali, soit le théâtre d’opérations de groupes armés se livrant à des exactions ne constitue pas, pour les autorités, un risque pour lui en cas de retour. Et le fait que cette zone frontalière avec la Mauritanie soit dans le même temps formellement déconseillée aux voyageurs français pour les mêmes raisons par le ministère des Affaires étrangères (« zone rouge ») ne fait pas tiquer la préfecture !
Dans ce tri des migrants selon leur origine, la Géorgie est considérée comme pays sûr depuis 2013 par l’OFPRA, ce qui justifie que l’on puisse expulser Melano SHUBITIDZE et ses deux enfants de 15 et 3 ans vers Tbilissi. Pourtant, selon l’OFPRA lui-même, le niveau des violences faites aux femmes en Géorgie est à l’origine de « graves préoccupations » (Nations unies). Ces violences, dans une société patriarcale où la tradition a bon dos, sont tues, faisant souvent l’objet d’une omerta de la part des proches des victimes, d’où la difficulté à obtenir des témoignages. Melano, en grande détresse depuis la mesure de reconduite à la frontière, n’a pu se résoudre à monter dans l’avion avec ses enfants, scolarisés en école maternelle et au collège de Lavelanet, ville où elle aussi a su tisser des liens. La famille vit quotidiennement dans une insécurité totale, craignant la rétention et l'expulsion.
Une famille albanaise avec trois enfants a également fait l’objet d’une OQTF, elle passe au tribunal à Toulouse le 4/11.
Sans oublier les menaces sur Pierre Kilongo, congolais, installé avec ses trois enfants scolarisés depuis trois ans à Massat où seule la mobilisation des citoyens a permis que le tribunal juge en faveur de l’annulation de l’OQTF.

 
Premiers signataires : Comité contre les OQTF en Ariège – Collectif Soutien réfugiés Ariège – Coordination Volvestre – Collectif Montbrun-Bocage – Comité de soutien Massat – Collectif Migrants Comminges – Michel LARIVE, député de la 2ᵉ circonscription de l’Ariège – ATTAC 09 – ACAT 09 – Couserans-Palestine –  Solidaires (Ariège, Comminges)…
55 signatures
  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook
Partagez la pétition avec vos amis :

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Lancer votre pétition

Lancer ma pétition

Lancez votre pétition pour faire bouger les choses Je lance ma pétition