57 495 039 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Droits de l'homme

Signez la pétition

Déjà 226 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Pour l'accueil des personnes réfugiées au Québec, Canada. Ne renions pas notre humanité

Pour l'accueil des personnes réfugiées au Québec, Canada. Ne renions pas notre humanité

Auteur : Collectif pour l’accueil des personnes réfugiées

Créé le 25/01/2017  

À l'attention : de Monsieur Ahmed Hussein, Ministre de l’Immigration des réfugiés et la citoyenneté, Canada ; Madame Kathleen Weil, Ministre de l’Immigration, Québec

Dans un contexte de crise mondiale des réfugié(e)s où des milliers de femmes, d’enfants et d’hommes cherchent à fuir la guerre, la misère et l’insécurité, nous nous adressons à vous en votre qualité de Ministres de l’Immigration ayant le pouvoir d’agir et de faire honneur aux valeurs de solidarité dont nous nous targuons ici comme à l’étranger.


Le 9 janvier dernier, le Québec annonçait la suspension, à partir du 27 janvier 2017, de toute nouvelle demande de parrainage collectif de personnes réfugiées, alors même qu’un mouvement citoyen sans précédent prend vie pour accueillir ces populations. Pour justifier sa décision, le Québec invoque notamment les délais indus dont souffrent les groupes de parrainage, alors que tous et toutes savent que l’allocation de ressources supplémentaires modestes permettrait de régler ce problème. Pour nous, cette décision n’est pas « pragmatique « ou « responsable », comme l’entend le gouvernement du Québec. Elle est avant tout idéologique. Le gouvernement du Québec n’a pas à cautionner l’inertie du gouvernement fédéral qui est principalement à l’origine des délais indus.


Aussi, le Québec justifie sa position en s’appuyant sur la décision d’Ottawa de réduire les « cibles » de personnes réfugiées annuellement et de resserrer les critères d’admissibilité. Ainsi, des 10 000 personnes en cours d’examen fin 2016, une grande partie ne foulera pas le sol québécois avant 2018, voire 2019. Et pour 2017, Québec ne permettra qu’à seulement 4 400 personnes déjà parrainées par le programme collectif de trouver refuge ici, une baisse significative par rapport à 2016. L’écrasante majorité de ces personnes sont attendues par des gens prêts à les prendre en charge et à les accompagner, pour leur installation. Le parrainage collectif implique en effet que des citoyennes et des citoyens assument la responsabilité morale et financière de l’intégration de personnes réfugiées.

Derrière ces « dossiers » en attente, il y a des visages que nous voyons sur Skype, des voix que nous entendons au téléphone, des histoires et des familles forcées à fuir la guerre, à vivre dans l’extrême précarité et dans l’attente, des familles avec lesquelles nous avons tissé des liens sur la simple base de notre humanité commune.


Alors que le Québec parle de respecter la « capacité d’accueil » de la province, mentionnons à titre d’exemple que la MRC de l’Assomption n’a accueilli à ce jour aucune personne réfugiée, malgré l’engagement de parrains et de marraines. Cette MRC compte 120 000 citoyens et citoyennes.


Ottawa et le Québec prennent aujourd’hui une décision politique qui nous privera, comme citoyens et citoyennes, de notre droit à manifester notre solidarité envers les personnes réfugiées. Le refuge est un droit et non un privilège.


Nous demandons que les gouvernements canadien et québécois haussent les « cibles » d'accueil des personnes réfugiées à la hauteur des besoins et de l’élan de générosité exprimé par une grande partie de la population.


Nous demandons que les gouvernements du Canada et du Québec allouent les ressources humaines nécessaires au traitement, dans un délai raisonnable, des demandes de parrainage qui émanent des divers secteurs de la société civile.


Nous demandons que le gouvernement québécois annule la suspension du programme de parrainage collectif, un formidable outil pour faire de l’intégration des personnes réfugiées une source de richesse pour la société québécoise dans son ensemble.


Nous demandons que les gouvernements fournissent l’aide nécessaire aux groupes de parrainage pour mener à terme leurs démarches de solidarité.

Nous demandons une société qui accueille.


Nous demandons une société qui ne renie pas son humanité.