64 915 416 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Autres

Signez la pétition

Déjà 33 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Quelle rentrée pour les familles Sartrouvilloises ?

Quelle rentrée pour les familles Sartrouvilloises ?

Auteur : Karen Bergère

Créé le 05/07/2017  

À l'attention : de Monsieur le Maire de Sartrouville, Pierre Fond

Monsieur le Maire, 

Nous vous écrivons aujourd'hui afin de vous faire part de notre étonnement et vous demander un engagement fort de notre ville dans le cadre du retour à la semaine de 4 jours.

Dans le cadre des conseils d'école, les représentants de parents d'élèves ont validé le retour à la semaine de 4 jours.
Nous revenons vers vous aujourd'hui car les délais très courts n'ont pas permis, à notre sens, à une majorité de familles de s'exprimer. Notamment celles dont les parents doivent faire appel à une garde le matin et/ou le soir.

En effet, les fédérations ont été prévenues de la date des conseils d'école environ une semaine avant les dates effectives. De plus, à trois jours de ladite date, il leur a été demandé de se prononcer en notre nom pour ou contre le retour à la semaine de 4 jours dès la rentrée 2017.
Les réseau sociaux ayant œuvré ainsi que le bouche à oreille, la nouvelle est parvenue à plusieurs familles dans la cacophonie la plus globale. Le message central relayé étant "le retour de la semaine de 4 jours a été décidée par la mairie, les détails seront évoqué lors des conseils d'école."

Nous ne referons pas l'histoire, nous vous demandons aujourd'hui des solutions concrètes.

Depuis la rentrée 2016, l'IFAC a remplacé l'OMEF. Il avait été indiqué que cela n'aurait pas d'incidence pour les familles... Le personnel a changé dans sa grande majorité soit par le jeu des mutations soit par des départs suite à la reprise. L'équilibre installé dans les centres entre les familles les animateurs et plus encore nos enfants en a ainsi été fortement modifié.
Suite à ces changements d'équipe, les centres ont dû faire face à un fort turn over en début d'année puis au recrutement de personnes n'ayant pas nécessairement la motivation ou les qualifications que requiert ce type d'emploi :

- animateurs criant sur les enfants mais qui change de ton lorsqu'ils aperçoivent les parents pour demander que le calme ne revienne.* animateurs ayant des jeux violents ou non adaptés aux enfants dont ils ont la charge (jeter les enfants sur le sol afin de leur faire peur après une bêtise par exemple)
- animateurs prenant la liberté de noter les dessins que les enfants ont réalisés sur le temps où ils leur ont été confiés (7/10 par exemple)
- animateurs montrant des photos de dessins animés sur leurs portables aux enfants sur les heures de garde
- animateurs ne sachant pas localiser un enfant sur le centre de loisirs     et invitant les parents à aller de salle d'activité en salle d'activité afin de retrouver leur enfant
- animateurs faisant écouter des musiques aux paroles et chorégraphies inappropriés aux enfants ("assassins de la police", textes misogynes, etc.)
- animations durant les vacances ne correspondant pas à celles annoncées. Parfois toutes les sorties sont annulées ou reportées ou réduites à un groupe d'enfants bien qu'initialement prévues pour l'ensemble des enfants. Ce constat a été fait notamment pour les moyenne sections qui sont ajoutés aux sorties des petites ou grandes sections selon les places disponibles. Ils peuvent ainsi ne pas faire de sortie sur l'ensemble de la semaine.
- animateurs mentionnant à un enfant avec des intolérances alimentaires que "s'il ne boit pas le lait il va mal grandir". Ces phrases lourdes de sens et de menaces sont impressionnantes pour un enfant de maternelle. Le goûter est proposé aux enfants. Pourquoi faire preuve de menaces pour obliger les enfants à manger ? 
- animateurs répondant "il est moche ton bracelet" à une petite fille venant montrer fièrement le cadeau d'une copine de classe à cet animateur, cet adulte avec qui elle voulait partager sa joie.
- pas de mesure dans les jeux d'eau, le 4 juillet 2017 notamment, plusieurs familles ont récupéré leur enfant littéralement trempé au lieu d'être rafraîchi par l'activité... Il suffisait d'essorer les vêtements.

Ces situations ont été évoquées avec les responsables de centre concernés mais n'ont pas eu de suite ou d'améliorations tant ces jeunes recrues ne sont pas impliquées dans leur travail. 
Plusieurs familles n'identifient plus le responsable de centre comme capable d'apporter une solution à ce problème global aussi nous nous tournons vers vous.

Ces exemples de situations avérées sans être exhaustifs vous permettront de comprendre les raisons de notre inquiétude.

Un questionnaire a été mis à la disposition des familles afin de recueillir notre avis quant aux prestations proposées. Ce questionnaire a été positionné en libre service mais non valorisé/présenté/proposé. Parfois il était sous une pile d'autres documents informatifs comme des tracts de manifestations culturelles sur la ville par exemple. Les résultats devaient être glissés dans une urne colorée bricolée n'en garantissant pas la confidentialité.Une version électronique a également été mise en ligne ... il fallait compléter 3 fois le formulaire afin de distinguer les modes de garde de garderie du matin, du soir et des vacances.
Aucune identification n'est demandée... chacun peu compléter le formulaire 3, 4 , 10 fois s'il le souhaite.
A ce jour nous n'avons eu aucun retour sur les résultats et estimons que ces procédés de mise en oeuvre ne garantissent ni un fort taux de participation ni une transparence dans le traitement des réponses obtenues.

Sans en attendre les réponses, il a été annoncé le 5 juillet 2017 sur le site internet de la ville après plusieurs jours d'annonces non officielles, que le retour à la semaine de 4 jours avait été entériné par le Conseil Municipal dès la rentrée 2017/2018.
Ce retour a pour conséquence directe que nos enfants soient confiés le mercredi en journée complète aux mêmes animateurs ayant eu à répétition les comportements déplacés cités ci-dessus.
Nous apprenons dans le même temps de nouveau des mutations du personnel confirmé vers d'autres centres de loisirs.


Afin de préparer une rentrée plus sereine pour les familles Sartrouvilloises, nous vous demandons d'étudier les propositions concrètes suivantes.

1/ Retour de l'IFAC aux Conseils d'Ecole : 
Depuis la rentrée 2016, l'IFAC n'est plus convié aux Conseils d'école. L'année s'est donc écoulée sans encadrement de ce nouvel organisme.
Nous demandons qu'ils soient systématiquement présents à chaque Conseil d'école avec un représentant apte à prendre des engagements devant madame Poulet, les représentants de parents d'élèves et l'équipe enseignante.
Nous souhaitons qu'une communication soit instaurée afin d'améliorer la situation plutôt qu'attendre qu'un accident grave ne se produise.

2/ Engagement d'un cadre ne véhiculant pas de propos inadaptés face aux enfants dont ils ont la responsabilité :
Nous demandons qu'un meilleur équilibre entre les personnes qualifiées et le personnel demandant un perfectionnement de formation soit respecté pour chaque centre IFAC de la ville afin que nos enfants ne soient plus exposés à des propos anti forces de l'ordre, sexistes, diffamatoires ou des menaces que nous mettrons sur le compte d'une maladresse chronique.
Si la présence d'après-midi "boum" est saluée par les familles et appréciée par les enfants, un choix plus adapté des chansons diffusées à nos enfants est nécessaire.
Nous demandons que la ville s'engage auprès des parents à demander à l'IFAC que cet équilibre soit respecté et que plusieurs personnes d'expérience soit présentes sur les sites.
Cela devrait également permettre d'améliorer la qualité des animations proposées et leur variété.


3/ Accompagnement des familles sur l'année scolaire 2017/2018 :
Monsieur le Maire, de facto le retour a la semaine de 4 jours aura pour conséquence que les familles doivent verser une demie-journée supplémentaire d'indemnités de garde à l'IFAC alors que les troisièmes et quatrième trimestres sont marqués par les paiements des impôts locaux, fonciers pour les familles concernées en plus de l'impôt sur les revenus.
Ce surcoût de dernière minute n'est pas sans impact pour les ménages.
Nous vous demandons que devant le caractère exceptionnellement rapide de cette mise en oeuvre un accompagnement temporaire soit mis en place et que le budget précédemment alloué à la prise en charge de la "petite garderie" de 15h50 à 16h30 soit ré-affecté en subvention temporaire afin de prendre en charge une partie des frais de garde du mercredi.
Même si in fine le montant sera symbolique, cumulé sur l'ensemble de l'année scolaire l'aide serait appréciée des familles Sartrouvilloises.

Nous vous confions, Monsieur le Maire, notre constat et nos propositions de solutions.

Dans l'attente de votre réponse.

des Familles Sartrouvilloises