136 388 457 signatures sur MesOpinions.com

Suivez-nous !

Pétition : Disparition de mon fils Romain PLANEIX le 3 Décembre 2006.

Signez la pétition

Déjà 119 signatures

    Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...

Disparition de mon fils Romain PLANEIX le 3 Décembre 2006.

Auteur : Marie-Odile PLANEIX

À l'attention : PUBLIC

Pétition La vérité concernant la disparition de mon fils Romain PLANEIX, le 3 Décembre 2006..

Pour:Public.

La vérité concernant la disparition de mon fils Romain PLANEIX, le 3 Décembre 2006..
par Marie-Odile Planeix, vendredi 12 Juillet 2013 14:00 ·

Je ne veux m'acharner sur personne, je cherche simplement la vérité pour mon fils Romain PLANEIX, et je ne lâcherai pas l'affaire. Il y a des responsables. Un dossier classé peut toujours se rouvrir à condition de trouver un élément important.

Romain quitta notre ville de LIMOGES au volant de sa voiture, une R25 Courchevel blanche, avec trois passagers à bord, contre son gré. Ce, le Dimanche 3 Décembre 2006, vers 22h30.

Des témoignages l'ont confirmé.

Mon fils avait déménagé depuis deux mois et venait passer la soirée en famille. Si Romain n'avait pas quitté le domicile familial, ces types n'auraient pas osé sonner chez nous, mais malheureusement Romain arrivait dans notre hall et ils se trouvaient là, c'était facile pour eux de le piéger. Je le souligne...tout comme le policier qui m'a auditionnée l'a fait. Aujourd'hui Romain continuerait à vivre sa vie tranquillement.

A son arrivée, ces trois anciens voisins demandèrent à Romain de les conduire en Espagne, selon les dires de la famille de deux d'entre eux et d'autres témoins.

Mon fils fut retenu dans le hall de notre immeuble entre 19h15 et 20h45 environ. Puis, à force d'être harcelé, vers 20h45, Romain accepta de les conduire au CHU pour rendre visite à la compagne de l'un d'entre eux, hospitalisée depuis la veille. (Confirmé par la personne elle-même le soir de l'accident, à notre domicile, devant témoins).

Pendant cette première période, un couple de voisins du premier étage avait vu mon fils cerné par une bande de jeunes dans le hall, dont les trois anciens voisins qui avaient besoin d'un véhicule... Ils ne m'avaient pas prévenue parce que ce groupe parlait sans agressivité, juste un peu de bruit. Et puis ces voisins ne pouvaient deviner ce qui allait se passer par la suite. Plus tard, je veux dire longtemps après, ils parlèrent à des policiers en ma présence.

"Ils avaient peur pour leurs enfants...aussi."

Romain redescendit avec ces trois anciens voisins un peu après 21h, selon des voisins. Il pensait sans doute en être délivré!

"Hélas, ils empêchèrent Romain de descendre de son véhicule, le harcelant, j'oserais dire le séquestrant."

Selon des témoins, Romain leur disait qu'il ne voulait pas faire ce voyage, qu'il ne voulait partir nulle part, qu'il allait rejoindre sa mère et sa sœur. Il parlait aussi de ses cours à la Fac le lendemain et de ses partiels le surlendemain. Rien n'y fit. D'après un jeune homme, l'un des trois passagers répondit à Romain qu'il serait de retour pour 8 heures, qu'il pourrait se rendre à la fac!!! Nuit blanche en perspective, quoi! Normal pour eux!

En redescendant du CHU, après 21h, mon fils ne put se garer devant notre immeuble comme il avait pu le faire à 19h15. Il se gara donc, ou fut contraint de le faire, au bout de notre rue, sur la pente qui mène au parking. (Aux dires de témoins). Nous ne pouvions donc pas apercevoir son véhicule. Il faisait nuit. ROMAIN SE RETROUVAIT BIEN SEUL ENTOURE DE CES TROIS TYPES!!!

En tout Romain fut retenu plus de trois heures.

Il démarra contraint et forcé après 22h15 (puisqu'il fut vu jusqu'à cette heure-là).

Par la suite j'appris par un neveu de deux des passagers, qu'à 23h30 ils étaient toujours dans la périphérie de Limoges...Donc faire ensuite l'aller-retour en Espagne depuis Limoges et se trouver de nouveau en direction d'Angoulême à 5h du matin pour finir dans une collision avec un poids lourd vers 5h45 selon le rapport d'autopsie c'était impossible! Mon fils roulait avec "un 90", conducteur débutant depuis 18 mois.

Ce jour-là, il portait un pull jaune, un pantalon noir, un blouson noir avec une capuche bordée de fourrure marron clair, un bonnet gris foncé avec une bande gris clair et des chaussures légèrement montantes noires, avec un liseré noir et blanc autour de la cheville.

L'accident de la voiture de mon fils Romain se produisit à 5h45, le lundi matin.

La voiture était entrée en collision avec un poids lourd et elle s'enflamma aussitôt. Les pneus éclatèrent et l'on retrouva deux corps carbonisés.

Que se passa-t-il entre 22h30 et 5h45 dans la nuit du 3 au 4 Décembre 2006???

Les prélèvements faits au cours de l'autopsie le soir de l'accident furent perdus dans la semaine qui suivit l'accident, par la morgue ou par le transporteur...m'a-t-on dit. Le lot témoin fut détruit deux mois plus tard selon les dires d'un OPJ chargé de l'identification des corps, me précisant que pour la recherche de l'ADN, c'est au Procureur de décider... Quand deux corps sont carbonisés l'ADN est indispensable.

Dans les affaires de mon fils il manquait sa montre avec bracelet en métal, une chevalière en argent, deux cartes bancaires et son téléphone portable.

L'OPJ, chargé de l'identification des corps, qui s'occupa du corps du conducteur, supposé être mon fils, trouva les papiers d'identité de Romain, devant, entre le slip et le pantalon! Pas le genre de mon fils. Il se servait de ses poches intérieures de veste ou d'une sacoche l'été. Il y avait sa carte d'identité, sa carte d'étudiant et son permis de conduire.

Le conducteur du poids lourd déclara dans un procès verbal que le conducteur de la R25 de mon fils était de couleur. Romain n'est pas de couleur. Les pieds du conducteur avaient été protégés par les chaussures et il n'y a pas de photo pour vérifier s'il s'agit d'une personne de couleur ou pas.

Une assistante de l'institut médico légal me confia au téléphone, que la voiture était bien identifiée comme appartenant à mon fils mais qu'il n'y avait aucune certitude absolue qu'il la conduisait cette nuit-là. Toute cette nuit-là...

Je m'adresse à vous tous, et si parmi vous, un journaliste veut bien poursuivre l'enquête avec moi, je lui serai très reconnaissante. Six ans et plus d'un mois maintenant!

J'ai fait beaucoup de choses sans aboutir. Juste une lettre du Ministère de l'Intérieur qui démontre les erreurs de la justice...ci-après...

En effet, j'ai écrit au Président de la République en 2011. Le ministre de l'intérieur m'a répondu en Avril 2012, en me disant qu'un permis d'inhumer nous avait été remis le 12 Décembre 2006, jour où nous allions chercher le corps présumé de mon fils!!! Oui, ce permis avait été remis à un agent funéraire (pas à la famille de Romain)! Par déduction, selon le ministre, le corps carbonisé à l'extrême pour le visage (je l'ai vu), et l'ADN permettaient d'attribuer ce corps à mon fils. Mais plus loin dans la lettre il est écrit que les prélèvements perdus, le double perdu, ne sont pas le fait des gendarmes. Cela a été garantit par le général des armées... Pas de prélèvements donc pas d'ADN! Sans l'ADN du corps du conducteur présumé être Romain, et sans l'ADN d'un membre de la famille de Romain, mon fils, comment l'identifier avant le 12 Décembre 2006, jour de la cérémonie de crémation? Impossible!

Je précise que trois jours après l'accident, à la morgue, l'on me refusa d'ouvrir la housse contenant le corps présumé de mon fils. J'attendis le 12 Décembre pour le faire, en présence de ma fille et des agents funéraires venus chercher le corps avec nous. On ne peut reconnaître un visage fondu, plat, formant une masse noire avec le haut du corps. La tête avait été penchée sur l'épaule gauche.

Je ne tiens pas les gendarmes pour responsables, ni la morgue. Je cherche simplement la vérité pour la disparition de mon enfant. Il y a des responsables, à commencer par les trois anciens voisins qui ont harcelé Romain pendant trois heures pour sa voiture entre 19h15 et 22h30 environ...! Mais aussi, le dossier a été bâclé!

Je demande que les deux "rescapés" de cette tragédie, passagers de la voiture de Romain, que je tiens pour responsables de ce qui a pu arriver à mon fils ensuite, j'insiste, soient plus longuement entendus. Je remercie l'un d'eux de m'avoir insultée depuis "le départ" de mon fils!!! Sa mère m'a dit que lui, son frère et leur copain, avaient obligé Romain à démarrer, à les emmener...où?...et quoi d'autre entre 22h30 et 5h45???

Je remercie les personnes de bonne volonté qui accepteront de m'aider pour Romain. Je manque de moyens. Deux avocats ont refusé le dossier et un seul journaliste a bien voulu enquêter pour Romain.

Merci à ce monsieur. Depuis six ans je me bats sans relâche.

Merci pour mon fils. Que justice lui soit rendue.