132 398 011 signatures sur MesOpinions.com

L'Ecole de musique de Dol en danger

Sauvegarde en cours...
Pétition : L'Ecole de musique de Dol en danger
Auteur : Association musicale des Marais

Destinataire(s) : Tout citoyen.e attaché.e à la Culture

Au cours d’une réunion le mardi 14 mai 2019 à l’école de musique des Marais, l’ensemble des professeurs a appris que la Communauté de Communes souhaite diminuer les subventions qu’elle accorde aux associations musicales, et refonder les trois structures (association J’ai deux notes à vous dire, A la portée de tous, et association musicale des Marais) en une seule association.


Cette réflexion était en pourparlers depuis janvier, et il semblerait qu’elle arrive à sa conclusion. Il nous faut néanmoins parler au conditionnel. En effet, malgré plusieurs réunions entre le directeur de la communauté de commune (et maire de Dol) Mr Rapinel, la déléguée à la culture (et maire de Trans-la-Forêt) Mme Lejanvre et les directions des différentes associations musicales, pas un compte-rendu n’est apparu, et aucune décision officielle n’a été prise. Nous espérons donc nous tromper. Que tout cela soit un gigantesque quiproquo, tant les retours qui nous ont été fait semblent alarmants. Car si les propos qui nous ont été relayés sont confirmés, voilà ce à quoi les parents d’élèves et élèves adultes devront attendre l’année prochaine :


La dissolution pure et simple de l’association musicale des Marais. Une seule structure pour l’ensemble du territoire, avec une nouvelle organisation :


-Suppression de l’ensemble des pratiques collectives telles que le Jazz, la musique traditionnelle, l’harmonie, et l’ensemble de guitares.


- suppression des cours de formation musicale.


- suppression de l’éveil musical.


- suppression du poste de directeur et suppression du poste de secrétaire. Par conséquent, la disparition totale de notre saison culturelle (auditions, concerts, et différents partenariats). Les 11 évènements artistiques proposés cette saison seront remplacé par une audition de fin d’année.


-La perte de compétence pour tout passage de cycle ou examen musical.


-La fermeture de nos locaux, qui seront remplacés par deux salles mises à disposition pour l’ensemble de notre activité. Nous comprenons dès lors que la majorité de la pratique serait délocalisée, mais n’avons aucune information sur les distances supplémentaires à parcourir pour nos enseignants et pour les élèves.


-La réduction à 27 semaines de cours par an au lieu des 35 actuellement proposées par l’école. Le calcul est simple, ce serait deux mois de cours en moins dans l’année.


En résumé, nous assisterions à un enseignement musical plus complexe à obtenir en termes de distance, avec une ambition pédagogique revue à la baisse.


Mais si cette décision avait un impact sur le développement culturel de la commune, et sur la pratique artistique de ses habitants, elle aurait aussi un impact sur la vie des douze professeurs salariés au sein de l’école. Les professeurs de formation musicale et d’éveil musical se verront de facto licenciés. Et rien n’est garanti pour le reste du corps enseignant face à ce flou artistique à près d’un mois de la fin d’année. Il nous parait donc important de rappeler que plus qu’une association, ce sont des vies humaines qui se retrouvent actuellement impactées par ces décisions prises avec un sérieux qui nous laisse dubitatifs.


            Car autant que le fond, c’est la forme qui nous interroge. Face à l’absence de la moindre trace écrite, nous nous demandons comment une décision de cette importance ait pu sembler acquise pour certaines personnes ?


- les associations ont-elles acté officiellement leur restructuration ?


- les associations ont-elles fait paraître un avis concernant leur projet de restructuration avant la date de la première réunion des organes délibérants appelés à statuer sur l’opération ?


- le devenir de chacune des associations et la reconduction de leurs activités respectives a-t-il fait l’objet d’une concertation ?


 Concernant cette concertation, nous avons la réponse : le sujet des associations musicales n’a pas été à l’ordre du jour des assemblées de Communauté de communes de l’année, et n’est pas au programme des prochaines réunions jusqu’à juillet ! Nous ne pouvons dès lors nous retourner que vers Mr Rapinel, Mme Lejanvre et Mme Mabile, seuls élus de la ComCom’ avec qui la direction a pu échanger sur ce dossier, pour plus d’informations… Et regretter qu’une telle décision n’ait pas été réfléchie avec l’ensemble des élus, qui sont pourtant tout aussi impliqués dans le rayonnement du territoire, au lieu de rester dans les mains de son président et de sa déléguée à la culture.


            Nous comprenons parfaitement les raisons de ces choix, et les restrictions budgétaires qui touchent l’ensemble des associations partout en France. Elles sembleraient légitimes à vouloir transformer les 73000€ allouée par an aux trois associations musicales en 35000€ pour la future structure unique, avec une volonté déclarée de descendre à 20000€ par la suite, soit moins d’un tiers des subventions actuelles… Mais à nouveau, nous nous interrogeons : avec un budget de fonctionnement de plus de 11 millions d’euros, la communauté de commune dépense actuellement 0,26% de ses subventions pour notre école. Il nous parait donc surprenant de s'attaquer à cette structure si l'on souhaite travailler efficacement à un redressement budgétaire.



Nous ne sommes malheureusement pas les seuls concernés, et  dans une période où la ComCom’, par la voix de Mr Rapinel confirme la fermeture d’une crèche actuellement située au cœur de Dol de Bretagne, nous sommes en droit de nous demander quelle vision de l’avenir a le maire pour sa ville, et pour sa jeunesse.


Face à ce constat, le souhait de l’ensemble du corps pédagogique de l’école est simple : le maintien complet de l’école et de l’ensemble de ses postes sans équivoque. Le remplacement du départ en retraite de notre directeur à la rentrée, ou a minima la mise en place d’un poste de coordination. Et la prise de conscience de nos élus que non, la musique n’est pas une compétence optionnelle comme il nous l’aurait été rapporté, mais un trésor qui façonne l’identité d’une population et contribue au rayonnement d’un territoire.


Face à une décision qui semble avoir été prise en comité réduit, la voix du plus grand nombre sera notre meilleur arme pour nous faire entendre auprès de l'ensemble des élus de la communauté de communes, qui décideront de l'avenir de l'école. Un grand merci à vous pour votre soutien à travers cette pétition, n'hésitez surtout par à la partager par la suite!

Victoire !

Grâce à 7.086 personnes, la pétition a atteint la victoire.


Lire la victoire

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Lancer votre pétition

Lancer ma pétition

Lancez votre pétition pour faire bouger les choses Je lance ma pétition