64 852 047 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Arts et culture

Signez la pétition

Déjà 469 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Cinéma de Mons-en-Montois :  nous exigeons la reconduction immédiate du contrat aidé de Benoît, le projectionniste !

Cinéma de Mons-en-Montois : nous exigeons la reconduction immédiate du contrat aidé de Benoît, le projectionniste !

Auteur : Emmanuel Thevenon

Créé le 03/09/2017  

À l'attention : de Laura Raynaud, sous-préfète de Provins ; Christian Jacob, député ; Michel Billout, sénateur ; et à tous les élus du canton Bassée-Montois

LE GEL DES CONTRATS AIDÉS SIGNE - LA MORT DU CINÉMA ART ET ESSAI À MONS-EN-MONTOIS


À Laura Raynaud, sous-préfète de Provins,


à Christian Jacob, député,


à Michel Billout, sénateur,


et à tous les élus du canton Bassée-Montois…


Le 31/08/2017, à la veille de la reprise de la saison 2017/2018, le cinéma de Mons en Montois apprenait avec stupéfaction la non reconduction du contrat aidé dont bénéficiait jusque-là Benoît, le projectionniste, dont le rôle est indispensable au bon fonctionnement du cinéma.


Une décision brutale, dramatique pour la personne concernée, qui se retrouve désormais au chômage.


Une décision injuste pour ce cinéma, véritable pépite culturelle au cœur de notre petit canton rural. La Présidente du Centre National du Cinéma, Madame Frédérique Bredin, a d’ailleurs rendu hommage à Michel Leclerc, son fondateur, en ces termes : « À votre travail d’exploitant, et à votre esprit créatif mis au service d’une offre cinématographique inédite et de qualité. »


Une décision inacceptable pour les 6 300 spectateurs qui se pressent chaque année dans le « plus petit cinéma d’Île de France », une salle classée Art et Essai, et qui bénéficie des labels Recherche et Découverte et Patrimoine et Répertoire.


L’équation est simple. Sans le contrat aidé de Benoît, les 150 entrées hebdomadaires du cinéma de Mons ne suffisent pas pour engager un salarié « ordinaire ». Pour cela, il faudrait 200 à 250 spectateurs supplémentaires… par semaine ! Ce qui est juste impossible !


Les signataires de cette pétition exigent que :
- vous fassiez pression auprès des autorités afin que Benoît retrouve son travail,
- vous vous engagiez à soutenir le cinéma dans cette passe difficile par une aide adaptée.


Au risque, sinon, de favoriser l’émergence d’un désert culturel.