Se connecter
Accueil Pétitions Sondages Victoires COVID-19 Lancer une pétition
Pétition

Nous refusons d'être traités d'esclavagistes sous prétexte que nous possédons des animaux et que nous en assumons la responsabilité.

Pétition : Nous refusons d'être traités d'esclavagistes sous prétexte que nous possédons des animaux et que nous en assumons la responsabilité. Pétition

Nous refusons d'être traités d'esclavagistes sous prétexte que nous possédons des animaux et que nous en assumons la responsabilité.

Victoire de la pétition
5.554 signatures
Auteur :
michel GIBE associaton Zampanos
Destinataire(s) :
Mrs les Ministres de la Culture et de l'Agriculture
Victoire
La pétition
Mises à jour

VICTOIRE 

Lorsque l'on agit en cohérence avec ses convictions, en chaque moment résonne une victoire.

Depuis le 10 décembre, notre chapiteau miroir est installé dans Paris et malgré les grèves, deux fois par jour, durant une heure nous racontons la belle histoire de notre complémentarité avec les autres animaux qui évoluent à nos côtés. 

Mais la vraie victoire de tous les jours, s'invite dans ce que nous cultivons. La délicatesse, le soin, l'attention portée à chacun de ces êtres qui nous entourent, qu'il soit canard, lapin, rat, chien ou humain chacun dans le poème que nous jouons ensemble affirme sa personnalité, s'émancipe.

La vraie victoire, c'est le regard de chaque personne qui compose le public et qui reçoit avec bonheur cette culture du soin, de l'empathie envers des êtres différents de soi.

La vraie victoire, c'est la confiance dans l'humanité qui resurgit après chacun de ces évènements.

L'événement est toujours victorieux du monde. Il trahit les prévisions, assassine les théories. La réalité ne lui résiste jamais. (Yann moix).

Nous faisons une pause pour le premier janvier et jouons de nouveau 8 spectacles les 2 – 3 – 4 et 5 janviers, à 11h. et 14h.30 

Bonne année à tous.

Michel et Annie GIBE

www.zampanos.net

Monsieur Franck Riester, Ministre de la culture,


Monsieur Didier Guillaume, Ministre de l'agriculture


La pensée abolitionniste Végane (*1) qui, à plus ou moins long terme voudrait abolir la notion de propriété, donc de responsabilité morale et civile que nous cultivons envers NOS animaux familiers, est diffusée sous forme de propagande sectaire dans les écoles. De la maternelle jusqu'aux lycée(*2) avec une stratégie de marketing en partie subventionnée par la Silicone Valey (*3) Cette situation nous pose problème.


Les abolitionnistes revendiquent l’abolition de la production et de la consommation de produits d’origine animale (viande, lait, miel, cuir, laine...) à l’échelle de la société dans son ensemble. (*4) L’interdiction de l'élevage, de la chasse et de la pêche, (*5) mais aussi, et c'est le but final, l'abolition de la possession des animaux domestiques puisque cette possession est assimilée à de l'esclavagisme (*6) de même pour les animaux de compagnie. De ce point de vue, leur présence pour notre plaisir est assimilée à de l'exploitation et, il ne peut par définition y avoir de reproduction d'animaux de compagnie sans l'élevage dont le but est de faire naître, d'élever et de soigner.


Les abolitionnistes ne veulent pas des cages plus grandes, mais des cages vides ! (*7)


Ce courant de pensée anglo-saxon, très récent en France mais qui prend une extension inquiétante, surfe sur une propagande de l'horreur. qui manipule nos émotions, nos sentiments et inhibe notre réflexion, notre discernement. Il est source de ségrégationnisme et annonciateur d'une fracture sociale.


Ce néo-dogmatisme ultra médiatisé est le fer de lance d'une guerre commerciale qui se joue à coup de Billon de dollars et dont les richissimes acteurs transhumanistes qui assurent une partie du financement de l'association L214, la plus influente dans le domaine en France, se préparent à breveter toute parcelle du vivant dans le but d'instaurer un nouvel ordre mondial (*8) où l'action politique sera éludée (*9)


Les propos tenus sur certains sites (soi disant) de protection des animaux ou en commentaires des pétitions qui foisonnent sur le net, jusque dans l'amphithéâtre de la Sorbonne nous paraissent indéfendables.


On y trouve fréquemment :


- le souhait du rétablissement de la peine de mort pour les éleveurs, les bouchers, les pêcheurs, les poissonniers, les chercheurs, qui sont assimilés à des assassins.


- les comparaisons faites entre la détention des animaux et les camps de concentration nazis.


- la comparaison faite entre les personnes qui travaillent avec les animaux et les tortionnaires etc.


- ainsi qu'une déformation langagière qui emploie sciemment pour les animaux les mots réservés à l'espèce humaine. (meurtre, décès, esclavagisme, torture, Holocost, viol, bébé, accouchement…)


Et bien sûr, la stigmatisation en ligne et en temps réel, des élus qui sont notés et classés en quatre catégories selon qu'ils agissent pour ou contre les animaux. (*10) (M. Franck Riesterq, Ministre de la culture est noté 4 sur 20 et M.Didier Guillaume Ministre de l'agriculture 2 sur 20).


Nous voudrions ici vous réaffirmer :


Que les valeurs de liberté, d'égalité de fraternité mais aussi les valeurs liées à la tolérance, l'indépendance, l'ouverture, la curiosité, la dignité, la perfectibilité; la culture de l'esprit critique (autonomisation de la pensé et émancipation face à la croyance) sont les bases de notre République.


Notre culture ne repose pas sur l'antispécisme mot inventé dans les années 1970 par des personnes qui n'assumaient pas leur antihumanisme. Elle ne prend pas non plus appui dans l'utilitarisme, prophétisée par le célèbre défenseur de la cause animale : Peter Singer (bioéthicien, élu, le philosophe vivant le plus influent du monde en 2005 par Time Magazine) qui cautionne, entre autre la zoophilie, l'infanticide sur les bébés lourdement handicapés ou l'euthanasie des personnes souffrant de handicaps psychiatriques. . (*11) .


Nous sommes attachés à notre culture Européenne où, Aristote reconnaissait déjà dans l'antiquité, la sensibilité des animaux, leur disposition à partager des émotions. (*12) . Nous refusons que l'épaisseur temporelle de plus de 15 000 ans qui constitue la fabuleuse histoire de la coévolution entre l'Homme et l'animal domestique . (*13) soit balayée en quelques années au nom d'un soit disant, inéluctable, futur transhumaniste désincarné où l'espèce humaine s'émanciperait de sa condition animale, de la naissance et de la mort.


L'artificialisation du vivant, son augmentation ou sa transformation par les méthodes nanobiotechnologiques pour continuer d'enrichir les plus riches et d'appauvrir les plus pauvres ne nous fait pas rêver et, justement, le contact incarné que nous cultivons avec NOS animaux domestiques nous rappelle que nous sommes plus proche d'eux que de l'homme-machine.


Tout est affaire de discernement

Nous revendiquons ce rapport sensible et organique que nous entretenons avec les différentes autres espèces animales, cette complicité qui, par magie nous unit à notre nature, nous permet de garder les pieds sur terre dans un monde qui se virtualise.


Si nous prenons position face à cette pensée asceptisante et autoritaire liée à l'abolitionnisme, nous sommes cependant solidaires des associations qui luttent pour améliorer le bien être des animaux, qui comprennent l'importance de cette relation incarnée, ancestrale entre l'espèce humaine et les autres espèces et acceptent une discussion raisonnée, dans le respect des arguments des parties adverses afin de trouver des solutions. (abattage à la ferme, amélioration des conditions d'élevage, des règles de collaboration…).


Si nous pensons que l'industrialisation de l'élevage avec son lot de souffrance et de dégradation de l'environnement a largement dépassé les bornes, nous sommes solidaires envers les petits éleveurs qui prennent soin de leurs animaux, entretiennent les prairies naturelles, puits à CO2, garantes d'une biodiversité qui s'effondre par ailleurs.


Si nous sommes critiques vis-à-vis des spectacles qui exploitent des animaux sauvages dans un but de divertissement, nous sommes solidaires des cirques et des théâtres qui travaillent avec des animaux domestiques, prennent soin d'eux et mettent en valeur cette complicité ancestrale entre les humains et les animaux. Par la poésie dégagée, les valeurs partagées, ces spectacles nous recentrent et en même temps nous permettent de prendre du recul sur nos conditionnements humains. Ce qui n'a rien à voir avec du divertissement mais au contraire, se trouve directement lié à notre culture humaniste en donnant une image de dignité, celle d'une humanité sensible et soigneuse.


Nous sommes solidaires des personnes qui travaillent avec des animaux domestiques, en agriculture ou en forêt… mais aussi dans des buts de sauvetage, de dépistage, d'aide aux handicapés ou aux personnes âgées…


Nous sommes solidaires envers les personnes qui prennent du temps dans leurs loisirs et dans leurs sports en compagnie des animaux domestiques à condition qu'elles ne les exploitent pas à des fins narcissiques, commerciales ou zoophiles…


En résumé, nous soutenons toutes les personnes qui cultivent, aussi bien, le soin envers les animaux domestiques qu'elles le cultivent envers les humains.


Nous vous demandons, Messieurs les Ministres de tenir compte de nous, qui ne sommes pas subventionnés par les GAFAM, sous fond de guerre commerciale, pour exécuter les exploits dont la presse raffole.


Nous sommes anonymes, mais cependant nombreux, à ressentir que le rapport sensible entretenu avec NOS animaux domestiques, nous est existentiel. (*14)


Cette culture du soin, du respect des différences, de la dignité, du discernement, de la curiosité… de la vie qui est naturellement liée à la mort, nous voulons pouvoir la transmettre à nos enfants, nos descendants.


Comptant sur votre compréhension, sur votre discernement et sur votre bienveillance, veuillez agréer, Messieurs les Ministre, l'expression de nos salutations distinguées.


Premiers signataires : Michel et Annie GIBE Paysans, artistes de la Cie. Zampanos, cirque archaïque postmoderne.


 


…………………………………………………………………………………………………………


 


(*1) Abolition de l’exploitation ou abolition de la domestication? Publié le 19 mai 2014 par Frédéric côté-Bourdreau https://coteboudreau.com/2014/05/19/abolition-exploitation-ou-domestication/


(*2) L'éthique animale à l'école sur le site L. 214 https://education.l214.com/


(*3) Selon le rapport du commissaire aux comptes annuels de L214 (qui surf sur le marketting de l'horreur) l'OPP (Open phylanthropy Project) en 1997 a donné 1 140 000€. à cette association française, via la silicon Valley Community Foundation (par ailleurs) abondée par différents transhumanistes pour financer deux années de campagne abolitionniste.


Parallèlement, l'OPP subventionne plusieurs labos et start up aux Etats-Unis, en Inde, en Angleterre qui font de la recherche et produisent de la nourriture de substitution aux produits d'origine animale (œuf sans poule, cuir sans peau, lait sans vache et viande in-vitro à partir de cellules souches).


Source : "Végans : à la solde des nouveaux agro-industriels" dans la revue "We demain" auteur : Gilles Luneau ;


- Et par ailleurs :«Le véganisme est le cheval de Troie des biotechnologies alimentaires» Paul Ariès :https://www.lefigaro.fr/vox/societe/2019/01/18/31003-20190118ARTFIG00249-paul-aries-le-veganisme-est-le-cheval-de-troie-des-biotechnologies-alimentaires.php


(*4) Mouvement pour l'abolition de la viande, Article de l'association L214 sur leur site :https://www.l214.com/miav


(*5) Abolir la viande : Article de l'association L214 sur leur site http://abolir-la-viande.org/


(*6) Salon de l'élevage, dénonçons l'esclavage : Article de l'association L214 sur leur site https://www.l214.com/action/2018-05-13-salon-de-elevage-denoncons-esclavage


(*7) notre but n'est pas d'élargir les cages, mais de faire qu'elles soient vides – Interview de Tom Regan https://www.cahiers-antispecistes.org/interview-de-tom-regan/


(*8) Google, Apple, Face book… les nouveaux maîtres du monde.


https://iatranshumanisme.com/2019/02/03/google-apple-facebook-les-nouveaux-maitres-du-monde/


(*9) « La grande adaptation » Le transhumanisme ou l'élusion du politique - Nicolas Ledévédec  https://hec.academia.edu/NicolasLED%C3%89V%C3%89DEC


(*10) L214 personnalités politiques : https://www.politique-animaux.fr/politiciens


(*11) Peter Singer, ou la bioéthique radicale – Courrier International - https://www.courrierinternational.com/article/2001/04/05/peter-singer-ou-la-bioethique-radicale


(*12)  « L'homme est par nature un animal politique » Aristote


https://www.philolog.fr/lhomme-est-par-nature-un-animal-politique-aristote/


(*13) « La fabuleuse aventure des hommes et des animaux » un superbe livre écrit par Boris Cyrulnik, Karine Lou Matignon et Frédéric Fougea aux éditions du Chêne.


(*14) « Rôles et fonctions des animaux familiers dans le développement et la santé des humains »- Pr Hubert Montagner - https://www.cairn.info/ethologie-appliquee--9782759201914-page-108.htm?contenu=resume

Le 16/12/2019

Bonjour à tous,

Nous y sommes parvenus...Avec l'aide de bon nombre d'amis.

Nous venons de poser notre chapiteau dans le 20ème arrondissement de Paris (voir photo sur www.zampanos.net avec toutes les autorisations administratives : Parcs et Jardins, Préfecture de Police, Pompiers, Mairie du 20ème, Mairie de Paris, un véritable parcours du combattant !

 Nous avons commencé à jouer ce Week-end : La comédie des animaux avec Vassilissa (une lapine) ; Hector : (un cochon d’inde) ; les frères Krakozzz  (trois rats) ; la Castafiore, Espéranza, Mme Pidou (trois poules) et Mr Pidou (un coq). Il y a aussi la Schramine (une hamster naine) qui fait le voyage depuis les îles de l’Indonésie ; Mlle. Griotte (une chienne) et Spoutnik, un OVNI (d’origine humaine).

Nous démontrons concrètement, sous notre chapiteau qu'il est nécessaire de cultiver notre discernement en matière animale...

Nous faisons ressentir aux gens que la qualité de nos rapports envers les animaux domestiques est existentiel.

Nous assumons poétiquement une contre-offensive vis-à-vis d'une propagande fanatique, diffusée sous forme de marketing de l'horreur qui voudrait abolir le rapport de partenariat que nous entretenons avec nos animaux domestiques.

Nous démontrons avec nos petits moyens que :

- Tous les cirques ne maltraitent pas les animaux.

- S'il n'est pas industrialisé, le rapport entre l'humain et l'animal n'est pas un rapport de maître à esclave mais un rapport de compréhension, de bienveillance mutuelle et de soin. La recherche d'une vie bonne.

- Nos animaux s'émancipent et s'épanouissent dans les collaborations que nous mettons mutuellement en œuvre. Notamment, ils se délivrent des réactions liées à la peur et du besoin d'être constamment sur le "qui-vive" pour survivre face aux agressions de leur environnement.

Et que, d'une manière générale, les humains, sont des êtres de soin. Dans la mesure où une volonté politique les aide à cultiver leur discernement et leur perfectibilité.

Faites passer le message à vos amis Parisiens et si vous êtes sur place, venez assister à notre spectacle "jeune public – famille", venez nous rencontrer, venez nous donner un coup de main pour l'accueil du public, pour prendre soin des animaux.

Tous renseignements supplémentaires sur : www.zampanos.net

Faites suivre notre pétition au plus grand nombre.

Bien cordialement,

 

Michel et Annie.


Le 03/12/2019

Bonjour à tous,

Nous atteignons les 5 500 signatures et nous tenons à vous remercier pour votre appui vis-à-vis de la pétition que nous avons lancée et qui pourrait se résumer ainsi :

L'épaisseur temporelle des 15 000 ans dans laquelle se sont tissés les rapports entre l'espèce humaine et les autres espèces animales devenues domestiques représente l'ossature de notre humanité. Le courant abolitionniste, en partie subventionné par la silicon Valley veut interdire ce rapport de domestication basé sur l'appartenance, car ils le comparent à de l'esclavage. Nous constatons de grandes similitudes entre cette pensée antihumaniste et la pensée transhumaniste. Nous nous opposons à ce que les grandes fortunes qui investissent dans la fabrication, sous licence, du vivant et de nos modes de vie, (viande in vitro, miel sans abeilles…trans-humanisme…) nous imposent avec des techniques de marketing, un devenir qu'il nous appartient collectivement de construire.

Les questions que nous nous posons concrètement, nous qui avons été bergers et qui sommes désormais artistes de cirque depuis 23 ans sont :

- Nous sera-t-il permis de jouer des spectacles en présence d'animaux domestiques dans l'avenir ?

- L'humain sera-t-il autorisé à coexister avec ces animaux (que deviendrons nos poissons rouges ?).

- Souhaitons-nous abandonner notre animalité pour accéder au rang de cyborg ?

Pour affirmer notre position et essayer d'interpeller les médias Parisiens sur le sujet, nous allons, avec l'autorisation de la Mairie de Paris, poser notre petit chapiteau dans le square du Sergent Aurélie Salel (20ème) à Paris, pour y jouer. une trentaine de spectacles de "la Comédie des Animaux" avec 13 animaux domestiques dont un humain du 14 décembre au 05 janvier 2020

Un spectacle jeune public – famille, sans limite d'âge, où nous n'abordons pas ces questions frontalement mais les suggérons poétiquement. Nous mettons simplement en image, une relation existentielle de complicité avec des animaux issus d'espèces différentes de la nôtre.

Nous démontrerons que les animaux dans les cirques ne sont pas systématiquement maltraités. Qu'il est possible d'entretenir avec eux un rapport de complicité dans le travail non un rapport de maître à esclave comme la propagande voudrait nous le faire croire.

Tout est affaire de discernement.

Si la notre démarche attire votre attention, et, si vous habitez ou êtes de passage à Paris ces semaines-ci, nous serions très heureux de vous accueillir avec vos proches sous notre petit chapiteau. Vous trouverez des précisions sur nos spectacles dans notre site : https://www.zampanos.net/ et une bande annonce de "la comédie des animaux" sur https://vimeo.com/375259944 le lien facebook sur cet évènement est : https://www.facebook.com/events/444225843180290/?event_time_id=444225849846956

Encore merci,

Bien cordialement,

Annie et Michel GIBE

Victoire de la pétition
5.554 signatures
Commentaires
Eric - Le 24/10/2019 à 10:44:15
Sachant faire la différence entre ceux qui traitent bien leurs animaux et les autres qui ne respectent pas les conditions d'hygiène et les maintiennent dans des conditions atroces.
0
Pierre - Le 24/10/2019 à 14:43:20
Et comment cela suffit Ras le bol c'est SCANDALEUX HORRIBLE IGNOBLE INDIGNE
INHUMAIN Non
0
Alain - Le 23/10/2019 à 11:03:37
il y en a assez des extrémistes, l'homme et l'animal sont fait pour vivre en symbiose. Je fais partie des propriétaires d'animaux j'en ai recueilli beaucoup dans ma vie, qui seraient morts sans mon intervention. Alors arrêtons le délire
0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs