Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions animaux Poème : sauvons les arbres et animaux d'Australie
Pétition

Poème : sauvons les arbres et animaux d'Australie

Poème : sauvons les arbres et animaux d'Australie Pétition
234 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Anélise
Destinataire(s) :
Tous les Humains de bonne volonté
La pétition
Actualité(s)

                            Pour sauver notre Terre


 


                           Cet appel planétaire
                           pour sauver notre Terre,
                           les arbres tutélaires
                           les animaux, nos frères.

                           Et brûle notre Terre,
                           notre maison d’Amour,
                           en feu, depuis des jours,
                           notre maison chérie
                           qui abrite nos vies,
                           où il ferait bon vivre,
                           où l’on pourrait être ivre
                           de l’odeur des matins,
                           joyeux, comme un bambin
                           s’éveillant dans la joie,
                           en espérant en toi,
                           toi, l’adulte censé,
                           censé le protéger,
                           protéger notre Terre,
                           les arbres tutélaires
                           et les animaux-frères.


                           Mais flambent notre Terre,
                           les arbres tutélaires,
                           tous les animaux frères,
                           là-bas, en Australie,
                           comme en Amazonie
                           qui partit en fumée
                           au courant de l’été.


                           Suffoque l’Australie,
                           pendant que des nantis
                           restent indifférents
                         -comment peut-on, vraiment?-
                           aux atroces souffrances
                           à la désespérance,
                           de Terre, notre planète,
                           notre maison de fête,
                           des arbres tutélaires,
                           de nos animaux-frères.


                           Étouffe l’Australie,
                           cette terre chérie,
                           sous le feu des brasiers
                           qui se sont allumés,
                           qu’on aurait pu, peut-être,
                          -oh, Dieu tant de mal-être!-
                           éteindre bien avant
                           mais, le veut-on, vraiment ?


                           Les flammes gigantesques-
                          -n’est-ce pas titanesque 
                           d’arriver à éteindre
                           ces flammes infernales
                           qui conduisent le bal,
                           qui consument le sol ?

                           Et je les entends geindre
                           nos arbres tutélaires,
                           les animaux, nos frères ;
                           et je les entends geindre,
                           de douleur et d'effroi.

                           Mais... que fais-tu, donc, toi ?
                           et nous, que faisons-nous
                           pendant que, là-bas, TOUT,
                           tout meurt dans l'incendie, 
                           là-bas, en Australie.

                           Ils brûlent, nos amis,
                           et souffrent tant, aussi, 
                           et meurent, nos amis,
                           agonisent la Terre,
                           les arbres tutélaires
                           et nos animaux-frères

                          C’est le feu de l'Enfer
                          brûlant, sans exception,
                          toute végétation,
                          et réduisant en cendres
                          les koalas si tendres,
                          les tout doux kangourous,
                          leurs bébés roudoudous,
                          et les singes moqueurs,
                          où est-il, ce malheur ?


                          Il n’est ni sur la Lune,
                          Jupiter ou Saturne,
                          mais sur notre planète,
                          notre maison de fête
                          où il sème, à tout va,
                          grande désespérance ,
                          et répand, tout là-bas,
                          les atroces souffrances
                          qui se sont abattues,
                          dès le feu apparu,
                          celles qui vont s’abattre
                          sur  arbres tutélaires,
                          les animaux, nos frères
                          s’envolant en fumée
                          dans l’immense brasier
                          qui étouffe la Terre,
                          notre terre chérie,
                          là-bas, en Australie.


                          Ils meurent, et par milliards,
                        -non, ce n'est pas hasard-
                          les arbres tutélaires
                          tous les animaux-frères,
                          tandis que responsables
                          se disant "non coupables"
                          se gavent de discours
                          d’où est absent…l’Amour,
                          Amour pour notre Terre,
                          les arbres tutélaires
                          pour les animaux-frères


                         Vois, mon cœur est en larmes,
                         prenons, prenons les armes,
                         viens, toi, oh,  mon ami,
                         ami de la Nature, 
                         ami de toutes bêtes,
                         de tous ces innocents,
                         en feu, en ces moments,
                         qui brûlent, et par milliards,
                         sur Terre, notre planète
                         qui meurent, et par milliards
                         dans la maison de fête
                         devenue leur Enfer.

                        Dis, que pouvons-nous faire?

                        Luttons pour le présent,
                        avec un cœur aimant,
                        luttons pour le futur,
                        avec un cœur d’azur,
                        prenons, ENFIN, les armes,
                        obligeons celles, ceux,
                        pouvant stopper ce feu,
                        à agir en URGENCE,
                        mais, que fait donc la France ?
                        Pourquoi n'envoie-t-ell' pas
                        des pompiers, ces soldats
                        du feu, si courageux,
                        tout matériel, aussi?
                        et que tous les pays,
                        oui, tous, fassent ainsi.


                        Oh, oui, il faut se battre 
                        pour Terre d’Australie,
                        pour animaux chéris,
                        pour les arbres, nos frères.


                       Mais, que puis-je donc faire ?
 
                       J’en appelle aux enfants,
                       à vous, adolescents :
                       si vous voulez combattre
                       ce feu si dévorant,
                       brasier hallucinant,
                       dites aux décideurs,
                       artisans du malheur
                       qui frappe l’Australie
                       à ceux de tous pays,
                       chantez-leur, criez-leur :


                    "  Mettez tous les moyens,
                       ceux dont vous disposez,
                       pour stopper ce brasier,
                       ce brasier infernal,
                       celui qui met à mal
                       des milliards d’animaux,
                       ces animaux, nos frères,
                       tant d’arbres tutélaires.

                      Mettez tous les moyens
                      enfin, enfin, enfin
                      et cela, en URGENCE,
                      au nom de notre enfance,
                      de celui "’espérance"
                      qui ne doit pas mourir,
                      qui ne doit pas souffrir
                      de ce manque d’amour
                      qui marque vos discours.

                      Oui, cela en urgence
                      au nom, même, de la VIE,
                      des animaux chéris,
                      et des arbres, aussi.


                      Et moi, malgré les ans
                      pesant sur mes épaules,   
                      je dis à  Pierre et Paule,
                      à tout Humain humain
                      qui voudra bien, demain, 
                      ou, plutôt, dès ce jour
                      être flambeau d'amour
                      plus encor, dès ce soir
                      être porteur d'espoir.



                      Oui, moi, malgré les ans
                      pesant sur mes épaules
                      je dis à Jean, à Paule,
                      à vous tous, les enfants, 
                      à tous adolescents
                      ceux porteurs d’espérance
                      qui seront, dès demain,
                      œuvrant de leurs deux mains,
                      et de leur cœur aussi,
                      qui seront, dès demain,
                      les gardiens de la Terre,
                      notre Terre chérie,
                      des arbres tutélaires,
                      des animaux, leurs frères :


                  « Laissez, pour quelque temps,
                     le smartphone encombrant,
                     anti-écologie
                     et mangeur d’énergie.
                     Descendez de l’échelle
                     qui conduit au virtuel.
                     Il vous faut atterrir,
                     revenir au réel,
                     dénoncer le souffrir
                     de tant d’êtres vivants
                     et retrouver le rire
                     de Terre, votre planète,
                     votre maison de fête,
                     de tout être vivant,
                     des arbres tutélaires,
                     des animaux, vos frères.


                      Allons, réveillez-vous,
                      revêtez vos habits,
                      vêtements de lumière,
                      pour sauver Votre Terre,
                      notre Terre chérie,
                      les animaux, les arbres,
                      ne restez pas de marbre
                      devant tant de souffrances,
                      vous, porteurs d’espérance !


                      Car le Temps est venu
                      de mettre cœurs à nu,
                      dénoncer, pas à pas, 
                      tout ce qui ne va pas,
                      dénoncer, à tout va,
                      ceux entraînant le monde
                      dans l’infernale ronde
                      du pouvoir, de l’argent,
                      mettant à feu, à sang,
                      notre mère-la-Terre,
                      nos arbres tutélaires,
                      tous les animaux-frères.


                      Oui, le Temps est venu
                      de panser les cœurs nus
                      retrouver les valeurs
                      qui faisaient le bonheur
                      de ces temps de l'antan,
                      où sont-elles, à présent ?

                       Et le Temps est venu,  
                       de panser les cœurs nus,
                       de soigner notre Terre
                       comme ferait un père,
                       soucieux de l’avenir
                       de son enfant-sourire.


                       Il est venu, le Temps,
                       de respecter les bêtes
                       qui peuplent la planète,
                       les arbres, laisser vivre,
                       car ayant, eux aussi,
                       ce plein droit à la vie,
                       ayant le droit d’être ivres
                       de soleil et du vent,
                       mistral ou vent d’autan.

                       Vois-tu, il est grand temps
                       de sortir Durandal
                       de son fourreau de soie,
                       afin que, toi et moi,
                       organisions le bal,
                       déployions la bannière
                       de Poésie-Prière
                       et entamions, ensemble,
                       la marche planétaire,
                       pour sauver notre Terre,
                       nos arbres tutélaires,
                       les animaux, nos frères ! 

                       Et, bientôt, dès demain, 
                       dès ce soir, dès ce jour,
                       nous serons des milliards,
                       sans l'aide du hasard,
                       à nous donner la main,
                       à former une ronde,
                       un collier de l'Amour,
                       qu'on offrira au Monde,
                       dès ce soir, dès ce jour,
                       pour sauver notre Terre
                       ses arbres tutélaires
                       et ses animaux-frères.


                       Réenchantons le Monde
                       par cette belle ronde
                       tout autour de la Terre,
                       en faveur de nos frères.

                       Cette sublime ronde
                       que formeront nos mains,
                       unies, pour un destin
                       de joie et d’abondance,
                       de paix et d’espérance,
                       enserrera le Monde
                       d'un fin cordon d'Amour,
                       dès demain, dès ce jour, 
                       tandis qu'un chant-prière,
                       jaillissant de la Terre,
                       fera pleurer le Ciel
                       qui offrira ses larmes,
                      -ce sont ses seules armes-
                       à terre d'Australie,
                       aux arbres tutélaires,
                       aux animaux, nos frères. 
 
                       Ainsi,le koala
                       ira dormir  "chez soi",
                       l'élégant wallabi
                       ira manger chez lui,
                       la fragile gazelle
                       pourra rentrer chez elle,
                       en ce lieu d'Australie
                       où renaîtra....la Vie."


                       Merci!       


Anélise, auteur de "Animaux, je vous aime".

Ce poème figurera dans "Combat",  l’un des dix recueils de "Messages", inédits à ce jour.  Poème protégé par les lois en vigueur. Autorisation de reproduction accordée, sous réserve d'en citer la source,  à ceux et celles qui respectent les animaux et la Nature, les protègent et militent en leur faveur.

Briançon, le 10 janvier 2020.

234 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Actualité(s) de la pétition -
26 commentaires
Doris - Le 12/01/2020 à 12:20:23
De tout cœur avec toi, je soutiens ta pétition avec ferveur et enthousiasme. S.V.P, propose encore des poèmes, les arbres et les animaux, aussi, les aime. Ne crains pas de secouer les consciences, les mots,forts et puissants, servent aussi à cela, et le monde en a bien besoin.Courage, Anélise, tu n'es pas encore au bout de la tâche qui t'es assignée. Oui, courage, tous ensemble pour l'Australie, pour sas animaux er pour notre Terre. Doris
0
Damien - Le 14/01/2020 à 03:41:04
Les hommes sont devenus fous, et ce sont les animaux qui payent leurs ‘conneries’. Merci, Anélise, si au moins votre poème pouvait contribuer au sursaut des consciences pour plus de respect de la Nature et des animaux ! Damien
0
Flora - Le 14/01/2020 à 13:05:58
Un tel désastre, arbres et animaux en feu, depuis des jours et des jours et...tout le monde s'en fout, sauf quelques un(e)s dont vous, Anélise. Merci pour votre engagement, de tout cœur avec vous, Flora
0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions animaux Poème : sauvons les arbres et animaux d'Australie