Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Pétition

Poème militant "Pas de victime à déplorer" contre toutes formes de cruauté envers les animaux, pour un durcissement de la législation et pour une reconnaissance de l'animal en tant que "personne"

Poème militant "Pas de victime à déplorer" contre toutes formes de cruauté envers les animaux, pour un durcissement de la législation et pour une reconnaissance de l'animal en tant que "personne" Pétition

Poème militant "Pas de victime à déplorer" contre toutes formes de cruauté envers les animaux, pour un durcissement de la législation et pour une reconnaissance de l'animal en tant que "personne"

1.004 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Anélise
Destinataire(s) :
Emmanuel Macron (Président de la République)
Association Protection Animale, Législateurs, Citoyens Français
La pétition
Pas de victime à déplorer…

 


Pas de victime à déplorer                         
dans la forêt incendiée,                    

pas de victime, et c’est heureux,     
dans la pinède en feu !                               


                                      Et moi, je pleure                                       
                                      sur cette horreur !                                                  
J’entends les craquements                            
et les gémissements,                                      
j’entends les pleurs, j’entends les cris          
des arbres mes amis,                                     
des arbres tutélaires,                          
des animaux mes frères,                               
un écureuil en flammes,                                
voici, mon cœur de femme               
se brise, tel un miroir                                    
noyé de désespoir.                                        
Tout le peuple menu                                     
de la forêt touffue                                         
flambe ,                                                         
les biches et les faons,                                              
les lapins, leurs enfants,        *
flambent,                                                       
les oiseaux, leurs petits,                                
prisonniers dans leur nid,                  *
flambent,                                                       


O, ces gémissements                                    
ces râles des mourants.                              
O, chants de mort, O, lancinants   
cris de douleur et de tourments !

                    Et flamberont les humains fous                      
                                quand eux-mêmes seront  prisonniers
                                        des  brasiers qu’ils ont allumés !.                   


Pas de victime à déplorer
dans l’océan sur mazouté
pas de victime, et c’est heureux,
dans l’océan glueux !
 
                                        Et moi, je pleure
                                        sur cette horreur!
J’entends les cris de désespoir
des oiseaux englués de boue noire
visqueuse, comme l’âme inhumaine,
hideuse, comme un halo de haine,
les appels des dauphins échoués
des mouettes pétrifiées
semblables aux chouettes crucifiées
sur les portes des églises.
Sanglotent les Anélise,
noyées de désespoir,
tout le peule nageant, volant,
de l’immense océan
étouffe,
dauphins et goélands,
baleines, poissons blancs,
étouffent
sous l’étau qui les momifie,
eux et leurs petits
étouffent.
 
O, ces gémissements,
ces râles des mourants.
O, chants de mort, O, lancinants
cris de douleur et de tourments !


                    Étoufferont les humains fous
                              quand eux-mêmes seront prisonniers
                                         des océans qu’ils ont pollués ! 
 

Pas de victime à déplorer
sur l’autoroute , ce jour d’été,           
pas de victime, et c’est heureux  
ce jour d’été est lumineux !                           

                    Et moi, je pleure 

                    sur cette horreur!  
                                     
Sur le chat éventré                                        
tripes sur la chaussée                                    
le faon écartelé                                  
le blaireau éclaté                                           
le renard au doux pelage 
gisant sur le bas-côté                                    
tous victimes du carnage                              
qui ensanglante le macadam                         

voici mon cœur de femme                            
se brise, tel un miroir                                     
noyé de désespoir                                         
et moi, je voudrais m’arrêter                         
porter à chacun secours                     
lui parler
lui donner un peu d’amour                                       
poser mon cœur en larmes 
sur son pelage en sang      
et, au seuil de la mort,                                  
lui offrir un peu de réconfort .          
 Impossible ! Je suis prise à présent              
dans cet étau omniprésent,                                       
la prison qui s’allonge en ruban.                  
Je pleure, de honte et de colère                     
de ne pouvoir secourir mon frère
cet ami qui meurt en solitaire .                      
Et moi, qui ne peux que me taire !               
 
Me taire? Non!
                  
Je hurle de désespoir                                     
mais je dois continuer                                   
à rouler                                                          
sur le sombre ruban noir                               
qui m’aspire comme un gouffre.
                       
O, cette âcre odeur de soufre,                                   
putride comme l’âme humaine,                    *
les rancœurs et les cris de haine,                  
putride comme l’indifférence                       
qui mène à la désespérance.                         
                                                          
Malgré moi, je dois continuer,                                 
je ne peux ni freiner, ni stopper                    
et ne pourrais même pas traverser                
l’autoroute meurtrière                                   
pour aller secourir mon frère.                                               
                                                          
O, ces gémissements, 
ces râles des mourants.                               
O, chants de mort, O, lancinants   
cris de douleurs et de tourments !
 
                   Écrasés seront les humains fous                 
                             quand ils seront eux- mêmes écartelés,       
                                         éclatés, éventrés ,
                                                    par les monstres d’acier
                                                                  qu’ils ont fabriqués !            
 
Pas de victime à déplorer
ce premier jour de l’année,
pas de victime, et c’est heureux,
ce jour de l’an est très joyeux !
 
                   Et moi, je pleure
                   sur cette horreur!

Sur les bêtes trouées,
ligotées, baîllonnées,
dans les laboratoires,
et sur celles hurlant dans tous les abattoirs,
bêtes innocentes dont la vie est tranchée
par le couteau sanglant des bouchers,
pour que l’Humanité inhumaine
ait la panse bien pleine,
bien remplie de cadavre,
de Shangaï jusqu’au Havre.
Et l’on tranche et l’on tue,
coups de hanche et de massue.
Pas de pitié, pas de répit,
tortures de jour, tortures de nuit.
                                                          
Et moi, en désespérance,
pleure, devant tant de souffrances,
je pleure de ne pouvoir secourir mes frères
victimes dans cet enfer,
cet enfer omniprésent,
je pleure, de honte et de colère,
de ne pouvoir secourir mes frères,
ces amis mourant en solitaires
et moi, qui ne peux que me taire.
 
Me taire ? Non !

Seront détruits laboratoires,
exploseront les abattoirs,
dans les poèmes
et dans les cœurs des gens qui aiment
nos compagnons de route
                                                          
O ! L’inégale joute
entre l’animal innocent
et l’ inhumain dément,
incapable d’aimer vraiment,
insensible aux souffrances
d’autrui,
sans respect pour la vie,
gouffre d’indifférence
qui ne veut ni freiner, ni stopper,
sombre Humanité inhumaine,
ses pulsions de mort et de haine,
sa pulsion meurtrière
et torture ainsi ses frères.
 
 
O, ces gémissements,
ces râles des mourants .
O, chants de mort, O, lancinants
cris de douleur et de tourments !
 
                   Et torturés seront les humains fous
                             quand eux-mêmes seront ligotés,
                                       éclatés, éventrés, c’est leur sort,
                                                  par leurs propres armes de mort !
Pas de victime à déplorer
ce jour d’automne, si coloré,
pas de victime en ce jour tendre
il fait si beau en ce novembre !
 
                         Et moi je pleure
                         sur cette horreur !

Dans un sinistre enclos, quelque part en Ardennes,
Dieu, O, Dieu, quelle peine !
Sur un tas de feuilles mortes,
feuilles qu’apporte
le vent d’automne
si monotone,
pour couvrir le cadavre décharné
de Lucky, le beau destrier
mort de soif et de faim
parce que son maître assassin
l’a laissé là, un beau matin,
sans nourriture et sans eau,
dans ce sinistre enclos.
                                                          
Et le si beau cheval aux yeux si tendres
tourne en rond, cherche à comprendre,
il ne veut pas mourir !
Quelqu’un va venir,
certainement,
un Humain compatissant
va venir, dans un instant,
ou peut-être demain, au plus tard,
un Humain qui a encore un regard
un peu de cœur et un peu d’âme,
il y a des hommes et des femmes
là-bas, au village,
qui parlent de partage!
On m’a vu et entendu,
j’ai henni si fort
quand j’ai vu s’approcher la mort!
j’ai tant crié,
j’ai tant hurlé
j’ai tant henni
espérant un ami
qui viendrait me secourir,
compatirait à mon souffrir
Personne n’est venu...
et puis je me suis tu,
l’estomac noué
tiraillé,
la gorge desséchée.
Un brin d’herbe, un peu d’eau,
sil te plaît, passant,      
puisque mon maître bourreau
m’a enfermé dans cet enclos,
sans eau!
Les passants sont passés
sans me donner à manger,
sans me donner à boire.
O, le désespoir !
Peut-être sans me voir
puisqu’ils sont sans regard !
 
Et le cheval, les yeux hagards,
qui ne peut plus crier, qui ne peut plus hennir,
convulsé de douleur dans un si grand souffrir,
confie son âme à Dieu au moment de mourir.
 
                      Mourra de soif cet inhumain,
                            mourront de faim ces assassins
                                       qui n’ont pas voulu savoir,
                                                  qui n’ont pas voulu voir
                                                                  le désespoir
                                                                             de Lucky, le cheval aux yeux si tendres,
                    mort de faim et de soif,
                           un jour,
                                       triste,
                                                 de Novembre.
 
Pas de victime à déplorer
en ce vingt et deux janvier,
pas de victime et c’est heureux,
ce jour est vraiment joyeux !
 
                       Et moi je pleure
                       sur cette horreur!

Sur les six mille chèvres à barbichettes,
pour qui ce ne fut pas la fête!
Égorgées ?
Assommées ?
Empoisonnées?
Un glaive acéré
enfoncé
dans le cœur ?
Quelle intense douleur,
quelle douleur intense,
de vivre cette souffrance,
de savoir que la mort est au bout du voyage,
avec son lot
de bourreaux,
ordonnée par des gens qui se disent sages
et qui, c’est un comble,
semblent même au comble
de leur bonne conscience!
Quelle désespérance
de penser à tous ces caprins
si tendres et si câlins
en désespérance
jetés
livrés
sans défense
aux assassins !
 
Seront jetés aux bourreaux
et ne pourront dire mot
les Humains
inhumains
assassins
qui ont sacrifié
                   abandonné
                        emprisonné
                             assoiffé
                                 affamé
                                    attaché
                                       ligoté
                                          écorché
                                              égorgé
                                                  dépecé
                                                      découpé
                                                          disséqué
                                                             troué
                                                                étranglé
                                                                   écrasé
                                                                       piétiné
                                                                          torturé
                                                                             électrocuté
                                                                                martyrisé
                                                                                     empoisonné
                                                                                         livré au bûcher
                                                                                           chassé
                                                                                               battu
                                                                                                   pendu
même un seul animal
de ceux-là, l’âme est bien à mal,
et ira
tout droit,
je l’espère,


………….en enfer !


 


Anélise, Briançon, juillet 1998, Animaux, je vous aime, et Combat l’un des dix recueils,  inédits à ce jour, de Messages. Tous droits réservés


                                              


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

1.004 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
63 commentaires
Flora - Le 19/04/2020 à 14:26:43
"La violence sur les animaux a été tellement banalisée au cours des siècles qu'elle n'était pas considérée par la majorité des gens comme une violence, la doxa parlait de spectacle pour désigner la corrida ou encore pour les cirques avec animaux, d'élevage pour l'industrie productiviste et concentrationnaire, de recherches scientifiques par le Téléthon, et de loisirs par le monde de la chasse... l'information du public par les militants animalistes, l'éveil des consciences est en train de remettre les choses dans leur contexte et de changer le regard des gens sur les tortures, les atrocités, trop longtemps mal connues, tolérées ou cachées !" Guillaume Prevel
2
Dany - Le 19/04/2020 à 14:28:26
"Nos animaux familiers sont des anges déguisés venus sur terre pour nous apprendre la douceur" STOP aux souffrances infligées aux animaux
Simonetta Greggio ,Elsa mon amour
0
Daniel - Le 19/04/2020 à 14:30:49
"C'est parce que les animaux ne causent pas qu'il faut plaider leur cause."
Szczepan Yamenski
0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs