Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Pétition

Poème : "Appel au secours d'un bébé kangourou"

Poème : "Appel  au secours d'un bébé kangourou" Pétition

Poème : "Appel au secours d'un bébé kangourou"

322 signatures
Auteur :
Auteur(s) :
Anélise
Destinataire(s) :
Tous les Humains sensibles à la cause animale et à celle de notre Terre
La pétition
Actualité(s)

                L’appel au secours d’un bébé kangourou


                           Je suis un kangourou,
                           un bébé aussi doux
                           que vos petits minous
                           mais, moi, ne miaule pas,
                           contrairement aux chats,
                           étonnant, n’est-ce pas ?

                           Vivais tranquillement
                           dans poche de maman,
                           en sortant, quelquefois,
                           pour jouer avec joie
                           à des jeux de nature,
                           sans smartphone, je vous jure !

                           Je ne suis pas « branché »
                           ni, surtout, « connecté »
                           ne voulant  pas entrer,
                           surtout pas, dans le bal
                           du « crétin digital ».

                           Dormais tranquillement
                           dans poche de maman,
                           quand soudain, un grand cri:
                          "Fuyons, c’est l’incendie ! »

                           Alors, nous, on a fui,  
                           très loin de l’incendie,
                           maman faisait grands bonds
                           moi, je m'disais "c'est bon,
                           maintenant on est loin,
                           bien loin de l'incendie,
                           et on n'a plus besoin
                           de s'faire du souci
                           papa, maman, merci."

                           Et moi, je tressautais,
                           oui, moi, le petit mioche,
,                          tout au fond de la poche,
                           la poche de maman
                           qui criait "en avant"

                           Mais maman, essoufflée,
                           a bien dû s'arrêter
                           à un moment donné,
                           oui pour se reposer,
                           avec moi, petit mioche,
                           dans le fond de sa poche
                           où je tremblais de peur,
                           mon Dieu, que de frayeur !


                            Mais j’ai voulu, alors,               
                            mettre mon nez dehors,
                            sais-tu ce que j’ai vu ?

                            J’ai vu, alors, j’ai vu,
                            j'en suis encore ému, 
                            flammes bondir partout
                            et plein de kangourous,
                            en feu, là, près de nous
                                   
                            Papa s'est enflammé
                            et nous,  pour le sauver,
                            on a couru vers lui
                            mais lui, il s’est enfui,
                            en hurlant de douleur,
                            et moi, j'tremblais de peur

                            Il s"éloigna de nous
                            pour qu’on ne brûle pas
                            comme lui, mon papa,
                            oh ! mon papa si doux,
                            mon papa kangourou !

                             Puis, il a disparu,
                             en ce douloureux soir,
                             ne restaient que des cendres
                             et la fumée, très noire,
                             me piquait tant les yeux
                             que j'voyais plus les cieux.

                             Mais j'ai voulu descendre
                             de poche de maman,
                             tout à coup, en disant:
                            "maman je veux descendre
                             de ta poche,  maintenant,
                             pour prendre un peu de lui,
                             de mon papa chéri,
                             de mon papa si doux,
                             mon papa kangourou,
                             le poser sur mon cœur,
                             comme un porte-bonheur,
                             emporter, avec moi,
                             un peu de mon papa.

                              Nous, on s’est échappé,
                              et, moi, restais caché
                              dans poche de maman.
                              J’ai moins peur dans sa poche
                              mais moi, le petit mioche,
                              je vous dis, maintenant : 
                            «Si maman prenait feu,
                              serais si malheureux
                              que resterais en elle,
                              tout blotti, dans sa poche,
                              oui, moi, le petit mioche,
                              brûlerais avec elle
                              et mourrais avec elle,
                              ma maman kangourou
                              au regard aussi doux
                              que regard de gazelle,
                              ma maman éternelle.

                               Mais, …ne veux pas mourir !
                               venez vite, venez vite,
                               Humains, nous secourir
                               et éteindre ce feu
                               qui rend si malheureux
                               nous, tous les kangourous,
                               au pelage si doux,
                               dont les tout petits mioches
                               font dodo dans la poche,
                               celle de leur maman.


                               Venez vite, à présent,
                               venez vite, vite, vite,
                               maman, si fatiguée,
                               devrait se reposer
                               mais risque d’être frite
                               si nous restons ici,
                               tout près de l’incendie
                                             
                               Et moi, bien trop bébé,
                               ne peux courir assez,
                               assez vite, vite, vite,
                               pour pouvoir échapper
                               à ce feu dévorant.

                               Alors, moi et maman,
                               allons, bientôt,  mourir.


                              VENEZ NOUS SECOURIR !


                               Au secours, au secours,
                               si avez de l’amour
                               pour  nous, les petits mioches,
                               qui dormons dans la poche
                               des mamans kangourous,
                               au pelage si doux ;
                               pour gracieuse gazelle
                               qui semble avoir des ailes
                               et qui bondit très haut ;
                               pour tous les animaux,
                               qu'ils soient petits ou gros,
                               qui risquent de mourir,
                               dans un très grand souffrir,
                               si vous ne venez pas,
                               dès ce soir, dès ce jour,
                               tout de suite, à grands pas,
                               envoyés par l’Amour,
                               cet Amour aussi fort
                               qu’il peut stopper la Mort.

                               Entendons cet appel,
                               porté par l’hirondelle,
                               répondons à l’appel
                               du bébé kangourou,
                               dont les yeux sont si doux,
                               un tout, tout petit mioche
                               qui aime tant la poche
                               de sa maman chérie
                               qu’il ose cet appel
                               aux Humains que nous sommes
                               et qui, au nom de l" «Homme»,
                               ne pourront résister
                               au besoin de sauver
                               ces tout, tout petits mioches
                               qui dorment dans la poche
                               de leur maman chérie,
                               là-bas …en Australie.


 


                                            Anélise, Briançon, le 14 janvier 2020.

Ce poème figurera dans « Combat », l’un des dix recueils, inédits à ce jour, de « Messages », ainsi que dans une prochaine édition de « Animaux, je vous aime ». Poème protégé par les lois en vigueur. Reproduction autorisée, pour usage non commercial, et sous réserve d’en citer la source, aux associations et particuliers qui respectent, protègent nos amies les « bêtes », et avec une mention particulière, à ceux et celles qui, de plus, militent en leur faveur.


 


 


 


 

322 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Actualité(s) de la pétition -
22 commentaires
Flora - Le 16/01/2020 à 12:23:43
L'on pourait reprocher à ce poème un certain anthropomorphisme si le contexte actuel , en Australie particulièrement, n''imposait pas d'avoir recours à tous les moyens" (et les mots) dont nous disposons pour tenter d'éveiller les consciences, afin que les "Hommes" que nous sommes détachent, enfin, leurs yeux d eleur tritse nombril et acceptent, enfin, l'idée qu'ils en sont pas MAITRES de la Nature et des animaux non Humains. Anélise, merci.
0
Daniel - Le 16/01/2020 à 12:28:39
Que d'émotions ce poème a éveillé en moi! Merci à l'auteur de le partager, surtout pour une noble cause. Daniel
0
Francis - Le 16/01/2020 à 12:36:09
Merci pour cet appel, si évocateur de ce que les ami(e) des animaux peuvent ressentir en voyant ces images significatives de l'ampleur du désastre qui frappe l'Australie, depuis des jours et des jours, significatives, aussi, de l'indifférence générale, et des dirigeants, et des gens simples quidams et, en fait de la plupart de ceux qui osent se dénommer "Humains".
0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs