91 778 886 signatures sur MesOpinions.com

Suivez-nous !

Pétition : Odieuse Fête du cou de l'Oie : Mutation du préfet de l'Allier, démission du conseil municipal et du comité des fêtes d'Arfeuilles

Signez la pétition

Déjà 2.671 signatures

    Partager avec vos amis Facebook

Je signe
Sauvegarde en cours...

Odieuse Fête du cou de l'Oie : Mutation du préfet de l'Allier, démission du conseil municipal et du comité des fêtes d'Arfeuilles

Auteur : Marc-Claude de PORTEBANE

À l'attention : Mr le président de la République, François Hollande

Le préfet de l'Allier, Arnaud Cochet refuse d'annuler le spectacle du cou de l'oie à Arfeuilles !

Le nouveau préfet de l'Allier, Arnaud Cochet, a pris sa plume pour écrire qu'il "ne pouvait s'opposer au déroulement d'un événement festif à l'initiative de la commune".

En effet, en juin 2014, la "Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux" envoyait un dossier "Clé en main" à l'association Stephane Lamart au sujet de cette immonde "Fête du cou de l'Oie" qui se perpétue d'année en année sous les applaudissements et les cris d'une foule "chauffée à blanc" par le sabrage d'une Oie morte (tuée plusieurs jours avant, puis congelée, comme nous l'a précisé samedi matin le maire d'Arfeuilles).

Cet événement, pour le préfet de l'Allier, consiste pour des cavaliers à trancher le cou de cinq oies, accrochées par les pattes sur un fil tendu. Les cavaliers avec leurs chevaux de trait viennent de "L'Ecurie des Bergers" sise à Lapalisse.

Selon le préfet de l'Allier, "Cette manifestation ne nécessite pas d'autorisation spécifique au titre du code rural et de la pêche maritime......les dispositions relatives à la protection des animaux - livre II - Titre Ier - chapître IV, et notamment les articles R214-85 et 86, ne concernent que les animaux vivants".

L'association présidée par Stéphane Lamart qui a reçu ce courrier aujourd'hui, ira plaider la cause des Oies devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand !

Quant à nous, les militantes, militants, sympathisants de la "Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux", nous serons présents à Arfeuilles et ses alentours, avant et pendant ce 15 août 2014 en organisant un Camp de la Résistance opposé à cette manifestation macabre qui incite à la violence contre des Oies - certes - déjà mortes mais qui n'ont pas besoin d'une telle souillure, surtout devant de jeunes enfants qui peuvent être fortement choqués !

Les animaux vivants ou morts ont le droit d'être dignement respectés !

Si cette odieuse "coutume" persiste depuis le Moyen-Age, cela ne veut pas dire que nos lois et réglementations, surtout européennes, se doivent d'être le symbole de la dégradation des individus par rapport aux petits animaux innocents, fussent-ils, des oiseaux appartenant à la famille des anatidés (oies, cygnes, canards).

La déclaration universelle des droits de l'animal stipule bien, dans son article 3, que "L’animal mort doit être traité avec décence." !

Or, le comité des fêtes d'Arfeuilles ne semble pas prendre en compte cet article 3 puisque le spectacle offert - en 2013 - (preuves à l'appui, photos, vidéos), au public était le suivant :

- la corde est accrochée au pied du balcon de La Poste, la fanfare et les cavaliers arrivent, puis un pompier attache la première oie à la corde. La corde est tendue et l'oie pend à quelques mètres au-dessus de la chaussée. Les cavaliers examinent l'Oie et "spéculent" sur la meilleure façon de trancher le cou de l'Oie. Présentation du spectacle du "Cou de l'Oie" par le Comité des fêtes. Les participants sont remerciés. Les cavaliers descendent la rue principale pour se rendre au départ du parcours. Un premier cavalier s'élance depuis le pont sur la rivière "Le Barbenan" et remonte la rue principale en direction de l'église et de La Poste. 3 tentatives des cavaliers pour trancher le cou de l'Oie. Une cavalière tente de couper le cou de l'Oie. Passage de 5 cavaliers. Ils se succèdent à la suite des uns et des autres pour le cou de l'Oie. Les 6 cavaliers ont tenté leurs "chances", et ils redescendent sur la ligne de départ pour un 2° passage. Nouveau passage de 5 cavaliers qui tentent leurs chances. Passage d'un cavalier qui réussi à couper le cou de l'Oie. Il redescend la rue principale avec la tête de l'Oie au bout de son sabre et tout cela sous les applaudissements de la foule.

- Remplacement de la 1ère Oie par une 2°. Passage de 3 cavaliers. Le 2° cavalier "décapite" l'Oie. La tête de l'Oie tient par un fil metallique. Le pompier de service sépare la tête de l'Oie du fil métallique. Le Comité des fêtes décide d'attribuer le cou de l'Oie au 2° cavalier. Le 3° cavalier est stoppé dans sa course. La 2° Oie qui a été "décapitée" est détachée. La tête de l'Oie est "empalée" sur le sabre du cavalier. Le cavalier descend la rue principale avec son "trophée" sur le bout de son sabre. Le fil metalique et le papier qui entouraient le cou de l'Oie sont bien visibles.

- La 3° oie est accrochée puis suspendue au-dessus de la chaussée. Passage de 5 cavaliers successifs. Nouveau passage de 5 cavaliers. Nouveau passage de 4 cavaliers. Passage de 5 cavaliers. L'Oie sera "décapitée" par le 4° cavalier toujours sous les applaudissements de la foule. La 3° Oie vient de perdre son cou, et le Comité des fêtes s'apprête à mettre en place une 4° Oie.

- La 4° Oie est sortie du congélateur. Le cavalier descend le rue avec la tête de la 3° Oie "empalée" sur le bout de son sabre. Une 4° Oie est accrochée à la corde et suspendues au-dessus de la chaussée. Nouvelle tentative des cavaliers pour trancher le cou de l'Oie. La 4° Oie "décapitée". La cavalière est avec son "trophée" au bout de son sabre. Le Comité des fêtes sort la 5° Oie du congélateur et remet la 4° Oie dans le congélateur. Le Comité des fêtes "fouille" le congélateur pour ranger l'Oie qui vient de se faire "décapiter".

- Tentatives des cavaliers pour "décapiter la 5° Oie. Passage de 5 cavaliers. Les cavaliers descendent la rue principale. La 5° Oie vient de se faire "décapiter". Le cavalier descend la rue principale avec la tête de l'Oie en "trophée" au bout de son sabre.

- Le Comité des fêtes attache la 6° Oie à la corde au-dessus de la rue, tout cela en fanfare et sous les applaudissements de la foule. La 6° Oie est en place sur la corde. Passage de 5 cavaliers successifs. La pauvre Oie subit les assauts des cavaliers et nous voyons (sur 2 photos) nettement le cou de l'Oie qui est entaillé en plusieurs endroits. Passage de 4 cavaliers. Le 4° cavalier "décapite" l'Oie. Le Comité des fêtes demande aux cavaliers de se rassembler.

- La 6° Oie a eu le cou "tranché" et les cavaliers se rassemblent devant le Comité des fêtes. Les cavaliers se rassemblent sur la rue principale pour être ovationnés par la foule. Le Comité des fêtes remercie la foule et les participants, et donne RDV à l'année prochaine. Les chevaux de trait qui ont couru sur le goudron soulagent leurs pieds en les "levant en l'air". Un cavalier exhibe son "trophée" (la tête de la 6° Oie) et les cavaliers s'en vont de la scène.

- Estrade mise en place sur les marches de l'entrée de l'église. Sur les blasons, nous apercevons un cavalier et une Oie.

Il est à noter que de très jeunes enfants sont là. Ils assistent aux premières loges à ce spectacle, et ils vont trouver normal de voir ce qui va se passer sous leurs yeux. Ils n'ont sûrement pas conscience de la brutalité de cet acte. Après tout, ce n'est qu'une "Oie morte" !

Plus tard, penseront-ils aux conditions de vie des animaux ?

Nous vous demandons de signer massivement cette pétition visant à demander au président de la République, François Hollande, de bien vouloir "muter" Arnaud Cochet, le préfet de l'Allier dans un autre département.

Nous exigeons la démission in solidum du conseil municipal et du Comité des fêtes d'Arfeuilles pour que cesse cet "immonde spectacle" qui ne respecte aucunement la déclaration universelle des droits de l'animal, qui ternit l'image de l'éducation nationale qui ne cesse de sensibiliser les écoliers et les étudiants sur la protection animale et son environnement et qui détériore gravement l'image touristique du département de l'Allier et en premier lieu, le président du conseil général de l'Allier Jean-Paul Dufrègne et sa majorité de gauche.

Marc-Claude de PORTEBANE

Ancien candidat à la députation de l'Allier