Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions animaux NON au nouveau KFC de Besançon
Pétition

NON au nouveau KFC de Besançon

NON au nouveau KFC de Besançon Pétition
31.634 signatures
Pétition soutenue par un Super contributeur
Auteur :
Auteur(s) :
Extinction Rebellion / Animal Rebellion / Humanimo
Destinataire(s) :
Anne Vignot (Maire de Besançon), Thierry Pémonge (Gérant franchisé du KFC du centre-ville de Besançon), Direction de KFC France
La pétition

En plein reconfinement, un nouveau fast-food KFC a ouvert le 3 Novembre au centre-ville de Besançon. Nous sommes indignés par l'ouverture de cette enseigne que nous considérons comme néfaste et sans aucune considération éthique, c'est pourquoi nous demandons la fermeture de ce fast-food franchisé par KFC car :

1. KFC est le dernier commerce dont le centre-ville a besoin

Alors que les commerces du centre-ville de Besançon subissent de plein fouet le reconfinement, avec des pertes économiques mettant en danger la survie de nombre d'entre eux, un immense et flambant neuf fast-food KFC a ouvert le 3 novembre, rue des Granges. Cette ouverture durant la première semaine du reconfinement a choqué. L'ouverture de ce magasin franchisé d'une firme multinationale se réalise alors que la plupart des autres commerces de centre-ville, y compris certains restaurateurs, sont obligés de limiter voir stopper leur activité en raison des mesures sanitaires. Il est évident qu'un restaurant indépendant n'a pas les mêmes moyens pour assurer une ouverture (pour livraison et drive) et la communication nécessaire pendant la période de confinement.

La nouvelle stratégie de KFC de s'implanter en centre-ville ne fait pas exception à Besançon. En plus du fast-food déjà présent à Ch
âteaufarine, c'est désormais celui du centre-ville qui impactera directement les restaurateurs indépendants des alentours immédiats. Déjà affaiblis par deux confinements, les restaurateurs indépendants du centre-ville voient arriver face à eux un mastodonte du fast-food qui a pour ambition de prendre leurs parts de marché et donc, à terme, de les condamner à la fermeture.

Nous ne voulons pas que KFC, emblème de la malbouffe par excellence, trône au cœur de la vieille ville historique, à la place des restaurants indépendants. Le centre ville, qui accueille tant de visiteurs, n'a pas besoin de ce fast-food qui desservira la belle image dont il dispose actuellement.

2. KFC : l'élevage intensif première source de pandémies

En période de crise sanitaire, on peut questionner la nécessité d'ouvrir un nouveau fast-food. Malgré les restrictions sanitaires, les employés sous contrats précaires s'entassent dans les cuisines pour fournir clients et livreurs en vente à emporter ou au "drive piéton", générant des déplacements inutiles au centre-ville en plein confinement.
(Preuve en vidéo: https://youtu.be/nVluQr4rCkw )

Le contexte sanitaire pousse à remettre en question notre système de consommation qui ne cesse d'engendrer de nouvelles épidémies : Escherichia Coli ; Campylobacter ; Salmonelles ; maladie de la vache folle (variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob pour laquelle il n'existe pas de traitement) ; Ebola (plus de 11 000 morts) ; SRAS-CoV (près de 800 morts) ;  MERS-CoV (près de 600 morts) ; grippe porcine (entre 100 000 et 400 000 morts) ;  grippe aviaire ; Covid19 (1 340 000 morts à ce jour)...

Aujourd'hui, trois maladies infectieuses nouvelles ou émergentes sur quatre proviendraient d'animaux. Ces maladies sont transmises par la consommation d'animaux sauvages ou d'animaux d'élevage qui ont été contaminés à leur contact. Le manque de diversité génétique des animaux d'élevage, la densité des bâtiments et les conditions d'hygiène souvent critiquables, combinés à l'affaiblissement du système immunitaire dû au stress de ces conditions, engendre une propagation rapide des maladies, et favorise la mutations de nouvelles souches plus virulentes. Bientôt, la maladie s'étend à tout l'élevage, puis au personnel. Ce fut notamment le cas récemment dans des élevages de visons contaminés par le Sars-CoV-2 (mutation du Coronavirus) aux États-Unis, en Espagne, aux Pays-bas ou encore au Danemark, où le gouvernement a donné l'ordre d'abattre 17 millions de visons pour limiter la propagation de l'épidémie, et actuellement en France, où l'abattage des 1000 visons d'un élevage en Eure-et-Loir vient d'être ordonné par le ministère.

De plus, les cultures servant à nourrir les animaux d'élevage (soja, maïs, palme) occupent 40% des terres arables du monde, participant à la déforestation et provoquant la destruction de la biodiversité et des habitats d'animaux sauvages, exposant les populations à leur contact.

Dans ce contexte sanitaire déjà chargé, nous devons également faire face au retour de la grippe aviaire H5N1, qui a fait  plus de 150 000 morts à travers le monde entre 2009 et 2010. Actuellement, 46 départements ont été placés par les autorités en risque  élevé d'introduction de la maladie en raison du risque de contamination des volailles par les oiseaux sauvages. Les volailles se retrouvent elles aussi confinées, y compris dans les élevages en « plein air », pour éviter le risque de contamination inter-espèces.

Il est urgent de changer notre système de consommation pour stopper la propagation de ces maladies et éviter le développement de nouvelles épidémies toujours plus mortelles.

3. KFC accentue la crise climatique et environnementale

L’enseigne KFC encourage la consommation abusive de produits carnés en mettant au centre de ses menus une quantité disproportionnée de poulets issus d’élevages industriels. Or, l’élevage est une cause majeure du réchauffement climatique, aussi conséquente que le transport, comptabilisant 14,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. À l’heure où l’on nous recommande une réduction drastique de notre consommation de viande pour des raisons environnementales, KFC fait un maximum pour nous pousser à l’inverse. Cette attitude est totalement incompatible avec les objectifs de réduction d’émission carbone que s’est fixé la France aux accords de Paris pour ne pas dépasser la barre des +1,5°C.

De plus, KFC soutient activement l’implantation de fermes-usines dont le fonctionnement, au-delà de l’aspect éthique très discutable, met en péril l’environnement. En effet, les élevages industriels de poulets sont dépendants de l’importation massive de soja brésilien. Ces importations à des fins d’élevage sont responsables de 63 % de la déforestation amazonienne. La destruction à grande échelle des forêts primaires menace d’extinction un grand nombre d’espèces et met à mal toute la biodiversité. Rappelons que 70 % de la faune sauvage a disparu ces 50 dernières années : la majorité de ces disparitions est directement imputable à la destruction de leurs habitats naturels par la déforestation.

Ce n’est guère mieux concernant la gestion des déchets et le gaspillage alimentaire. En effet, KFC est un fast-food spécialisé dans l’utilisation d’ustensiles « tout-jetables » alors même que cette pratique de l’usage unique sera interdite à partir de janvier 2023. Dans ces conditions, il est donc bien difficile de prendre au sérieux les motivations écologiques du gérant franchisé de KFC lorsqu’il parle de vaisselle recyclable. En espérant encore qu’elle soit réellement recyclée, cette annonce démontre plutôt une tentative très maladroite de KFC de verdir son image pour invisibiliser les véritables problématiques écologiques induites par l’implantation de son établissement.

4. KFC est responsable d'une souffrance animale épouvantable

Quelques mois seulement après l'introduction d'un poste d'adjointe déléguée à la condition animale tenu par Marie-Thérèse Michel au sein du conseil municipal d'Anne Vignot, il est difficile de ne pas voir l'ironie, pour ne pas dire le mauvais goût, dans l'ouverture de ce nouveau KFC.

La récente vidéo de l'association L214 concernant le « ramassage »de poulets dans les élevages intensifs nous interpelle plus que jamais sur les conditions de vie déplorables imposées aux animaux destinés à l'abattoir et sur notre devoir d'adopter un mode de consommation basé sur la compassion, respectant le libre-arbitre de chacun.e, humain.e comme non-humain.e, et excluant toute souffrance dans la mesure du possible.

Multinationale devenue experte dans le commerce de chair, KFC est responsable à elle seule de la mort d'entre 850 millions et un milliard de poulets par an dans le monde. En France, c'est 8 000 tonnes de chair qui sont distribuées aux restaurants du pays chaque année, dont 6 000 sont importées de l'étranger. Non contents d'être les champions intercontinentaux en terme de nombre d'oiseaux tués, la médaille d'or des pires conditions d'élevage leur revient également : dans un rapport de World Animal Protection étudiant les méthodes d'élevage de neuf chaînes de restauration rapide, l'ONG attribuait à KFC la mention « en échec », soit la note la plus basse.
 

Cette note est tout sauf surprenante. Des sources internes de KFC ont avoué qu'un tiers des poulets qui finiront dans leurs fameux buckets souffraient de pathologies telles que des dermatites plantaires (lésions aux pattes causées par un manque de ventilation) ainsi que des brûlures aux jarrets (causées par l'ammoniac se dégageant des déjections dans lesquelles les oiseaux passeront l'intégralité de leur vie). Sélectionnés génétiquement pour offrir un maximum de chair pour un coût minime, ces oiseaux seront abattus au bout de 40 jours, sans avoir jamais vu le monde extérieur, alors qu'il s'agit des animaux intelligents et hautement sociaux qui peuvent vivre une dizaine d'années. Ajoutez à cela les pratiques communes à tous les élevages intensifs de poulets (débecquage à la lame chauffée pour éviter le cannibalisme chez les oiseaux rendus agressifs par l'entassement ; pattes et ailes brisées sous leur propre poids ; infestions de parasites...) et vous vous rendrez compte de l'attention que porte la chaîne à ces animaux.

Portant le mépris et la mauvaise foi à leur paroxysme, KFC se félicitent eux-mêmes de leurs engagements superficiels pris pour améliorer les conditions de vie de leurs animaux. Ils arborent ainsi fièrement leur objectif de ne concentrer que 30kg/m² d'ici à 2026, oubliant de préciser que cela représente toujours moins d'une feuille A4 par animal, ou encore la promotion de l'étourdissement atmosphérique, « moins stressant » pour les oiseaux, comme si cela excusait un milliard de vies captives et souffrantes.

Si KFC tenait réellement à limiter - voire cesser - la souffrance causée par leur commerce, la réponse serait juste sous leurs yeux. Mieux, elle est déjà dans leurs restaurants. Depuis l'année dernière, KFC a lancé sa gamme de « poulet » végétal en collaboration avec Beyond Meat, nommée Beyond Fried Chicken, disponible dans certains restaurants (aucun en France, pour l'instant). Une alternative 100% végétalienne qui leur permettrait de continuer leur activité de restauration rapide, sans avoir à causer la souffrance et la mort de millions d'animaux. Ce n'est pourtant pas la direction que l'enseigne a choisi de prendre.


Ainsi, pour des raisons sociales, sanitaires, écologiques et animalistes, nous demandons à la Ville d'agir afin qu'aucun commerce contraire aux exigences éthiques, climatiques et environnementales ne puisse plus s'implanter à Besançon, et exigeons la fermeture de ce nouveau KFC.

Pétition également soutenue par Alternatiba Besançon et ANV-COP21 Besançon

Sources :
https://www.thefinevegan.com/epidemies-et-elevage-liaisons-dangereuses
https://www.lepoint.fr/environnement/grippe-aviaire-45-departements-francais-places-en-risque-eleve-05-11-2020-2399547_1927.php
https://actu.orange.fr/france/covid-19-un-elevage-de-visons-contamine-une-premiere-en-france-magic-CNT000001v4J7S.html
https://www.ciwf.fr/actualites/2020/04/pandemies-et-elevage-intensif-quelques-reponses-a-vos-questions#_ftnref4
https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/06/12/en-europe-l-elevage-industriel-accro-au-soja-d-amerique-latine_5475358_3244.html
https://www.snacking.fr/actualites/tendances/4604-L-usage-unique-en-restauration-sur-place-c-est-definitivement-fini-en-2023/
https://www.youtube.com/watch?v=YIpvG_XiXcM

https://visuels.l214.com/sites/www.l214.com/2018/800millions/enquete_poulets/Rapport-enquete-Poulets-L214.pdf
https://www.animaux-online.com/article,lecture,1705_le-bien-etre-animal-et-les-fast-foods-sont-ils-incompatibles-.html

31.634 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Pétition soutenue par un Super contributeur
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
1.174 commentaires
Youness - Le 25/11/2020 à 10:17:06
Il y a suffisamment de fastfood au centre ville, de plus cela sera plus difficile pour les petits commerces de subsister et de faire face.
Le projet n'est pas pertinent selon moi, ce type de projet n'est pas celui dont a besoin le centre ville de Besançon.
2
Le 25/11/2020 à 14:36:49
Contre les chaînes de fast food
3
Le 25/11/2020 à 14:54:30
Au centre-ville ou ailleurs, KFC ne fait pas parti de l'avenir désirable dans lequel on doit s'engager.
3
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions animaux NON au nouveau KFC de Besançon