Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
E-manifestation

Manifestation virtuelle pour l’abolition de toutes les chasses traditionnelles

Manifestation virtuelle pour l’abolition de toutes les chasses traditionnelles E-manifestation

Manifestation virtuelle pour l’abolition de toutes les chasses traditionnelles

39.143 signatures
Pétition soutenue par un Super contributeur
Auteur :
Auteur(s) :
ALLIANCE DES OPPOSANTS A LA CHASSE
Destinataire(s) :
GOUVERNEMENT - parlementaires - élus locaux
La e-manifestation


CONTRE-MANIFESTATION (VIRTUELLE) à celle des chasseurs qui manifesteront
CONTRE LA PROTECTION DE LA BIODIVERSITE !


Depuis votre ordinateur ou votre téléphone


Signez, ce samedi 28 aout 2021 (entre 10h et 20h pour que votre voix soit prise en compte) POUR la suppression de toutes les chasses traditionnelles !


Plus de vènerie sous terre ! Plus de chasse à courre ! Plus de chasse à l’arc !


En juin, le Conseil d' Etat interdisait la chasse à la glu, en Août, c'est la pratique de certaines chasses "traditionnelles"(au filet et aux cages)  contre les oiseaux qui a été interdite. Ces pratiques tuaient les oiseaux de manière ignoble dont certaines espèces protégées !


En réaction, La Fédération Nationale des Chasseurs dénonce « une décision insupportable », « sans le moindre fondement sérieux ». « Elle en appelle au premier ministre Jean Castex » et va « examiner tous les recours juridiques possibles ». « Pour nous, les chasses traditionnelles sont l’essence même de la passion de la chasse et seront toujours au cœur de la défense de nos pratiques cynégétiques », indique son président Willy Schraen (Le Monde)"


Et les chasseurs« premiers écologistes de France », décident de manifester CONTRE CES PROTECTIONS DE LA BIODIVERSITE, ce même samedi 28 aout 2021 à 10h dans les villes de France.


MOBILISONS NOUS !



-> Vidéo à regarder en cliquant ici 

-
> Vidéo sur les menaces des chasseurs


Car si nous nous réjouissons de ces avancées concernant les oiseaux, il reste du chemin pour que soient respectés les animaux sauvages qui sont toujours victimes de pratiques barbares.


  • La vènerie sous terre :

            Déterrage à partir de l’aplomb de la chambre souterraine où, par les chiens, sont acculés les animaux. Capture à l’aide de pinces d’acier puis mise à mort sanglante donnant lieu à des scènes insoutenables indigne de notre humanité :


            Aucune utilité et conséquences néfastes pour la biodiversité car les animaux principalement visés sont :


  • Le blaireau, en partie protégé par l’annexe III de la convention de Berne, protégé dans la majeure partie des pays européens. Se référer au rapport de l’ANSE (Agence Nationale de Sécurité sanitaire et de l’Environnement) : « tuberculose bovine et blaireaux » concluant à l’inutilité voir la remède pire que le mal à détruire cette espèce : https://www.anses.fr/fr/content/avis-et-rapport-révisé-de-lanses-relatif-à-la-gestion-de-la-tuberculose-bovine-et-des) concluant à l’inutilité de la destruction des blaireaux.
  • Le renard, auxiliaire de l’agriculture par la régulation des populations de rongeurs et de la santé publique car frein à la maladie de Lyme, selon maintes études.

 


      Ces pratiques sont assimilées à de la torture. Or des enfants y assistent et sont même sollicités pour y participer, d’où la nécessité de faire intervenir la protection de l’enfance.


      Les terriers sont détruits, or certains hébergent des chauves-souris, strictement protégées, d’où la destruction de l’habitat, le dérangement préjudiciable ou la destruction pure et simple de la colonie de ces espèces. C’est le non respect de la législation européenne, (annexe II de la directive dite « habitats », 92/43/CEE,  https://fr.wikipedia.org/wiki/Directive_habitats». L’AOC a saisi la cours Européenne. 


  • La chasse à l’arc :

            Si les chasses à l’épieu et à la fronde ont été abandonnées, celle à l’arc accueille de plus en plus d’adeptes (12 000 licenciés en 2020 avec une progression moyenne de 10% par an).


            Autorisée par l’UE, interdite par certains pays européens. De 1985 à 1995, la FDAES (Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences) a mené un combat juridique pour son interdiction. Alors que la LFDA (La Fondation Droit Animal) s’était une nouvelle fois pourvue en cassation contre les décisions des cours d’appel de renvoi, un arrêté ministériel autorisant la chasse à l’arc fut pris par Michel Barnier le 15 février 1995, sous la pression du lobby de la chasse. Cette pratique l’est désormais par l’arrêté ministériel du 18 août 2008 "relatif à l’exercice de la chasse à l’arc"


            Conditions :permis de chasser et une journée de formation, dont 4 heures de maniement et vidéo d’information. En Alaska, après une formation rigoureuse, pour avoir son permis, il faut loger 3 tirs sur 4 dans un organe vital à 27 mètres, garantissant une agonie de « seulement » 45 mn en moyenne ! Seuls 9,25% des tireurs s’en acquittent… et en France ? Les chasseurs français seraient ils plus habiles après ce simulacre d’examen ?


            La chasse à l’arc tue par hémorragie interne après des agonies de plusieurs heures à plusieurs jours. Selon différentes études, un animal sur deux n’est pas retrouvé.


            De surcroit, ces souffrances ne sont épargnées à aucun animal, sauvage ou domestique.


            Quand on compare les différents types de chasse, il apparaît que les décrets les encadrant sont contradictoires :


            Selon une étude de l’association des chasseurs de grand gibier, la munition « chevrotine », c’est-à-dire plusieurs gros grains de plomb dans la cartouche, est « caractérisée par son risque élevé de blessures non rapidement mortelles, avec le non respect du gibier ainsi atteint et l’image désastreuse de la chasse qui en résulte quand des non chasseurs trouvent ces animaux agonisants ou morts ». Cette munition a été interditepour ces raisons (sauf dérogation) et remplacée par le tir à balle (munition militairemajoritairement de type calibre 30-02 Springfield), qui tue par le choc initial et non par la blessure aux organes vitaux.


 Comment alors comprendre l’utilisation de munitions aux caractéristiques condamnées et en permettre d’autres aux mêmes effets ?


 Chasse contestée par 84% de la population selon un sondage One Voice-Ipso

 


  •  La chasse d’épuisement : la chasse à courre.

         S’il est une chasse se revendique de la tradition, c’est bien celle-là, survivance et imitation de la chasse réservée aux seigneurs et, pour la chasse au cerf, au seul roi. Elle s’accompagne de tout un rituel allant jusqu’à la bénédiction des meutes.


            Elle consiste à poursuivre un animal sauvage(traditionnellement le cerf, le sanglier, le chevreuil, le renard ou le lièvre) avec une meute de chiens courants, jusqu'à son épuisement (chasse à l'épuisement) et sa prise. Le rôle de l'homme, généralement cavalier pour la circonstance, consiste à les contrôler et à les suivre jusqu’à la mise a mort de l’animal.


            L'« hallali » est la sonnerie qui annonce la mort. Elle est donnée par les veneurs lorsque l'animal traqué est pris. L'animal, selon sa nature, est soit tué par les chiens, soit tué par un homme armé d'une dague. La « curée » est la cérémonie qui suit la mise à mort de l’animal.


            Un sondage révèle que 79% des Français sont opposés à la pratique de la chasse à courre en France. Ils sont même 75% à être favorables à son interdiction. Pour les Français, pas de doute, c'est une pratique cruelle (pour 85% d'entre eux), obsolète (76%), dangereuse (72%) et perturbatrice de l'équilibre des écosystèmes (62%). Elle est interdite en Belgique, en Allemagne et en Grande Bretagne (depuis 2005).


            Même en tort, le réseau d’influence des veneurs leur assure jusqu’à présent une impunité totale, et cela malgré une opposition massive de la population (84% des français seraient opposés à cette chasse selon un sondage IFOP/FBB de 2017).Au-delà de la barbarie qui s’en dégage, la chasse à courre est un danger pour les riverains. Les violations des lois sont fréquentes : routes bloquées, accidents liés aux traversées d’animaux en fuite, chiens errants, promeneurs malmenés… Souvent, la traque se termine au centre-ville ou même dans des jardins privés, les veneurs n’hésitant pas à s’y introduire pour tuer les animaux qui s’y réfugient. Le droit de chasse étant lié au droit de propriété, il y a souvent transgression à cette règle punie d’amende pour « chasse sur autrui », amende  jamais appliquée.


 MANIFESTEZ VIRTUELLEMENT


Depuis votre ordinateur ou votre téléphone


Pour la suppression de toutes les chasses traditionnelles :signezce samedi 28 aout 2021 entre 10h et 20h pour que votre voix soit prise en compte


Stop à la vènerie sous terre !


Stop à la chasse à courre !


Stop à la chasse à l’arc !


Et pour aider l’Alliance des Opposants à la Chasse à créer des aires de quiétude pour la vie sauvage connectez vous a :


https://alliance.opposantschasse.org/wp-content/uploads/2021/05/Pr%C3%A9sentation-Aires-et-fond-OK.pdf


La manifestation est terminée
39.143 manifestants
Pour en savoir plus sur les e-manifestations, cliquez-ici
Vous êtes auteur de pétition et souhaitez organiser une e-manifestation ?
Contactez-nous
761 commentaires
Le 28/08/2021 à 10:04:25
les animaux sauront se réguler seuls! les psychopathes ne sont plus les bienvenues dans nos villages et aux alentours et les ruraux ne sont pas des chasseurs pour la plupart ils viennent de la ville!
74
Le 28/08/2021 à 10:04:29
CONTRE LA CRUAUTE DES CHASSEURS !!!
61
Anita - Le 28/08/2021 à 10:04:34
Un ras le bol de cette souffrance animale depuis l'enfance.....
57
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs