Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Accueil Pétitions Pétitions animaux Défis environnementaux, sanitaires, torture animale : végétalisons notre alimentation.
Pétition

Défis environnementaux, sanitaires, torture animale : végétalisons notre alimentation.

Défis environnementaux, sanitaires, torture animale : végétalisons notre alimentation. Pétition
53.025 signatures
Pétition soutenue par un Super contributeur
Auteur :
Auteur(s) :
Mad Collectif
Destinataire(s) :
Julien Denormandie (Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation)
Emmanuel Macron (Président de la République)
La pétition
Actualité(s)

A l'attention de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République


A l'attention de Monsieur Julien Denormandie, Ministre de l'agriculture et de l'alimentation


Monsieur Le Président,


Monsieur le Ministre,


La consommation de produits issus de l'exploitation animale, donc de l'élevage, met en danger la planète entière du fait de son impact destructeur sur la biodiversité et plus largement sur l'environnement.


Les nuisances s'avèrent innombrables : pollutions multiples de l'air, des eaux, des sols, déforestation, cultures ogm, usage massif de pesticides, d'insecticides, prolifération d'algues toxiques, pluies acides, sécheresse (utilisation irraisonnée des ressources en eau pour abreuver les animaux, arroser les cultures qui leur sont dédiées, même en temps de restriction), transports divers et nombreux dans des conditions aussi aberrantes qu'abjectes, usage démesuré d'antibiotiques cause d'antibio résistance provoquant un nombre alarmant de décès, problèmes majeurs de santé publique induits par la consommation de produits issus de l'exploitation animale, et enfin zoonoses, soit 75% des maladies qui nous touchent. Ce qui, reconnaissez-le n'est pas rien !


Imaginez un instant l'hôpital public allégé de tous ces malades, tout comme le serait la sécurité sociale, dont le déficit se verrait résorbé.


En cette période de pandémie COVID 19 due à la consommation de chair animale, en ces temps de grippe et de peste porcines qui contaminent à présent l'humain, avec sur notre territoire un épisode incontrôlé de grippe aviaire, quand on sait que ce type de virus peut muter à tout instant comme en 1917, il s'avère irresponsable de défendre et de promouvoir encore cet archaïque modèle agricole qui nous mène au chaos.  


Aux animaux exploités pour l'alimentation, il nous faut ajouter ceux élevés pour la fourrure et la chasse. Quelle incohérence que les chasseurs, non contents de s'acharner sur la faune sauvage, aient le droit de relâcher des animaux d'élevage afin d'assouvir leurs pulsions meurtrières, au mépris total de la biodiversité dont l'Etat leur a, à tort, confié la protection. Quant aux élevages  dédiés à la fourrure, tout aussi maltraitants et dangereux, la propagation du COVID en leur sein prouve leur nocivité.


Notons que ce sont une fois de plus les animaux, dont les vies sont balayées, qui paient le prix fort pour les folies humaines et le manque de clairvoyance des politiques.


Pourtant la sixième extinction des espèce en cours.


Quand les animaux d'élevage représentent 90% des mammifères, quand 70% des terres arables servent à nourrir les bêtes que consomment les gens des pays favorisés, alors qu'un enfant meurt de faim toutes les 5 secondes dans le monde, et que l'on sait l'impact migratoire qu'aura le  dérèglement climatique, laisser croire que manger local et abattre à la ferme représente une solution et un progrès, c'est tout simplement refuser de s'occuper de ce problème majeur et urgentissime.


L'abattage à la ferme a d'ailleurs été pratiqué des siècles durant, sans garantir en rien la prise en compte du bien être animal.


Tuer un être qui veut vivre ne peut se faire dans la bienveillance. Ces deux mots sont antinomiques.


Force est de constater que les services vétérinaires, qui se révèlent défaillants dans les abattoirsne pourront surveiller chaque ferme. Il a en effet fallu que les lanceurs d'alerte informent les consommateurs-rices des horreurs absolues qui leur était soigneusement celées.


Ainsi, comment croire qu'il y aura d'avantage de personnel et de contrôles dans les fermes ? D'autant qu'il faudrait former des contrôleurs indépendants, car les éleveurs sont des clients très rémunérateurs des vétérinaires ruraux.


Soyons réalistes : cela ne se peut.


Monsieur le Président, Monsieur le Ministre de l'agriculture, la sagesse consisterait à reconnaître que bientôt 8 milliards d'humains ne peuvent continuer à s'alimenter majoritairement de produits issus de l'exploitation animale.


Sans oublier que nous ne sommes aucunement constitués pour manger de la viande au rythme actuel. Quand aux produits laitiers, loin d'être "nos amis pour la vie", ils se révèlent toxiques à notre organisme, puisque en tant que mammifères nous ne devons consommer que le liquide hormonal de croissance sécrété par notre mère, puis être sevrés.


Qui plus est, l'élevage ne crée pas d'emploi, mais survit grâce aux subventions massives d'argent public.


Au demeurant, de nombreux pays de l'UE voient d'un œil très critique le montant astronomique des sommes versées aux agriculteurs français.


L'Europe sanctionne d'ailleurs, par le biais d'amendes considérables "nos" éleveurs, pour leurs atteintes à l'environnement. 


La cohérence impliquerait d'utiliser ces subventions, dans le but d'organiser une salvatrice transition vers la permaculture à grande échelle.


Pourquoi reculer, alors que l'urgence n'a jamais été aussi absolue ?


Ce changement impératif ne se fera pas en un jour. Soyons innovants, précurseurs, donnons l'élan au reste du monde : VEGETALISONS notre alimentation. 


Vous avez encore le choix : que l'on se souvienne de vous comme d'hommes politiques porteurs d'idées de progrès, ou, comme des hommes s'accrochant à un monde déjà révolu.


Par ailleurs, quand allons-nous enfin prendre en compte la souffrance animale et cesser de considérer des êtres sentients, comme des biens marchands ou des ressources ?


Plutarque tentait déjà, à l'aube de l'ère chrétienne d'éveiller les consciences, il notait que "nous civilisés, nous qui vivons sur une terre cultivée, riche, abondante, nous n'avons aucune raison de tuer pour manger".


Victor Hugo affirmait : "l'enfer n'existe pas pour les animaux, ils y sont déjà".


Voltaire assumait de déclarer, bien avant les militants vegans : "Il n'est que trop certain que ce carnage dégoûtant, étalé sans cesse dans nos boucheries et dans nos cuisines, ne nous paraît pas un mal ; au contraire, nous regardons cette horreur, souvent pestilentielle, comme une bénédiction du Seigneur, et nous avons des prières dans lesquelles on le remercie de ces meurtres. Qu'y a-t-il pourtant de plus abominable que de se nourrir continuellement de cadavres ?"


Le pays des Lumières ne se doit-il pas d'être fidèle à ses philosophes, qui loin de prôner la barbarie et la loi du plus fort, s'en offusquaient ?


Alors que nous rédigeons ce texte, L214 a fait paraître une pétition cosignée par quinze scientifiques et universitaires de renom, des écologues, des spécialistes de santé publique, des économistes, dont voici le lien.
Merci à L214 pour la mise à disposition de photos dont provient celle de notre pétition.


https://www.l214.com/agir/sur-les-causes/


Dans la proposition de loi n°3661 visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale, nous déplorons, comme si l'on pouvait scinder les animaux en deux parties distinctes, que les animaux d'élevage, êtres sensibles, soient totalement oubliés.


De même, malgré les abus, les violences extrêmes, aucune amélioration au niveau des pratiques de la chasse n'est envisagée.

Nous avons pourtant tout à gagner pour le mieux être de nos sociétés humaines, dans le respect du Vivant.


Merci Messieurs, de l'attention que vous accorderez à notre requête.


Nous vous prions d'agréer nos respectueuses salutations.


Le Mad Collectif






53.025 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Pétition soutenue par un Super contributeur
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Actualité(s) de la pétition -
568 commentaires
Nathalie - Le 03/02/2021 à 16:01:42
Arrêtons de consommer de la viande de façon aussi outrancière, elle n'est pas saine, au vu des conditions d'élevage !
15
Nicole - Le 03/02/2021 à 16:51:48
Je crois que vous parlez dans le vide ces deux là en ont rien à faire !!!
Ils sont insensibles aux carnages des animaux qui comment a SOUFFRIR dès leur naissance jusqu'à leur mort brutale !
Enfin je signe ,
9
Elise - Le 03/02/2021 à 17:34:45
Végétalisons toute notre alimentation ! Mais lorsque l' empathie et la compassion pour les animaux s' arrêtent au bord de l'assiette ....
16
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Accueil Pétitions Pétitions animaux Défis environnementaux, sanitaires, torture animale : végétalisons notre alimentation.